Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 juillet 2011 7 24 /07 /juillet /2011 10:42

Agression Public d’un Journaliste Par un Ministre

Le ministre AKOUALA, hargneux, menace le DG du journal Talassa dans un cybercafé

Trente minutes avant le bouclage de l’édition 310 du journal Talassa, le ministre Alain AKOUALA ATIPAULT alias cerveau bleu, devant près d’une vingtaine d’internautes se targuant d’avoir fait gagner deux voyages à SASSOU NGUESSO, celui de Singapour et de L’île Maurice, mais aussi d’avoir bien géré le département de la communication, s’est mis à vociférer, sans gêne, des insanités indisposant du coup plusieurs personnes.

Suite à ces quelques atermoiements invraisemblables, quelques témoins de cette dispute n’ont pas hésité de prendre pour vrai, les bêtises balancées à tout-va par M. Alain AKOUALA contre la famille SASSOU NGUESSO. Des assertions qui étaient naguère rapportées par Prosper Mokabi-Dawa, son ancien bras-droit et bien d’autres personnes.

Relire l’article sur la face cachée du cerveau bleu : http://www.mampouya.com/article-congo-brazzaville-la-face-cachee-du-cerveau-bleu-61911322.html

Le Directeur général du journal Talassa, avec un calme olympien, nonobstant qu’il ait supplié le ministre Alain AKOUALA qui confond les époques, d’adresser un droit de réponse au bihebdomadaire Talassa ou de ester en justice au cas où il s’était senti égratigner par le journal, comme l’exige la loi. Mais au contraire, le ministre Alain AKOUALA s’est mis à descendre le président Denis SASSOU NGUESSO avec des propos déplacés et obscènes.

Nous tenons à dire à M. Alain AKOUALA qu’il devrait arrêter son bavardage inutile. Car, ce n’est pas lui qui à fait gagner deux voyages au président de la République, mais c’est  plutôt le contraire.

Qui ne sait pas que, c’est plusieurs personnes qui rentrent en action pour faire aboutir une mission du chef de l’État ?

Si le ministre Alain AKOUALA veut aider celui qui l’a fait ministre, qu’il arrête de trop parler, de trop paraître inutilement sur la place public ; qu’il arrête son excès de zèle amer. Qu’il démissionne de son poste pour travailler bénévolement pour son mentor dans l’ombre comme plus d’une personne le fait.

"Celui qui s’abaisse s’élève et celui qui s’élève s’abaisse", nous enseigne la Bible, le plus grand livre du monde.

Affaire à suivre.

Le Congrès du PCT vient de très mal Démarrer

SASSOU NGUESSO mis au pied du mur par YOKA, NGAKALA, MVOUBA, OKOMBI et Cie

Par Ghys Fortuné DOMBE BEMBA & Fall MESSIER ZHOZIER (Talassa)

pctComme le président de la coordination du comité préparatoire et d’organisation du 6ième congrès extraordinaire du Parti Congolais du Travail (PCT), M. Jean- Pierre NONAULT, n’a pas manqué de relever le jeudi 21 juillet 2011 à l’ouverture, que cette rencontre est la résultante de la volonté des membres de ce parti de s’interroger sur eux-mêmes et leur environnement, en se posant entre autres la question de savoir où vont-ils ?

Ce questionnement sur leur destin, exercice courant dans leur histoire, les a toujours portés, selon M. Jean-Pierre NONAULT, vers les nécessaires réformes, voire une rupture que toute dynamique sociale impose aux peuples qui s’assument et qui refusent d’être marginalisés. Il a également rappelé à cette occasion que ce 6ième congrès qui est organisé sous le thème "Dans la paix, la stabilité et la cohésion, engageons-nous dans un esprit d’ouverture à revitaliser le PCT, en vue de contribuer à la modernisation du Congo", s’inscrit dans le cadre de la culture de mouvement et de transcendance caractéristique des forces politiques en quête de modernité.

