Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 juillet 2011 6 16 /07 /juillet /2011 13:24

Un Cadre Conceptuel pour la Libération

Par Gene SHARP

Institution Albert Einstein

POSTACE : Mayeul KAUFFMANN

gene sharpCe livre est un guide permettant d’élaborer une stratégie de transition, pour passer de la dictature à la démocratie dans un pays donné. Il présente les méthodes les plus efficaces pour démanteler les dictatures avec le coût le plus faible possible en vies humaines, afin d’instaurer des démocraties durables.

Évitant les écueils de la guérilla et de l’angélisme, il propose de généraliser la défiance politique face à la dictature, en mettant en œuvre une stratégie mûrement planifiée. Il en résulte un ouvrage résolument tourné vers l’action.

Ni Lutte Armée, Ni Négociation : La Défiance Politique

Après avoir brièvement rappelé des exemples de dictatures tombées sans coup férir, Gene SHARP écarte deux stratégies, celle de la lutte armée et celle de la négociation.

D’un côté, la lutte armée revient à combattre une dictature sur le terrain où elle est la plus forte. Elle provoque généralement une réaction encore plus violente de la part du dictateur. Si une guérilla réussit à remplacer un dictateur, le nouveau régime est fréquemment plus dictatorial encore que son prédécesseur. De surcroît, la lutte armée ne modifie pas les structures du pouvoir politique et ne permet donc pas l’avènement d’une démocratie durable (pour la même raison, l’espoir suscité par une intervention étrangère armée est un leurre).

De l’autre côté, toute négociation entre un dictateur et ses opposants démocratiques est vouée à déboucher sur un marché de dupes : la vision "romantique" de dictateurs qui seraient prêts à faire des concessions majeures, et de négociations menées en fonction d’arguments de droit et d’éthique (et non de pouvoir), est au mieux irréaliste : si un dictateur veut assouplir son régime, il n’a pas besoin de négocier pour le faire.

Cette vision peut même être dangereuse : les négociations donnent au dictateur une légitimité. La seule négociation envisageable est celle permettant à un dictateur en déroute de fuir son pays en sécurité.

L’auteur propose une troisième voie, partant d’un constat : une dictature ne peut se maintenir sans la soumission, le soutien (actif ou passif) et l’obéissance de sa population. La stratégie proposée est donc celle de la défiance politique.

Une désobéissance de masse est de nature à fragiliser fortement une dictature et, si elle se maintient malgré l’éventuelle répression qui s’ensuit, elle conduit généralement à l’effondrement de la dictature.

L’auteur énumère les nombreuses faiblesses des régimes autoritaires : luttes internes, gestion inefficace de l’information par la bureaucratie, opposition des groupes défavorisés, usure du pouvoir... C’est sur ces terrains, où les dictateurs sont le plus à leur désavantage, que les démocrates doivent combattre. Ceci implique une discipline non-violente absolue de leur part.

Toutes les armes de la défiance politique doivent être utilisées conjointement, que ces armes soient psychologiques, sociales, économiques ou politiques. Des luttes improvisées ont échoué parce qu’elles n’avaient utilisé qu’une ou deux des méthodes disponibles.

L’auteur recense pas moins de 198 méthodes, regroupées en trois catégories :

1)    protestation et persuasion (par exemple manifestations, parades…) ;

2)   non-coopération sociale, économique ou politique ;

3)   intervention non-violente (par exemple des occupations-éclairs).

L’action doit être collective, d’où le rôle des organisations. Ces méthodes peuvent être très ciblées en fonction des faiblesses d’une dictature ou du type de droits à défendre.

Par exemple, la non-coopération économique (baisse de la productivité, « erreurs » délibérées, grèves, boycotts...) est souvent adaptée pour lutter contre une dictature économiquement fragile ou pour obtenir la reconnaissance de droits économiques.

Correctement menée, la lutte non-violente modifie le contexte conflictuel et la société, de sorte que l’adversaire ne peut plus agir comme bon lui semble. Il y a alors divers types d’évolutions.

