Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 mai 2014 6 03 /05 /mai /2014 18:08

Les-amis-de-la-R-publique.jpgUne République est un régime politique où les fonctions de Chef de l'État ne sont pas héréditaires mais procèdent d'une élection. Cependant une République n'est pas nécessairement une démocratie (cas des régimes à parti unique ou ayant élu un dictateur), tout comme une monarchie n'est pas nécessairement absolue, cas de la monarchie constitutionnelle et parlementaire.
Le vocable République vient du latin, et veut dire « la chose commune » : Res publica. Ce terme désigne aujourd’hui n’importe quel « Etat régi par des lois », c’est depuis peu que République a pris son sens actuel et précis d’association politique fondée sur la libre adhésion des personnes à un idéal partagé.
La République rime avec un Etat de droit, c'est-à-dire un Etat où la loi est au dessus de tout le monde et même des chefs.

Le chef n’est pas un souverain, comme le chef suprême, le raïs, le führer, le grand timonier, le commandant, le guide éclairé ou le grand leader, mais une abstraction, la Loi et son respect sont la religion. 
En République la loi est la même sur tout le territoire national ; c’est le principe d’égalité. Il n y a pas de lois spéciales pour telle ou telle catégorie de la population.
Lors des élections législatives, chaque circonscription a son député, mais le député congolais représente la Nation toute entière et non sa circonscription. Seule son élection fait sa légitimité et non son origine. De même en classe, l’enfant vivant à Owando, à Sibiti ou à Dolisie suit le même programme scolaire que le jeune vivant à Ouesso, Mindouli ou Louvakou, et ceux qui passent les concours de recrutement nationaux subissent les mêmes épreuves sur l’étendue du territoire.
La première caractéristique de notre République est d’être indivisible. Diversité des couleurs locales, oui mais dans l’unité supérieure d’une Nation, et d’un même cadre juridique (code civil, code le la famille et code pénal). La République ne reconnaît pas tout ce qui tend à morceler, séparer, démanteler la communauté civique. La République soumet à loi commune toutes minorités (pygmées). La  République est composée de citoyens, non de communautés.
Peut on croire, qu’une République, c’est toujours plus de démocratie ?
La République Romaine, où vivait une majorité d’esclaves, était une République aux mains des praticiens. Dans la République de Venise, les doges, élus à vie se conduisaient en tyrans, la République de Florence était gouverné par une aristocratie, et celle de Cromwell était une dictature militaire. On parle dans ce cas de République simplement pour signaler l’absence de roi et c’est le cas de nos Républiques en Afrique noire francophone.
Si vous observez la gestion des affaires publiques dans les pays africains où les enfants des chefs d’Etat remplacent leurs pères présidents au lendemain de leur décès. On dirait que ces Etats ressemblent plus aux monarchies absolues où les princes (enfants) succèdent au trône après leurs géniteurs.
Les monarques doivent tout à l’hérédité tandis que nos présidents sont choisis pour leurs qualités propres, ou celles qu’on leur suppose. Le frère, la fille ou le fils d’un Roi est un personnage public à la charge du budget public ; les parents d’un Président de la République restent des personnes privées. Puis, un président de la République est soumis à la loi commune, sa personne n’est pas sacrée, il peut être traduit devant un tribunal.
Comparons la Suède qui est un royaume et la Birmanie qui est une République.
En matière de libertés publiques, il y a une longueur d’avance sur nous. On trouve plus de dictateurs parmi les présidents élus que chez les souverains constitutionnels. POL POT dirigeait le Kampuchéa démocratique, qui était une jungle, et Fidel CASTRO la République de Cuba, aujourd’hui c’est son frère, le Cuba est tout sauf une République. Les chefs d’État Africains sont pires que certains monarques d’antan.
La monarchie au sens premier c’est le fait qu’une seule personne (le Roi) décide pour les autres ; l’oligarchie, c’est quand la décision appartient à quelques uns : les plus riches. Et quand personne ne décide de rien parce qu’on rejette toute discipline collective, on parle d’anarchie.
Depuis l’effondrement du soviétisme, tous les pays se disent démocratiques ; à quoi peut-on reconnaître une démocratie ? Les élections libres et transparentes font elles la différence ?
Non. Le nazisme fut démocratiquement porté au pouvoir par son peuple (Allemand), dans les formes légales et à la majorité des suffrages.

La démocratie n’est pas le règne de la majorité.
La monarchie au sens premier c’est le fait qu’une seule personne (le Roi) décide pour les autres ; l’oligarchie, c’est quand la décision appartient à quelques uns : les plus riches. Et quand personne ne décide de rien parce qu’on rejette toute discipline collective, on parle d’anarchie.
Un pays est dit démocratique quand la minorité garde tous ses droits d’expression et d’organisation, quand  aucune fraction du peuple, même majoritaire, aucun groupe, aucun individu ne peut imposer la loi aux autres.