"Les différents documents de base soumis à leurs échanges lors de ce congrès extraordinaire ont justement obéi à cette optique, en puisant dans leur expérience, les solutions à leurs problèmes", a aussi expliqué M. Jean-Pierre NONAULT qui, a, du reste, fait savoir que "la social-démocratie, corpus doctrinal, adoptée en 2006 au 5ième congrès de cette formation politique, qui sera formalisée et adaptée à leur réalité au cours du 6ième congrès extraordinaire, est un mode d’approches qui doivent leur donner des outils pour  apporter des réponses efficaces conformes aux standards internationaux, aux différentes entraves que la mondialisation et le globalisation peuvent constituer pour le développement économique et social de notre pays.

Malgré cette volonté de changer les choses et de faire le toilettage au sein de ce parti, ne sont-ils vus d’un mauvais œil tous ces changements nécessaires et obligatoires que prône la majorité des membres du PCT, hormis les dignitaires de ce parti qui ne voudraient pas l’entendre de cette oreille, selon certaines indiscrétions. Ces changements qui leur font justement peur parce qu’ils ne veulent pas perdre leurs privilèges, leurs intérêts, notamment leurs milliards acquis malhonnêtement, comme s’ils devraient être éternellement ministres, PDG, DG…         

Selon nos sources persistantes ayant circulé avant la tenue de ce 6ième congrès, la décision du président du comité central du PCT de mettre en place la coordination du comité préparatoire et d’organisation de ce grand forum aurait été motivée par l’incapacité de son bureau politique et de son secrétariat permanent, sortants, de produire un rapport d’activités, document très nécessaire pour la préparation et la tenue d’un congrès, comme il est indispensable et obligatoire pour n’importe quel parti politique.

Ce manquement aurait-il été prémédité par ces dignitaires du parti comme pour s’opposer aux changements nécessaires et fondamentaux qui seraient préconisés au profit de cette formation politique ? Cela ne fait, dit-on l’ombre d’aucun doute, selon des observateurs avertis de la vie politique du pays. Ce qui a poussé ces faucons de garder aux membres de la coordination du comité  préparatoire et d’organisation, un chien de leur chienne, depuis la mise en place de cette structure.

Pour preuve, d’après de nombreuses informations qui alimentent la ville capitale, lors de la réunion extraordinaire du bureau politique tenue le mardi 19 juillet 2011, deux de ses membres n’y auraient pas participé et un autre serait parti avant sa fin. MM. Isidore MVOUBA et François IBOVI qui auraient choisi de ne pas prendre part à cette rencontre, en trouvant des prétextes pour justifier leur absence. Le camarade membre Isidore MVOUBA aurait dit qu’il était saturé par des tâches administratives. Son homologue François IBOVI aurait justifié, quant à lui, son absence, en prétextant qu’il aurait été malade. Le camarade membre André OKOMBI SALISSA aurait préféré ne pas aller jusqu’au bout de cette réunion.

D’après des témoins ayant requis l’anonymat, le camarade membre Pierre NGOLO qui a toujours fait monde d’une éloquence exceptionnelle dans le cadre des affaires du PCT, aurait perdu la verve qu’on lui reconnaît le mercredi 20 juillet 2011. Les petits flottements dont il a été victime, seraient occasionnés certainement par certaines contradictions. Des contradictions qui ne seraient toujours pas aplanies comme on le constate aujourd’hui, même avec l’ouverture du 6ième congrès extraordinaire du PCT qui réclame des changements radicaux, le refus de la marginalisation,  l’esprit d’ouverture, la cohésion en son sein, sa stabilité, afin d’amener notre pays à la modernisation, à sa reconstruction et à son développement.

La pierre d’achoppement, semble-t-il, se situe au niveau de la réduction des membres du comité central du PCT dont le nombre devrait être à la sortie du 6ième congrès, selon certaines propositions, revu à la baisse par rapport au nombre actuel. Ce genre de propositions comme on peut l’imaginer ne pouvait pas acquérir l’assentiment des caciques qui voudraient toujours s’agripper à ce parti comme des véritables sangsues, alors qu’ils sont déphasés pour la plupart par rapport aux nouveaux enjeux poursuivis actuellement par cette formation politique.