L’"accommodation" est possible si l’enjeu paraît limité aux yeux de l’adversaire et s’il y gagne en apaisant la situation.

La "coercition non-violente" peut être le résultat d’un refus massif de coopérer, au sein des forces économiques, sociales, politiques (voire d’une partie des militaires) du pays.

Dans des cas plus extrêmes de "désintégration", la défiance est généralisée, y compris dans l’appareil bureaucratique, la police et l’armée ; le système se disloque.

On note aussi quelques cas de "conversion", lorsqu’un membre du groupe opprimant est ému par les souffrances endurées par des résistants non-violents, ou persuadé par des arguments éthiques – mais ces cas-là sont isolés.

L’indispensable planification stratégique

Ainsi, la lutte non-violente est complexe. Elle nécessite donc une planification stratégique à long terme, prenant en compte l’état de la société et des ressources disponibles, afin d’envisager des phases réalistes d’actions et d’articuler les quatre niveaux de planification que sont la "grande stratégie" (définition des principaux objectifs et du type de méthode), la stratégie (ordre de réalisation, séquençage en campagnes), la tactique (choix concernant une action limitée) et les méthodes (moyens d’action, par exemple grève ou manifestation).

L’échec est l’issue la plus fréquente d’un manque de planification ou d’une stratégie étriquée : "faire tomber le dictateur" est un objectif insuffisant. Il faut viser la mise en place d’une société démocratique et libre et fixer les divers objectifs intermédiaires qui y concourent, dans tous les domaines.

Il est nécessaire d’effectuer une évaluation précise des moyens organisationnels, en formation, des canaux de communication avec le grand public, des réactions possibles du dictateur, des possibilités de soutien international (non-militaire), etc…

La première campagne (et si possible les deux suivantes) doit être entièrement planifiée dès le début et doit viser un objectif symbolique et limité (au risque sinon de tourner au massacre). Les campagnes suivantes doivent diffuser la lutte non-violente de manière sélective, en faisant faire à des groupes sociaux différents des actions ciblées.

Le renforcement de ces groupes sociaux facilitera la généralisation ultérieure en mouvement de défiance politique de masse. Certaines phases sont cruciales et doivent être préparées avec soin. Il convient ainsi de développer une stratégie particulière visant à obtenir le soutien ou au moins la neutralité d’une partie de l’armée et de la police.

L’évaluation continue des méthodes, des objectifs et de leur réalisation doit permettre un réajustement rapide de la stratégie en cas de besoin. Une fois obtenue, la chute d’une dictature ne doit pas conduire à une baisse de la vigilance : le risque de retour à la dictature est élevé.

Préparer et diffuser une stratégie de réaction à une tentative de coup d’État peut être dissuasif. La rédaction d’une constitution démocratique compréhensible par tous est aussi un enjeu majeur, qui n’est que le début d’un long travail d’établissement d’une démocratie solide : les problèmes politiques, économiques et sociaux légués par la dictature sont en effet susceptibles de perdurer pendant des années.

Un livre tourné vers l’action

Ce livre n’est pas un ouvrage comme les autres. Alors que Gene SHARP a publié des travaux universitaires contenant de nombreuses références bibliographiques, ici, les faits sont présentés de manière générale pour laisser plus de place à la réflexion sur la stratégie et les méthodes.

Le lecteur est renvoyé à d’autres ouvrages plus factuels, écrits par Gene SHARP ou par d’autres auteurs.

Il en ressort un ouvrage entièrement tourné vers l’action. Vu le format, peu de temps est consacré à convaincre le lecteur pourquoi telle ou telle tactique est la meilleure. L’auteur reconnaît son incompétence pour juger de l’adéquation de chaque technique avec la situation d’un pays donné : c’est le lecteur qui, s’il connaît bien son pays, est le plus à même d’en juger. Ainsi, la plus grande qualité de l’ouvrage est sans doute son réalisme.

