Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 août 2015 2 25 /08 /août /2015 15:34
INTERVIEW À STARDUCONGO.COM

Patrick Eric Mampouya : « Le Chef de l'État a pollué le climat politique avec le funeste projet de changer la Loi fondamentale »

Brazzaville, (Starducongo.com) - « Le Congo de Denis Sassou Nguesso n'est pas en paix depuis plus d'une décennie, en ce que les Congolais ne savent plus comment manger à leur faim, éduquer les enfants à moindre frais, se soigner correctement et vivre heureux dans un pays immensément riche », a estimé le militant politique Patrick Eric Mampouya dans cet entretien qu’il nous a accordé, tout en apportant un éclairage pertinent sur la situation politique, économique et sociale du pays. Il n’hésite pas à dire ses quatre vérités sur l’avenir du Congo et la problématique de la Constitution.

Starducongo.com: Le discours du chef de l’Etat sur la Nation n’a, semble-t-il, pas répondu aux attentes des politiques et du peuple. Qu’en pensez-vous ?

Patrick Eric Mamp
ouya : C’est le dernier discours du second septennat de Monsieur Denis Sassou Nguesso (j’ai envie de dire enfin !). Comme d’habitude son discours était à côté de la plaque, très loin des réalités que vivent les Congolaises et les Congolais. Là comme ailleurs, on attendait le "Père de la Nation" sur des sujets précis; on attendait qu’il apaise les tensions qui minent la société congolaise et surtout qu’il réponde à la question qui angoisse la communauté nationale et internationale sur le changement ou non de la Constitution. Au lieu de cela, on a assisté à un florilège d’auto-congratulation qui frise la roublardise. Pour ma part, j’ai toujours pensé que Monsieur Sassou Nguesso a besoin d’un psychologue pour exorciser ses penchants machiavéliques. On ne peut pas comprendre qu’il ne voit pas ce que voit tout le monde et reste insensible face à la souffrance de l’Autre.

Les chiffres macroéconomiques du Congo sont disponibles sur les réseaux sociaux et à la portée de tout le monde; les institutions internationales comme la Banque mondiale, le FMI, Doing Business et autres publient régulièrement des chiffres pays par pays. Régulièrement notre pays est mal noté, mal classé, toujours parmi les derniers de la classe. Quand les chiffres ne suffisent pas, il suffit de se promener dans les rues de Brazzaville, de Pointe-Noire ou de Ouesso pour se rendre compte et constater de visu que les Congolais vivent mal.

.....................................................................
Régulièrement notre pays est mal noté,
mal classé, toujours parmi les derniers de la classe.
......................................................................................................

Sa fierté, nous dit-il, est d’avoir doté le pays des routes et des aéroports. Excusez-moi, mais j’ai envie de rire ! On s’en fout des routes et des aéroports; les routes ou les aéroports ne se mangent pas, ma grand-mère a besoin de se soigner, mes enfants ont besoin d’apprendre. Combien d’université en 14 ans ? La seconde ville du pays (Pointe-Noire) n’a même pas d’université. Combien d’hôpitaux fonctionnels et de soignants en deux septennats ? Sassou Nguesso et ses gouvernements n’ont pas pu donner de l’eau potable et d’électricité de qualité au pays et il vient bassiner les gens sur l’industrialisation ou l’émergence. Comment pouvez-vous émerger ou industrialiser un pays sans énergie ? De la foutaise, rien que de la foutaise !
Vous voulez vraiment que je vous parle des libertés publiques, des droits de l’Homme, des prisonniers politiques, des exilés politiques ou de la démocratie au Congo ? Sans vouloir être grossier, je dirais tout simplement que ce discours c’était du foutage de gueule.


Deux dialogues ont été organisés dernièrement à Sibiti et à Diata. Le gouvernement et l’opposition n’étant pas parvenus à trouver un terrain d’entente sur les sujets abordés lors de ces rencontres, ne faut-il pas envisager un référendum ?

Un référendum sur le changement de Constitution est illégal. La Constitution du 20 janvier 2002 est claire là-dessus. L’article 86 définit précisément dans quelles conditions on peut utiliser le référendum pour organiser ou réorganiser les pouvoirs publics. Dans quelle langue faut-il le répéter pour que tous les Congolais comprennent qu’il n’est pas sérieux de ne pas respecter les lois et surtout la Loi fondamentale. Un référendum sur le changement de la Constitution est illégal.
Il y a quelques mois, les vouvouzelas du Parti congolais du travail (PCT) s’égosillaient pour nous démontrer que le changement de la Constitution était une question politique et non juridique. Maintenant que les intrigues en vue d’un consensus ont échoué et que la démonstration a été faite qu’il n’y a pas et qu’il n’y aura pas de consensus sur la question du changement de Constitution, voilà que Monsieur Sassou Nguesso veut imposer aux Congolais un référendum illégal ou un coup d’Etat constitutionnel. C’est du grand n’importe quoi !