A qui profiterait l’augmentation des membres du comité central, du bureau politique et du secrétariat permanent que voudraient imposer au 6ième congrès, le noyau dur du parti dont quelques membres sont Isidore MVOUBA, André OKOMBI SALISSA, Aimé Emmanuel YOKA, Michel NGAKALA… Cela est même affirmé par beaucoup de membres du parti qui ne cessent de décrier et fustiger les comportements rétrogrades affichés par de nombreux faucons, qui veulent se rendre indispensables devant le camarade membre SASSOU NGUESSO. Ce qui est scandaleux et très grave pour un parti qui voudrait redorer le blason terni.

Au finish, ces mêmes personnes continueront toujours à influencer les décisions concernant le PCT et celles liées au pays, parce qu’ils savent qu’ils seraient des éternels ministres, PDG, DG, députés, sénateurs…

La proposition relative à l’interdiction sur le cumul des mandats pour tout membre du PCT, quel qu’il soit, qui devrait être examinée pour son adoption par le 6ième congrès, provoquerait des grincements des dents parmi les membres du noyau dur.

Selon un document du PCT devant être soumis à l’approbation des congressistes, le cumul des mandats consiste à exercer simultanément plusieurs mandats électoraux et/ou plusieurs fonctions permanentes d’animation du parti. La notion de travail permanent est ici directement associée à l’occupation des fonctions permanentes à l’instar du secrétaire permanent du bureau politique, du secrétaire de section et du secrétaire de sous-section, du secrétaire de comité et du secrétaire de sous-comité, du secrétaire à la commission de contrôle au sein du parti.

Ainsi, trois types de cumuls paralysants ont été identifiés tels que le cumul au sein des organes permanents du parti, le cumul des fonctions d’État avec les fonctions au niveau des organes permanents du parti et l’appartenance au parti et à d’autres associations à caractère politique. En ce qui concerne le cumul au sein des organes permanents du parti, il est préconisé de n’exercer qu’une seule fonction permanente au sein d’un organe permanent du parti.

Le cumul des fonctions d’État avec les fonctions au niveau des organes permanents du parti, il est relevé qu’en dehors des incompatibilités, notamment celles prescrites par la loi, l’occupation des fonctions permanentes, s’agissant celles liées à l’État, aux bureaux des institutions constitutionnelles, aux directions des administrations publiques, aux bureaux du Parlement, aux présidences des groupes parlementaires, est incompatible avec toutes les fonctions au sein d’un organe permanent du parti.

Pour l’appartenance au parti et à d’autres associations à caractère politique, il est dit qu’il est strictement interdit d’appartenir à d’autres organisations à caractère politique non affiliées au PCT.

Pour mettre donc un terme à ces cumuls paralysants, on pourrait demander le respect et l’application des statuts du parti et les règlements intérieurs du comité central, des organes intermédiaires et de base du parti, tout en créant les conditions favorables de travail et vie au sein des organes permanents.

Le camarade membre OKOMBI SALISSA serait déjà contre la dissolution du CADD-MJ dont il a toujours fait sa propriété, alors que cette organisation de jeunesse qui a été, depuis longtemps, considérée comme une doublure pour l’UJSC, est née sur l’initiative du camarade membre SASSOU NGUESSO qui la financerait.

Pourquoi donc avoir organisé un congrès qui a coûté des milliards de FCFA s’il n’y a pas de volonté politique pour les faucons du PCT de revitaliser ce parti ? Est-ce une façon de dire au camarade membre SASSOU NGUESSO que sans ces dignitaires, il n’est rien ? S’il arrivait que les changements voulus et souhaités par les forces acquises aux changements prônés, avec le soutien du camarade membre SASSOU NGUESSO échouaient lamentablement, cela ne constituerait-il pas pour lui, une mise en minorité jugée dangereux ?  Et du coup, le président du comité central du PCT ne pourrait-il pas devenir un simple figurant qui serait pris en otage par un noyau dur et fort du parti qui lui ferait dicter leur loi et leurs décisions ?