Loin de tout angélisme, l’auteur avertit que la lutte contre les dictatures peut être difficile et coûteuse, souvent même en vies humaines, mais que le nombre de victimes sera toujours très inférieur à celui d’une "solution" armée.

Enfin, il est impossible de discuter du contenu de cet ouvrage sans mentionner ses modes et lieux de diffusion. Synthétique mais clair, de longueur modérée, son format est de fait destiné aux activistes plutôt qu’aux universitaires.

Afin de faciliter sa diffusion, le texte anglais est dans le domaine public et disponible sur le site

Internet de l’Institution Albert Einstein et en librairie. Ces moyens mis en œuvre pour diffuser cet ouvrage s’accordent bien avec son objectif : parvenir à la démocratie, un régime caractérisé par la transparence.

Le moyen d’y arriver doit être conforme à ce principe : l’organisation de la lutte non-violente ne doit pas être fondée sur le secret. Les conspirations et organisations secrètes sont tôt ou tard infiltrées par la police d’État et ce risque est une source de méfiance entre conspirateurs.

Au contraire, la transparence et l’information concernant les objectifs et les moyens à mettre en œuvre donnent l’image d’un mouvement de résistance puissant, inspirent confiance à la population et l’encouragent à se joindre au mouvement. De plus, cette information assure la pérennité du mouvement démocratique si ses leaders sont arrêtés. Ce livre, en rendant public cette stratégie, met en œuvre ce principe.

Cette publication est en soi un acte fort

La diffusion et l’usage qui en a été fait dans plusieurs pays en témoignent. Parmi les langues dans lesquelles l’ouvrage a été traduit, on trouve plusieurs langues de pays dictatoriaux.

Sa publication et sa diffusion à plusieurs milliers d’exemplaires dans certains pays ont précédé de peu plusieurs "révolutions colorées", telles que la "révolution originelle" en Serbie en 2000 (publication en serbe en 1999), la "révolution orange" ukrainienne de novembre décembre 2004 (publication en ukrainien en mai 2004), la "révolution des tulipes" du 24 mars 2005 au Kirghizistan (publication en kirghiz en février 2005).

L’ouvrage, publié pour la première fois en 1993 (en anglais) par l’opposition démocratique birmane, a en outre été traduit et diffusé en birman (en 1994, puis dans quatre autres dialectes birmans en 2001), en indonésien (1997), en espagnol (2003), en persan et en arabe (2004), en azéri, en biélorusse, en russe, en mandarin (traditionnel et simplifié), en khmer et en vietnamien (2005) et enfin en 2006 en tibétain et en tigrinya (langue parlée en Érythrée et en Éthiopie).

L’ouvrage a donc inspiré des acteurs qui ont effectivement fait tomber des dictatures. Les méthodes qu’il présente ont montré qu’elles peuvent être réellement efficaces quand elles sont appliquées de manière appropriée.

L’absence de traduction en français faisait gravement défaut à la panoplie de tous les démocrates francophones.

En Afrique et ailleurs, cet ouvrage saura être une source d’inspiration pour des peuples qui ont trop souffert des dictatures pour endurer des révolutions armées. L’action Non-violente réfléchie, planifiée et organisée offre le moyen le plus réaliste de passer de la dictature à la démocratie.

Partager cet article

Repost 0
Published by PatrickEric - dans Politique
commenter cet article

commentaires

benjamin MOUSSIROU 17/07/2011 12:36



nous vous lançons un vibrant appel .pour nous aider nous congolais sois disant travailleurs des societes privées dans differents domaines sont obligés de se soumettre a des traitements
d'immuliation .vous travailler pour recevoir moins 10/°de votre gain tout cela c'est au su et au vu de tout le monde .le congolais  n'en veut plus .nous ne voulons plus voir exister cette
forme d'esclavage moderne.qu'on arrete de nous deconsiderer. nous sommes plus important et nous avons plus de droit que tout etranger qui s'est installer au congo .le congolais dabord.il est
innacceptable que cela sois encouragé par nos freres congolais  qui pour des uns  sont aussi proprietaires des ses societés de sous traitant (que nous considerons comme des comptoirs
mafieux) et pour des autres sont complices et participent  à coups d'argent à ce genre d'esclavage Non,Non le congolais n est pas un animal .Nous souhaitons la
suppression la plus rapide de genre de systeme .