..............................................................
Nous sommes du bon côté de l’histoire.
...........................................................................


Les forces politiques et sociales opposées au changement de la Constitution du 20 janvier 2002, qui est en phase avec la population, attendent avec impatience l’annonce de la date de ce référendum illégal. Nous attendons que Monsieur Sassou Nguesso prenne une fois encore l’initiative et la responsabilité d’embraser le pays. Cette fois-ci, je suis certain qu’il ne s’en sortira pas pour la simple raison que nous sommes du bon côté de l’histoire. Monsieur Sassou Nguesso ne tuera pas tous les Congolais, je serai peut-être dans le lot de ceux qui seront tués en premier, mais il restera au moins un Congolais pour lui demander des comptes.

À travers ses différents discours, le président Sassou N’guesso invoque la paix comme gage de stabilité. Peut-on comprendre que l’opposition constitue un facteur d’instabilité pour le pays ?


Le concept "Paix", répété à longueur de journées, de rencontres, de meetings et autres activités du Président Sassou Nguesso et ses laquais est une forme d'endoctrinement sciemment pensé par le PCT, un chantage à l’horreur. N'oublions jamais que nos frères du PCT ont été formés dans les écoles soviétiques et roumaines; ils sont formatés dans l'instrumentalisation des masses et la fausse propagande; leur fond de commerce est la peur de l’inconnu, (or l’inconnu peut être plein de bonnes promesses).

En réalité, à force de marteler par le son et les images anxiogènes, l'antidote de la paix, à savoir la guerre, ils tentent désespérément de dissuader nos compatriotes à revendiquer et à défendre leurs droits, en l'espèce, ils comptent par cette espèce de "terrorisme de la pensée" ôter à nos concitoyens de dire haut et fort : Non au coup d'Etat constitutionnel en cours !


.........................................................
En quoi, menace-t-on la paix,
lorsque nous dénonçons l'arbitraire qui s'installe dans le pays,
.......................................................................................................................


Sinon, en quoi, menace-t-on la paix, lorsque nous disons que le projet de changer de Constitution est juridiquement infondé, politiquement désastreux et socialement explosif ?
Sinon, en quoi, menace-t-on la paix, lorsque nous dénonçons l'arbitraire qui s'installe dans le pays, à savoir : des arrestations arbitraires, des interdictions de sorties, des rafles ou des enlèvements de certains compatriotes pour la simple raison qu'ils sont contre tout tripatouillage de Constitution ?
Sinon, en quoi, menace t-on la paix, lorsque nous nous indignons de la misère et de la mauvaise gouvernance institutionnalisées dans le pays ?
Sinon, en quoi menace-t-on la paix, lorsque nous organisons un alter dialogue à Diata pour faire échec au monologue de Sibiti qui s'est voulu une constituante des membres du PCT et apparentés pour violer notre Loi fondamentale ?
In fine, le Congo de Denis Sassou Nguesso n'est pas en paix depuis plus d'une décennie, en ce que les Congolais ne savent plus comment manger à leur faim, éduquer les enfants à moindre frais, se soigner correctement et vivre heureux dans un pays immensément riche. C'est à la résolution de toutes ces problématiques que nous pourrons à l'unisson chanter l'hymne de la paix. Le reste n'est que pure propagande communiste digne des Etats totalitaires à l'instar de la Corée du Nord.

Vous êtes très attentifs aux questions sociales. Quel regard portez-vous sur la situation actuelle des Congolais ?

Nous décrivons tous les jours les difficultés des Congolais dans les réunions et sur les réseaux sociaux (n’en déplaise aux propagandistes de Jeune Afrique), il faut arrêter les jérémiades et aller à la question du moment. Revenons plutôt au discours sur l'Etat de la Nation du Chef de l'Etat Monsieur Denis Sassou Nguesso.

Le discours du Chef de l'Etat est un rendez-vous important prévu par la Constitution. En cette année de fin de mandat, il revêtait un caractère particulier dû au fait que lui-même, le Chef de l'État a pollué le climat politique avec ce funeste projet de changer la Loi fondamentale. Aussi, les Congolais dans leur immense majorité l'attendaient à ce sujet. Je peux vous confirmer qu'un climat délétère a régné ce 12/08/2015 sur toute l'étendue du territoire national, ce qui traduit le caractère désastreux sur le plan politique et explosif sur le plan social de ce projet funeste.