Pourquoi des faucons du PCT comme Isidore  MVOUBA, André OKOMBI SALISSA, Michel NGAKALA, Aimé Emmanuel YOKA, Rodolphe ADADA, Firmin AYESSA et bien d’autres par exemple, ne formeraient-ils pas le cercle des sages dont le parti a tant besoin.

Si tous les membres du PCT cherchent seulement leurs privilèges égoïstes, il y aura forcement conflits d’intérêts que le parti ne pourrait plus gérer avec le temps. Le camarade membre Denis SASSOU NGUESSO devrait donc s’imposer avec le soutien des forces qui prônent les changements fondamentaux, parce que l’honneur du pays en dépend, mais aussi la crédibilité du PCT.

Ce parti qui sortira du 6ième congrès très fort, si on adopte à son profit des grandes décisions visant à faire basculer les antivaleurs et tous les vieux schémas politiques dépassés et désuets dont le pays n’a plus besoin.

La pire des choses, c’est de voir ces assoiffés d’honneur et ces démagogues qui parlent de la social-démocratie, sans penser aux souffrances du peuple tout en se battant pour leurs intérêts égoïstes.

Enfin, il sied de rappeler en passant que ce sont les contradictions des membres du PCT de l’époque qui ont été à la base de la Conférence Nationale Souveraine (CNS). Il n’est donc pas exclu qu’aujourd’hui, la gloutonnerie des camarades membres influent du PCT conduise le pays au chaos. 

LES NEWS DE L’UNIVERSITE Marien NGOUABI

Quand les "savants" de la République rançonnent sans vergogne leurs étudiants

Par Ben ONGOBE (Talassa)

Est-ce un péché d’être issu d’une famille sans réels moyens ? S’interrogeaient quelques étudiants de l’Institut Supérieur d’Education Physique et sportive (ISEPS) et de la faculté des lettres et des Sciences Humaines (FLSH), établissements faisant partie de l’Université Marien NGOUABI.

Le Congo Brazzaville s’est affiché depuis comme l’un des pays les plus scolarisés d’Afrique avec un taux d’alphabétisation avoisinant les 90%. Ce succès échoit aux gouvernants qui ne ménagent aucun effort pour permettre aux populations d’accéder plus facilement à l’éducation, ceci intègre bien la bataille mondiale de l’heure pour le développement, la dernière recommandation du président de Denis SASSOU NGUESSO supprimant quelques droits scolaire en est une parfaite illustration.

Cependant ceux qui ont reçu la mission naturelle, ceux là même qui se prévalent être des détenteurs du savoir, se moquant souvent des autres, les qualifiant des "petits intellos", naviguent à contre-courant en mettant à mal le système éducatif par des pratiques honteuses qui frisent une véritable escroquerie allant jusqu’au manque de prudence, une malhonnêteté intellectuelle le tout couronné par une absence notoire de personnalité.

Tenez, L’ISEPS, cet institut de l’université Marien NGOUABI admet les étudiants par voie de concours pour les cycle court et long respectivement de 3 ans de formation sanctionné par l’obtention d’un Certificat d’Aptitude de Professionnel Adjoint d’Education Physique et Sportive (CAPA-EPS) à la suite de la soutenance d’une monographie pour les premiers et le Certificat d’Aptitude de Professorat en Education Physique et Sportive (CAPEPS) après avoir défendu un mémoire pour les seconds. A la Faculté des Lettres et des Sciences Humaines (FLSH) vous êtes soumis à la rédaction soit d’un rapport de stage pour le cycle court soit d’un mémoire pour le cycle long.

Ainsi le constat est aigre et insipide aussi bien à l’ISEPS qu’à la FLSH. Dans ces établissements, la communication du thème de monographie à un étudiant est conditionnée par le versement auprès de l’enseignant encadreur d’une somme oscillant entre 15.000 et 30.000 francs CFA, sans laquelle "il n’y a rien à faire" d’après l’expression en vogue. A défaut d’argent, votre beauté peut "faire l’affaire" pour les très jeune-filles.