Quand aucun parti, clan, famille, église ou ethnie ne peuvent confisquer la souveraineté car seul le peuple est souverain. Pour éviter que le gagnant d’une élection ne tourne à l’omnipotent dans une démocratie, on a eu besoin d’un garde fou : la séparation des pouvoirs publics. La tradition démocratique en distingue trois :
Il y a le pouvoir de faire les lois qui apparient au parlement (sénat, assemblée) ; c’est le pouvoir législatif.
Il y a le pouvoir de faire exécuter les lois qui appartient au gouvernement ; c’est le pouvoir exécutif.
Il y a le pouvoir de rendre la justice qui appartient aux magistrats ; c’est le pouvoir judiciaire.
Evidemment dans la plupart des pays, on rencontre des gouvernements, des parlements et des tribunaux mais, cela ne prouve rien. Tous ces pouvoirs peuvent dépendre tous d’un seul homme, d’un seul parti ou d’un clan, qui agit selon son bon plaisir et pour défendre ses privilèges.
Nous devons éclaircir la notion de citoyen, qui n’est pas seulement l’habitant d’une cité. Un citoyen c’est avant tout, celui qui participe de son plein gré à la vie de la cité. En vivant dans la cité, on respecte l’environnement en s’abstenant de jeter les immondices dans la nature, on s’occupe des anciens, on soutient les jeunes, on épaule ses compatriotes et on transforme positivement son cadre de vie.
La citoyenneté va même au-delà du savoir vivre ; c’est une conquête. Le citoyen est donc celui qui s’est gagné le droit de faire partie du souverain. Cela signifie que le citoyen est celui qui s’engage à partager avec ses concitoyens le pouvoir. Le pouvoir d’élire et d’être élu. Les élus agissent au nom des citoyens. C’est le mécanisme de la démocratie représentative.
Etant donné qu’on ne peut rassembler sur une place publique tous les citoyens pour leur demander leur avis en temps réel, il arrive qu’ils soient consultés directement sur un projet d’importance touchant à la souveraineté nationale. Cette procédure est exceptionnelle. Il s’agit du référendum.
Les députés, conseillers municipaux, locaux ou ministres (en latin, le Ministre est celui qui vous sert) sont les mandataires des citoyens. Ils doivent rendre des comptes aux citoyens sur la gestion de la chose publique.
Nos Etats qui ne sont pas régis par les lois, mais par l’arbitraire, sont loin d’être des Républiques ; par simplification, on parlerait de République bananière où les élus et autres chefs ne rendent pas compte.
En République vivent des citoyens qui font partie du souverain étant donné que ceux-ci participent à la vie de la cité. La République est régie par des lois.
Un pays qui ne connaît pas la participation des citoyens et où règne la tricherie et l’arbitraire n’est pas une République. Dans la République, le pouvoir émane du peuple souverain.

Partager cet article

Repost 0
Published by PatrickEric - dans Politique
commenter cet article

commentaires

  • : Mampouya.com
  • Mampouya.com
  • : Restauration de la Démocratie de l'Etat de Droit et de la Républque au Congo
  • Contact

  • Patrick Eric Mampouya
  • Patrick Éric Mampouya
  • Patrick Éric Mampouya

Recherche

Mes Héros : Mort Pour un Autre Congo

bruno-ossébighislin_simplice_ongouya.jpg

Congo : Textes Divers

2306_Bourses_etudes.pdf 2306_Bourses_etudes.pdf bilan matondo congo bilan matondo congo Bruno-OSSEBI.doc Bruno-OSSEBI.doc Budget-de-l-Etat-Exercice-2007.pdf Budget-de-l-Etat-Exercice-2007.pdf Budget-de-l-Etat_Exercice-2008.pdf Budget-de-l-Etat_Exercice-2008.pdf Code-des-Investissements-Miniers-du-Congo.pdf Code-des-Investissements-Miniers-du-Congo.pdf Code-Forestier-du-Congo.pdf Code-Forestier-du-Congo.pdf Constitution-du-15-mars-1992 Constitution-du-15-mars-1992 Constitution du 29 novembre 2001 Constitution du 29 novembre 2001