On peut d'emblée affirmer qu'il n'a pas répondu aux attentes du peuple. Un triomphalisme, des indicateurs économiques invraisemblables qui ont fait dire à nos concitoyens, je cite : le Président Sassou Nguesso ne vit pas dans le même pays que nous. Abordant les drames et guerres fratricides que nous avons vécus, le Président Sassou Nguesso a oublié de mentionner que la guerre se fait à deux. En conséquence, accabler comme il l'a fait, le Président Pascal Lissouba et ses alliés d'hier, Bernard Kolelas, Yhomby Opango, Milongo, etc. d'être seuls responsables de ces tragédies, c'est faire preuve de malhonnêteté intellectuelle et de lecture partisane.


Ceci est vrai du rôle de "pacificateur solitaire" que s'est arrogé Monsieur Sassou Nguesso. L'histoire nous enseigne que les Lissouba, Kolelas et Yhomby ont dans les années 2000, déjà, prôné la réconciliation nationale. Le pasteur N’toumi ayant fait autant quelques années avant lors de la signature des accords de cessation des hostilités à Libreville. Voilà la vérité historique.
Cette vérité historique qu'a martelée le ministre André Okombi Salissa lors d'une de sa sortie médiatique au cours de laquelle il rendait hommage à Pascal Lissouba, Bernard Kolelas et Yhomby Opango d'avoir privilégié la réconciliation nationale alors que leur carnet d'adresses aurait pu être utilisé en ce temps-là pour continuer la lutte.

......................................................
Les besoins fondamentaux des populations n'ont cessé de se dégrader,
jusqu'a plonger notre pays dans les affres de la pauvreté.
..............................................................................................................................

Le second volet qui a porté sur les 15 années de la gestion économique a été un catalogue ahurissant de contre vérités, tant par les chiffres avancés que par les indicateurs mirifiques d'une prétendue réussite économique du Congo. Pour notre part, nous disons que l'économie congolaise qui est une économie de rente pétrolière n'a pas connu une quelconque transformation 15 ans après. Dieu seul sait que notre pays, grâce au prix du baril de pétrole, a connu une embellie financière sans précédent. Résultat des courses, la diversification de l'économie est restée au stade de simple slogan, les besoins fondamentaux des populations (électricité, eau, santé, nutrition) n'ont cessé de se dégrader, jusqu'a plonger notre pays dans les affres de la pauvreté. La comparaison faite avec la législature Lissouba montre à suffisance cette malhonnêteté intellectuelle décrite plus haut. Sinon, comment comparer un régime qui a duré 5 ans, alors que Sassou Nguesso cumule presque 30 ans de pouvoir sans partage. Signalons au passage qu'avant l'intermède Lissouba, lors de la Conférence nationale souveraine, le Congo avait été qualifié de "pays sinistré". Comment de ce fait imputer à Pascal Lissouba les arriérés de salaires, les difficultés sociales, etc ? Enfin, nous pouvons saluer "l'éthique de responsabilité" dont a fait preuve Sassou Nguesso, lorsqu'il renonce de se lancer dans la forfaiture, comme le souhaitaient le PCT et certains thuriféraires. Reculade ou simple posture tactique ? En tout cas, nous forces politiques et sociales opposées au changement de la Constitution, sommes prêts à faire échec à ce coup d'Etat constitutionnel.
Gageons que Sassou Nguesso veut par ce geste sortir par la grande porte et rejoindre le panthéon des patriotes. Pour le reste, nous nous organisons et restons vigilants.

À la lumière des élections qui auront lieu en 2016, pensez-vous que les Congolais participeront en masse à ce scrutin ?

Il ne faut pas être sorcier pour constater que les Congolais boudent les élections depuis de nombreuses années. Scrutin après scrutin, le taux de participation est en baisse pour atteindre des abîmes insondables aux dernières consultations avec plus de 90% d’abstention. La raison en est simple : les Congolais ont compris qu’il n’y a pas d’enjeu lors des élections, les membres du PCT sont réélus ou plutôt nommés régulièrement quels que soient leurs bilans. Sassou Nguesso et le PCT ont mis en place à travers la Conel un système de tricherie électoral sophistiqué qui leur donne la part belle, quelle que soit la consultation. Sinon comment pouvez-vous expliquer que malgré un bilan désastreux que le parti de Monsieur Sassou Nguesso puisse gagner toutes les consultations électorales depuis plus de dix ans ? Une démocratie tropicale couplée à un système mafieux avec comme seule règle la corruption et le clientélisme, voilà le système électoral à la sauce Sassou.