Quant à la documentation, certains enseignants exagèrent, nous nuançons pour séparer la bonne semence de l’ivraie. Les publications de ces enseignements sont imposées à l’achat aux étudiants, parfois à des prix exorbitants au regard de la modeste bourse mise à leur disposition par le gouvernement, bourse qui disons-le en passant, vieille de plusieurs années et ne répondant plus au coût de la vie actuelle. Les malheureux apprenants n’ayant plus une autre solution que d’adhérer à l’offre, parce que tout le cours expressément s’y trouve pour garantir le business.

Quant aux fascicules, cette petite brochure ou mieux cet assemblage de 05 à 10 feuillets ou plus, qui ne sont de simples photocopies des ouvrages des enseignants des autres universités, sont malheureusement vendus toute l’année par ces maîtres de la pensée. S’agissant de harcèlement sexuel c’est un secret de polichinelle.

Comment comprendre une telle attitude venant des cadres, des "savants" de ce haut rang, sensés défendre les valeurs morales et intellectuelles de notre pays, au revenu mensuel disons-le acceptable, mais qui honteusement se livre à une escroquerie sauvage des étudiants qui seraient avant tout, leurs petits frères, petites sœurs, neveux, nièces, bref, tout à la fois, et de surcroit l’élite congolaise de demain, véritable pépinière sur laquelle tous les espoirs sont désormais fondés.

Certaines indiscrétions font état d’une passivité coupable du côté des secrétaires académiques qui eux-mêmes seraient dans la danse.

Aux gouvernements, nous suggérons un conseil de discipline académique qui sanctionnerait ces enseignants véreux et obsédés sexuels qui s’obstineraient dans ces pratiques honteuses qui tirent le pays vers le bas, déprécient l’image de notre chère université et découragent les étudiants dans leur quête légitime du savoir.

Ainsi l’on regrette que de telles préoccupations pourtant connues mais qui ont échappé à la 33e session du comité consultatif du conseil africain et malgache pour l’enseignement supérieur, l’agence universitaire de la francophonie tenu à Brazzaville du 06 au 07 juillet dernier et qui portait sur un thème alléchant "Universités, citoyenneté et performance : comment renforcer le lieu social ?" et qui a connu la participation entre autres des recteurs et présidents des universités.

Enfin dans un monde où l’enrichissement devient la règle, un appel du renforcement du rôle social de l’enseignement supérieur risque d’être un leurre. Peut être la conscience consciencieuse un jour prévaudra, sinon ah ! Voyons voir.          

Partager cet article

Repost 0
Published by PatrickEric - dans Politique
commenter cet article

commentaires

Rudy MALONGA 24/07/2011 23:43



Pourquoi autant d'acharnement et de haine contre Alain AKOUALA ? On comprend que vous le détestez. Mais cela vous donne-t-il le droit de jeter l'honneur d'un homme en pâture comme vous le faites
? C'est vraiment indigne de la part de quelqu'un qui se dit "démocrate".


Vous profitez de la règle non écrite ou du devoir de réserve qu'à un ministre de ne pas attaquer systématiquement un journaliste ou quelqu'un qui se présente comme tel, pour balancer tout et
n'importe quoi. Vous rapportez une scène qui se serait passer dans un cybercafé à Brazzaville, en ajoutant manifestement des mensonges. Qui peut croire, un seul instant, que le ministre Alain
AKOUALA, se permettrait de raconter ce que vous rapportez contre le président Denis SASSOU NGUESSO, à propos des voyages ou contre sa famille ? C'est de la pure calomnie, une de plus. On croirait
que vous avez de la peine à voir ce ministre encore membre du gouvernement. Et qu'il faut tout faire, tout écrire, mentir, pour l'en éjecter. 


Comme votre opération de lynchage et de démolition d'il y a qques mois n'a pas abouti, vous redonnez le lien du chiffon intitulé "La face cachée du cerveau bleu.". Heureusement, même sur votre
blog, vos lecteurs avaient laissé des commentaires désapprouvant ce papier mensonger, écrit pour salir et démolir.