Nous vous demandons en tant congolais d'ouvrir une information dans ce sens et vous serieux tres deçu des informations que vos auriez des autres congolais .


merci pour votre participation .



  • : Mampouya.com
  • Mampouya.com
  • : Restauration de la Démocratie de l'Etat de Droit et de la Républque au Congo
  • Contact

  • Patrick Eric Mampouya
  • Patrick Éric Mampouya
  • Patrick Éric Mampouya

Recherche

Mes Héros : Mort Pour un Autre Congo

bruno-ossébighislin_simplice_ongouya.jpg

Congo : Textes Divers

2306_Bourses_etudes.pdf 2306_Bourses_etudes.pdf bilan matondo congo bilan matondo congo Bruno-OSSEBI.doc Bruno-OSSEBI.doc Budget-de-l-Etat-Exercice-2007.pdf Budget-de-l-Etat-Exercice-2007.pdf Budget-de-l-Etat_Exercice-2008.pdf Budget-de-l-Etat_Exercice-2008.pdf Code-des-Investissements-Miniers-du-Congo.pdf Code-des-Investissements-Miniers-du-Congo.pdf Code-Forestier-du-Congo.pdf Code-Forestier-du-Congo.pdf Constitution-du-15-mars-1992 Constitution-du-15-mars-1992 Constitution du 29 novembre 2001 Constitution du 29 novembre 2001

Contrat-Consulting-Longbeach-Bermuda-Elenga-LTD.jpg Contrat-Consulting-Longbeach-Bermuda-Elenga-LTD.jpg Contrat-Consulting2.jpg Contrat-Consulting2.jpg Contrat-Consulting3.jpg Contrat-Consulting3.jpg Contrat-Consulting4.jpg Contrat-Consulting4.jpg Contrat-Partage-HM-NKOSSA-Contrat-PP.pdf Contrat-Partage-HM-NKOSSA-Contrat-PP.pdf Contrat-Partage-Kouakouala.pdf Contrat-Partage-Kouakouala.pdf Contrat-Partage-Kouilou.pdf Contrat-Partage-Kouilou.pdf Contrat-Partage-Madingo.pdf Contrat-Partage-Madingo.pdf Contrat-Partage-MarineVI-VII-KITINA.pdf Contrat-Partage-MarineVI-VII-KITINA.pdf Contrat-Partage-MarineX.pdf Contrat-Partage-MarineX.pdf Contrat-Partage-Mer-TP-Nord.pdf Contrat-Partage-Mer-TP-Nord.pdf Contrat-Partage-Mer-TP-Sud.pdf Contrat-Partage-Mer-TP-Sud.pdf Contrat-Partage-PEX.pdf Contrat-Partage-PEX.pdf Contrat-Partage-PNGF-Contrat-PP.pdf Contrat-Partage-PNGF-Contrat-PP.pdf D-cret-n--2004-30-du-18-f-vrier-2004.doc D-cret-n--2004-30-du-18-f-vrier-2004.doc  D-cret-n--2008---5-du-31-mars-2008.pdf D-cret-n--2008---5-du-31-mars-2008.pdf D-cret-n--2008---56-du-31-mars-2008.pdf D-cret-n--2008---56-du-31-mars-2008.pdf D-cret-n--2008---58-du-31-mars-2008.pdf D-cret-n--2008---58-du-31-mars-2008.pdf D-cret-n--2008---60-du-31-mars-2008.pdf D-cret-n--2008---60-du-31-mars-2008.pdf D-cret-n--2008---64-du-3i-mars-2008.pdf D-cret-n--2008---64-du-3i-mars-2008.pdf D-cret-n--2008---t5-du-n-f-vrier-2008.pdf D-cret-n--2008---t5-du-n-f-vrier-2008.pdf D-cret-n--2008--3-du-11-janvier-2008.pdf D-cret-n--2008--3-du-11-janvier-2008.pdf D-cret-n--2008-84--.-du-15-avril-2008.pdf D-cret-n--2008-84--.-du-15-avril-2008.pdf D-cret-sur-la-transparence.pdf D-cret-sur-la-transparence.pdf D-cret-sur-les-op-rations-des-services-de-l--tat.pdf D-cret-sur-les-op-rations-des-services-de-l--tat.pdf decret-election-presidentielle.jpg decret-election-presidentielle.jpg decret_du_09_10_2008.pdf decret_du_09_10_2008.pdf Enl-vement-des-Stocks-de-P-trole-2005.pdf Enl-vement-des-Stocks-de-P-trole-2005.pdf Facture-d-Hotel-de-Sassou---N-Y.pdf Facture-d-Hotel-de-Sassou---N-Y.pdf