...................................
La principale caractéristique d’un homme d’Etat
est de toujours privilégier l’intérêt général
.........................................................................................

Lors du dialogue alternatif de Diata, la question de la gouvernance électorale a été l’un des sujets majeurs à l’ordre du jour. Je faisais partie justement de la commission qui a traité cette question et nous avons élaboré une nouvelle loi électorale qui, si elle venait à être votée, transformera radicalement les rapports entre les citoyens et la politique.
La principale caractéristique d’un homme d’Etat est de toujours privilégier l’intérêt général en se mettant au-dessus de la mêlée. Pour Monsieur Sassou Nguesso, ses intérêts mesquins et ceux de sa famille passent avant tout le reste, voilà ce qui restera de l’homme qui a dirigé le Congo pendant plus d’un quart de siècle.
Quand on pense aux villes champignons qui se construisent à travers le monde en quelques années, on devient triste pour le Congo. Même le Rwanda qui a connu les pires atrocités de l’humanité s’est reconstruit en quelques années grâce à un dictateur éclairé (Kagamé) qui a une vision claire de son pays et de son prochain. Ces dernières années, notre pays a reculé sur tous les plans, n’en déplaise aux laquais de Monsieur Sassou Nguesso. Même dans la sous-région, je crains que notre pays ne soit le dernier de la classe.
Le nom de Sassou Nguesso disparaîtra très vite de l’histoire des grands hommes de notre pays comme celui de Mobutu qui se disait Sésé-séko, une vie faite de combines en tous genres et un destin médiocre.

Propos recueillis par Alain Bouithy

Partager cet article

Repost 0
Published by Patrick Eric Mampouya
commenter cet article

commentaires

  • : Mampouya.com
  • Mampouya.com
  • : Restauration de la Démocratie de l'Etat de Droit et de la Républque au Congo
  • Contact

  • Patrick Eric Mampouya
  • Patrick Éric Mampouya
  • Patrick Éric Mampouya

Recherche

Mes Héros : Mort Pour un Autre Congo

bruno-ossébighislin_simplice_ongouya.jpg

Congo : Textes Divers

2306_Bourses_etudes.pdf 2306_Bourses_etudes.pdf bilan matondo congo bilan matondo congo Bruno-OSSEBI.doc Bruno-OSSEBI.doc Budget-de-l-Etat-Exercice-2007.pdf Budget-de-l-Etat-Exercice-2007.pdf Budget-de-l-Etat_Exercice-2008.pdf Budget-de-l-Etat_Exercice-2008.pdf Code-des-Investissements-Miniers-du-Congo.pdf Code-des-Investissements-Miniers-du-Congo.pdf Code-Forestier-du-Congo.pdf Code-Forestier-du-Congo.pdf Constitution-du-15-mars-1992 Constitution-du-15-mars-1992 Constitution du 29 novembre 2001 Constitution du 29 novembre 2001