Votre ami, le directeur de TALASSA, votre source, a écrit récemment des inepties et des contrevérités contre le forum d'investissement de la diaspora organisé par moi et mes amis, à Paris.
Evidemment, comme Alain AKOUALA y était convié, TALASSA a écrit n'importe quoi et vous avez relayé. J'ai demandé un droit de réponse à ce journal, point de réponse à l'horizon. Ce sont des
pratiques indignes. C'est la même tactique. Vous rapportez à nouveau les propos du directeur de TALASSA. Etant habitué à écrire des stupidités, même vos lecteurs ne s'y tromperont pas.


Si je devais donner un conseil à Alain AKOUALA, je lui conseillerai de vous attaquer en justice, vous et l'hébergeur de votre blog, pour diffamation. Vous recherchez peut-être qu'il vous fasse de
la publicité en vous conduisant devant un tribunal. J'espère que ce commentaire sera publié.     



  • : Mampouya.com
  • Mampouya.com
  • : Restauration de la Démocratie de l'Etat de Droit et de la Républque au Congo
  • Contact

  • Patrick Eric Mampouya
  • Patrick Éric Mampouya
  • Patrick Éric Mampouya

Recherche

Mes Héros : Mort Pour un Autre Congo

bruno-ossébighislin_simplice_ongouya.jpg

Congo : Textes Divers

2306_Bourses_etudes.pdf 2306_Bourses_etudes.pdf bilan matondo congo bilan matondo congo Bruno-OSSEBI.doc Bruno-OSSEBI.doc Budget-de-l-Etat-Exercice-2007.pdf Budget-de-l-Etat-Exercice-2007.pdf Budget-de-l-Etat_Exercice-2008.pdf Budget-de-l-Etat_Exercice-2008.pdf Code-des-Investissements-Miniers-du-Congo.pdf Code-des-Investissements-Miniers-du-Congo.pdf Code-Forestier-du-Congo.pdf Code-Forestier-du-Congo.pdf Constitution-du-15-mars-1992 Constitution-du-15-mars-1992 Constitution du 29 novembre 2001 Constitution du 29 novembre 2001

Contrat-Consulting-Longbeach-Bermuda-Elenga-LTD.jpg Contrat-Consulting-Longbeach-Bermuda-Elenga-LTD.jpg Contrat-Consulting2.jpg Contrat-Consulting2.jpg Contrat-Consulting3.jpg Contrat-Consulting3.jpg Contrat-Consulting4.jpg Contrat-Consulting4.jpg Contrat-Partage-HM-NKOSSA-Contrat-PP.pdf Contrat-Partage-HM-NKOSSA-Contrat-PP.pdf Contrat-Partage-Kouakouala.pdf Contrat-Partage-Kouakouala.pdf Contrat-Partage-Kouilou.pdf Contrat-Partage-Kouilou.pdf Contrat-Partage-Madingo.pdf Contrat-Partage-Madingo.pdf Contrat-Partage-MarineVI-VII-KITINA.pdf Contrat-Partage-MarineVI-VII-KITINA.pdf Contrat-Partage-MarineX.pdf Contrat-Partage-MarineX.pdf Contrat-Partage-Mer-TP-Nord.pdf Contrat-Partage-Mer-TP-Nord.pdf Contrat-Partage-Mer-TP-Sud.pdf Contrat-Partage-Mer-TP-Sud.pdf Contrat-Partage-PEX.pdf Contrat-Partage-PEX.pdf Contrat-Partage-PNGF-Contrat-PP.pdf Contrat-Partage-PNGF-Contrat-PP.pdf D-cret-n--2004-30-du-18-f-vrier-2004.doc D-cret-n--2004-30-du-18-f-vrier-2004.doc  D-cret-n--2008---5-du-31-mars-2008.pdf D-cret-n--2008---5-du-31-mars-2008.pdf D-cret-n--2008---56-du-31-mars-2008.pdf D-cret-n--2008---56-du-31-mars-2008.pdf D-cret-n--2008---58-du-31-mars-2008.pdf D-cret-n--2008---58-du-31-mars-2008.pdf D-cret-n--2008---60-du-31-mars-2008.pdf D-cret-n--2008---60-du-31-mars-2008.pdf D-cret-n--2008---64-du-3i-mars-2008.pdf D-cret-n--2008---64-du-3i-mars-2008.pdf D-cret-n--2008---t5-du-n-f-vrier-2008.pdf D-cret-n--2008---t5-du-n-f-vrier-2008.pdf D-cret-n--2008--3-du-11-janvier-2008.pdf D-cret-n--2008--3-du-11-janvier-2008.pdf D-cret-n--2008-84--.-du-15-avril-2008.pdf D-cret-n--2008-84--.-du-15-avril-2008.pdf D-cret-sur-la-transparence.pdf D-cret-sur-la-transparence.pdf D-cret-sur-les-op-rations-des-services-de-l--tat.pdf D-cret-sur-les-op-rations-des-services-de-l--tat.pdf decret-election-presidentielle.jpg decret-election-presidentielle.jpg decret_du_09_10_2008.pdf decret_du_09_10_2008.pdf Enl-vement-des-Stocks-de-P-trole-2005.pdf Enl-vement-des-Stocks-de-P-trole-2005.pdf Facture-d-Hotel-de-Sassou---N-Y.pdf Facture-d-Hotel-de-Sassou---N-Y.pdf