Feuilledecomptabilit-1.pdf Feuilledecomptabilit-1.pdf Guide du journalisme indépendant Guide du journalisme indépendant Le Plan Mouébara au CMAS 1 Le Plan Mouébara au CMAS 1 Le Plan Mouébara au CMAS 2 Le Plan Mouébara au CMAS 2 Le Plan Mouébara au CMAS 3 Le Plan Mouébara au CMAS 3

Les-Sages-Mbochis.pdf Les-Sages-Mbochis.pdf Les-factures-du-fils-de-Sassou.pdf Les-factures-du-fils-de-Sassou.pdf Statuts de T. I. France Statuts de T. I. France LISTEOP_C2G-EY.pdf LISTEOP_C2G-EY.pdf Loi-Electorale-du-Congo.pdf Loi-Electorale-du-Congo.pdf Loi-du-24-novembre-2001.doc Loi-du-24-novembre-2001.doc Loi-176-2003-du-18-janvier-2003.doc Loi-176-2003-du-18-janvier-2003.doc LISTEOP_KPMG.pdf LISTEOP_KPMG.pdf Note-Circulaire-AdministrateurSNPC.pdf Note-Circulaire-AdministrateurSNPC.pdf okouna-petro jugement&plaidoirie okouna-petro jugement&plaidoirie PID-2006.pdf PID-2006.pdf Pland-actionBonneGouvernancePool2.pdf Pland-actionBonneGouvernancePool2.pdf R-echelonnement-de-la-Dette-du-Congo-par-le-Club-de-Paris.pdf R-echelonnement-de-la-Dette-du-Congo-par-le-Club-de-Paris.pdf Rapport-Cofipa.pdf Rapport-Cofipa.pdf Rapport-de-la-Cour-des-Comptes.pdf Rapport-de-la-Cour-des-Comptes.pdf Rapport-KPMG-09-2006.pdf Rapport-KPMG-09-2006.pdf Rapport-KPMG-12-2006.pdf Rapport-KPMG-12-2006.pdf Rapport-KPMG-du-16-avril-2007.pdf Rapport-KPMG-du-16-avril-2007.pdf Rapport-TOFE-2005.pdf Rapport-TOFE-2005.pdf RECOURNSo-0-132008-du-O3J-uin-2008.PDF RECOURNSo-0-132008-du-O3J-uin-2008.PDF Redevance-2006.pdf Redevance-2006.pdf Requ-te-en-annulation.PDF Requ-te-en-annulation.PDF Service-de-S-curit-.pdf Service-de-S-curit-.pdf SOCAPALM Exposé de la Situation SOCAPALM Exposé de la Situation Suivi-Bonus-2005.pdf Suivi-Bonus-2005.pdf