Contrat-Consulting-Longbeach-Bermuda-Elenga-LTD.jpg Contrat-Consulting-Longbeach-Bermuda-Elenga-LTD.jpg Contrat-Consulting2.jpg Contrat-Consulting2.jpg Contrat-Consulting3.jpg Contrat-Consulting3.jpg Contrat-Consulting4.jpg Contrat-Consulting4.jpg Contrat-Partage-HM-NKOSSA-Contrat-PP.pdf Contrat-Partage-HM-NKOSSA-Contrat-PP.pdf Contrat-Partage-Kouakouala.pdf Contrat-Partage-Kouakouala.pdf Contrat-Partage-Kouilou.pdf Contrat-Partage-Kouilou.pdf Contrat-Partage-Madingo.pdf Contrat-Partage-Madingo.pdf Contrat-Partage-MarineVI-VII-KITINA.pdf Contrat-Partage-MarineVI-VII-KITINA.pdf Contrat-Partage-MarineX.pdf Contrat-Partage-MarineX.pdf Contrat-Partage-Mer-TP-Nord.pdf Contrat-Partage-Mer-TP-Nord.pdf Contrat-Partage-Mer-TP-Sud.pdf Contrat-Partage-Mer-TP-Sud.pdf Contrat-Partage-PEX.pdf Contrat-Partage-PEX.pdf Contrat-Partage-PNGF-Contrat-PP.pdf Contrat-Partage-PNGF-Contrat-PP.pdf D-cret-n--2004-30-du-18-f-vrier-2004.doc D-cret-n--2004-30-du-18-f-vrier-2004.doc  D-cret-n--2008---5-du-31-mars-2008.pdf D-cret-n--2008---5-du-31-mars-2008.pdf D-cret-n--2008---56-du-31-mars-2008.pdf D-cret-n--2008---56-du-31-mars-2008.pdf D-cret-n--2008---58-du-31-mars-2008.pdf D-cret-n--2008---58-du-31-mars-2008.pdf D-cret-n--2008---60-du-31-mars-2008.pdf D-cret-n--2008---60-du-31-mars-2008.pdf D-cret-n--2008---64-du-3i-mars-2008.pdf D-cret-n--2008---64-du-3i-mars-2008.pdf D-cret-n--2008---t5-du-n-f-vrier-2008.pdf D-cret-n--2008---t5-du-n-f-vrier-2008.pdf D-cret-n--2008--3-du-11-janvier-2008.pdf D-cret-n--2008--3-du-11-janvier-2008.pdf D-cret-n--2008-84--.-du-15-avril-2008.pdf D-cret-n--2008-84--.-du-15-avril-2008.pdf D-cret-sur-la-transparence.pdf D-cret-sur-la-transparence.pdf D-cret-sur-les-op-rations-des-services-de-l--tat.pdf D-cret-sur-les-op-rations-des-services-de-l--tat.pdf decret-election-presidentielle.jpg decret-election-presidentielle.jpg decret_du_09_10_2008.pdf decret_du_09_10_2008.pdf Enl-vement-des-Stocks-de-P-trole-2005.pdf Enl-vement-des-Stocks-de-P-trole-2005.pdf Facture-d-Hotel-de-Sassou---N-Y.pdf Facture-d-Hotel-de-Sassou---N-Y.pdf

Feuilledecomptabilit-1.pdf Feuilledecomptabilit-1.pdf Guide du journalisme indépendant Guide du journalisme indépendant Le Plan Mouébara au CMAS 1 Le Plan Mouébara au CMAS 1 Le Plan Mouébara au CMAS 2 Le Plan Mouébara au CMAS 2 Le Plan Mouébara au CMAS 3 Le Plan Mouébara au CMAS 3

Les-Sages-Mbochis.pdf Les-Sages-Mbochis.pdf Les-factures-du-fils-de-Sassou.pdf Les-factures-du-fils-de-Sassou.pdf Statuts de T. I. France Statuts de T. I. France LISTEOP_C2G-EY.pdf LISTEOP_C2G-EY.pdf Loi-Electorale-du-Congo.pdf Loi-Electorale-du-Congo.pdf Loi-du-24-novembre-2001.doc Loi-du-24-novembre-2001.doc Loi-176-2003-du-18-janvier-2003.doc Loi-176-2003-du-18-janvier-2003.doc LISTEOP_KPMG.pdf LISTEOP_KPMG.pdf Note-Circulaire-AdministrateurSNPC.pdf Note-Circulaire-AdministrateurSNPC.pdf okouna-petro jugement&plaidoirie okouna-petro jugement&plaidoirie PID-2006.pdf PID-2006.pdf Pland-actionBonneGouvernancePool2.pdf Pland-actionBonneGouvernancePool2.pdf R-echelonnement-de-la-Dette-du-Congo-par-le-Club-de-Paris.pdf R-echelonnement-de-la-Dette-du-Congo-par-le-Club-de-Paris.pdf Rapport-Cofipa.pdf Rapport-Cofipa.pdf Rapport-de-la-Cour-des-Comptes.pdf Rapport-de-la-Cour-des-Comptes.pdf Rapport-KPMG-09-2006.pdf Rapport-KPMG-09-2006.pdf Rapport-KPMG-12-2006.pdf Rapport-KPMG-12-2006.pdf Rapport-KPMG-du-16-avril-2007.pdf Rapport-KPMG-du-16-avril-2007.pdf Rapport-TOFE-2005.pdf Rapport-TOFE-2005.pdf RECOURNSo-0-132008-du-O3J-uin-2008.PDF RECOURNSo-0-132008-du-O3J-uin-2008.PDF Redevance-2006.pdf Redevance-2006.pdf Requ-te-en-annulation.PDF Requ-te-en-annulation.PDF Service-de-S-curit-.pdf Service-de-S-curit-.pdf SOCAPALM Exposé de la Situation SOCAPALM Exposé de la Situation Suivi-Bonus-2005.pdf Suivi-Bonus-2005.pdf