Feuilledecomptabilit-1.pdf Feuilledecomptabilit-1.pdf Guide du journalisme indépendant Guide du journalisme indépendant Le Plan Mouébara au CMAS 1 Le Plan Mouébara au CMAS 1 Le Plan Mouébara au CMAS 2 Le Plan Mouébara au CMAS 2 Le Plan Mouébara au CMAS 3 Le Plan Mouébara au CMAS 3

Les-Sages-Mbochis.pdf Les-Sages-Mbochis.pdf Les-factures-du-fils-de-Sassou.pdf Les-factures-du-fils-de-Sassou.pdf Statuts de T. I. France Statuts de T. I. France LISTEOP_C2G-EY.pdf LISTEOP_C2G-EY.pdf Loi-Electorale-du-Congo.pdf Loi-Electorale-du-Congo.pdf Loi-du-24-novembre-2001.doc Loi-du-24-novembre-2001.doc Loi-176-2003-du-18-janvier-2003.doc Loi-176-2003-du-18-janvier-2003.doc LISTEOP_KPMG.pdf LISTEOP_KPMG.pdf Note-Circulaire-AdministrateurSNPC.pdf Note-Circulaire-AdministrateurSNPC.pdf okouna-petro jugement&plaidoirie okouna-petro jugement&plaidoirie PID-2006.pdf PID-2006.pdf Pland-actionBonneGouvernancePool2.pdf Pland-actionBonneGouvernancePool2.pdf R-echelonnement-de-la-Dette-du-Congo-par-le-Club-de-Paris.pdf R-echelonnement-de-la-Dette-du-Congo-par-le-Club-de-Paris.pdf Rapport-Cofipa.pdf Rapport-Cofipa.pdf Rapport-de-la-Cour-des-Comptes.pdf Rapport-de-la-Cour-des-Comptes.pdf Rapport-KPMG-09-2006.pdf Rapport-KPMG-09-2006.pdf Rapport-KPMG-12-2006.pdf Rapport-KPMG-12-2006.pdf Rapport-KPMG-du-16-avril-2007.pdf Rapport-KPMG-du-16-avril-2007.pdf Rapport-TOFE-2005.pdf Rapport-TOFE-2005.pdf RECOURNSo-0-132008-du-O3J-uin-2008.PDF RECOURNSo-0-132008-du-O3J-uin-2008.PDF Redevance-2006.pdf Redevance-2006.pdf Requ-te-en-annulation.PDF Requ-te-en-annulation.PDF Service-de-S-curit-.pdf Service-de-S-curit-.pdf SOCAPALM Exposé de la Situation SOCAPALM Exposé de la Situation Suivi-Bonus-2005.pdf Suivi-Bonus-2005.pdf