Contrat-Consulting-Longbeach-Bermuda-Elenga-LTD.jpg Contrat-Consulting-Longbeach-Bermuda-Elenga-LTD.jpg Contrat-Consulting2.jpg Contrat-Consulting2.jpg Contrat-Consulting3.jpg Contrat-Consulting3.jpg Contrat-Consulting4.jpg Contrat-Consulting4.jpg Contrat-Partage-HM-NKOSSA-Contrat-PP.pdf Contrat-Partage-HM-NKOSSA-Contrat-PP.pdf Contrat-Partage-Kouakouala.pdf Contrat-Partage-Kouakouala.pdf Contrat-Partage-Kouilou.pdf Contrat-Partage-Kouilou.pdf Contrat-Partage-Madingo.pdf Contrat-Partage-Madingo.pdf Contrat-Partage-MarineVI-VII-KITINA.pdf Contrat-Partage-MarineVI-VII-KITINA.pdf Contrat-Partage-MarineX.pdf Contrat-Partage-MarineX.pdf Contrat-Partage-Mer-TP-Nord.pdf Contrat-Partage-Mer-TP-Nord.pdf Contrat-Partage-Mer-TP-Sud.pdf Contrat-Partage-Mer-TP-Sud.pdf Contrat-Partage-PEX.pdf Contrat-Partage-PEX.pdf Contrat-Partage-PNGF-Contrat-PP.pdf Contrat-Partage-PNGF-Contrat-PP.pdf D-cret-n--2004-30-du-18-f-vrier-2004.doc D-cret-n--2004-30-du-18-f-vrier-2004.doc  D-cret-n--2008---5-du-31-mars-2008.pdf D-cret-n--2008---5-du-31-mars-2008.pdf D-cret-n--2008---56-du-31-mars-2008.pdf D-cret-n--2008---56-du-31-mars-2008.pdf D-cret-n--2008---58-du-31-mars-2008.pdf D-cret-n--2008---58-du-31-mars-2008.pdf D-cret-n--2008---60-du-31-mars-2008.pdf D-cret-n--2008---60-du-31-mars-2008.pdf D-cret-n--2008---64-du-3i-mars-2008.pdf D-cret-n--2008---64-du-3i-mars-2008.pdf D-cret-n--2008---t5-du-n-f-vrier-2008.pdf D-cret-n--2008---t5-du-n-f-vrier-2008.pdf D-cret-n--2008--3-du-11-janvier-2008.pdf D-cret-n--2008--3-du-11-janvier-2008.pdf D-cret-n--2008-84--.-du-15-avril-2008.pdf D-cret-n--2008-84--.-du-15-avril-2008.pdf D-cret-sur-la-transparence.pdf D-cret-sur-la-transparence.pdf D-cret-sur-les-op-rations-des-services-de-l--tat.pdf D-cret-sur-les-op-rations-des-services-de-l--tat.pdf decret-election-presidentielle.jpg decret-election-presidentielle.jpg decret_du_09_10_2008.pdf decret_du_09_10_2008.pdf Enl-vement-des-Stocks-de-P-trole-2005.pdf Enl-vement-des-Stocks-de-P-trole-2005.pdf Facture-d-Hotel-de-Sassou---N-Y.pdf Facture-d-Hotel-de-Sassou---N-Y.pdf

Feuilledecomptabilit-1.pdf Feuilledecomptabilit-1.pdf Guide du journalisme indépendant Guide du journalisme indépendant Le Plan Mouébara au CMAS 1 Le Plan Mouébara au CMAS 1 Le Plan Mouébara au CMAS 2 Le Plan Mouébara au CMAS 2 Le Plan Mouébara au CMAS 3 Le Plan Mouébara au CMAS 3

Les-Sages-Mbochis.pdf Les-Sages-Mbochis.pdf Les-factures-du-fils-de-Sassou.pdf Les-factures-du-fils-de-Sassou.pdf Statuts de T. I. France Statuts de T. I. France LISTEOP_C2G-EY.pdf LISTEOP_C2G-EY.pdf Loi-Electorale-du-Congo.pdf Loi-Electorale-du-Congo.pdf Loi-du-24-novembre-2001.doc Loi-du-24-novembre-2001.doc Loi-176-2003-du-18-janvier-2003.doc Loi-176-2003-du-18-janvier-2003.doc LISTEOP_KPMG.pdf LISTEOP_KPMG.pdf Note-Circulaire-AdministrateurSNPC.pdf Note-Circulaire-AdministrateurSNPC.pdf okouna-petro jugement&plaidoirie okouna-petro jugement&plaidoirie PID-2006.pdf PID-2006.pdf Pland-actionBonneGouvernancePool2.pdf Pland-actionBonneGouvernancePool2.pdf R-echelonnement-de-la-Dette-du-Congo-par-le-Club-de-Paris.pdf R-echelonnement-de-la-Dette-du-Congo-par-le-Club-de-Paris.pdf Rapport-Cofipa.pdf Rapport-Cofipa.pdf Rapport-de-la-Cour-des-Comptes.pdf Rapport-de-la-Cour-des-Comptes.pdf Rapport-KPMG-09-2006.pdf Rapport-KPMG-09-2006.pdf Rapport-KPMG-12-2006.pdf Rapport-KPMG-12-2006.pdf Rapport-KPMG-du-16-avril-2007.pdf Rapport-KPMG-du-16-avril-2007.pdf Rapport-TOFE-2005.pdf Rapport-TOFE-2005.pdf RECOURNSo-0-132008-du-O3J-uin-2008.PDF RECOURNSo-0-132008-du-O3J-uin-2008.PDF Redevance-2006.pdf Redevance-2006.pdf Requ-te-en-annulation.PDF Requ-te-en-annulation.PDF Service-de-S-curit-.pdf Service-de-S-curit-.pdf SOCAPALM Exposé de la Situation SOCAPALM Exposé de la Situation Suivi-Bonus-2005.pdf Suivi-Bonus-2005.pdf