Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 juillet 2011 5 15 /07 /juillet /2011 01:36

Par Patrick Armand POGNON

patrick-armand pognonLe problème épineux de l’emploi est pour l’Afrique comme pour le monde, une préoccupation permanente, récurrente et difficile. De nombreuses initiatives ont été prises par-ci, par-là avec des résultats mitigés.

Les divers États ont investi beaucoup de ressources sans venir à bout de ce phénomène. Le problème de l’emploi comme celui de la fortune, du développement fait appel à une remise en cause de nos conceptions habituelles pour oser toucher les fondements de la société.

Les pays soi-disant développés comme la Grèce, le Portugal, …, sont aujourd’hui sous ajustement structurel. L’Espagne et même la France montrent des signes d’essoufflements. Tout ceci juste pour dire comme dans une ancienne chronique que le développement est un processus permanent de mieux-être et donc que tous les pays sont en développement.

Qui parmi nous n’a pas demandé à son enfant de travailler à l’école pour avoir un bon diplôme et par la suite un bon emploi. Ce conseil porte en lui-même les germes du chômage, de la pauvreté, du sous-développement.

A l’indépendance, l’État avait besoin de fonctionnaires, l’école devait former pour la fonction publique qui recrute les meilleurs en matière de note. Ce conseil s’inscrit donc dans cette logique et se comprend dans son contexte.

Ainsi donc, l’État a recruté pendant longtemps des diplômés préparés à exécuter des tâches sans aucune créativité, sans capacité de produire de nouvelles idées, de nouveaux projets, de la richesse. Ceci a entrainé une augmentation des travailleurs sans augmentation du travail à faire et des ressources pour les rémunérer.

Conséquence logique, l’État ne peut plus recruter tout le monde et a du mal à offrir à ses fonctionnaires de bonnes conditions de travail. La solution facile adoptée est d’encourager l’initiative privée. Nos pays ont déboursé des milliards avec l’aide des bailleurs de fonds pour financier la création d’entreprise par des milliers de jeunes.

Or, ces jeunes sont formés pour exécuter des tâches et non pour prendre des initiatives. Il se retrouve chef d’entreprise, il doit s’occuper et occuper ses employés, il doit inventer le travail à faire. Commence alors une galère qui finira par la faillite. Je voudrais éviter de m’attarder sur ceux qui ont pris ce financement pour se marier, pour tenter l’immigration clandestine, etc.

Les grandes entreprises qui devraient absorber une grande partie de ces diplômés ont eux aussi besoin de créativité, d’innovation pour survivre et accroître le travail à faire et donc le besoin de main-d’œuvre.

Le tissu économique, l’emploi, la fortune et le développement souffrent de ce conseil que nous donnons à nos enfants : "travaille à l’école pour avoir de bons diplômes et un bon emploi". C’est toute leur vie qui est façonnée par ce conseil.

Imaginons un monde où les parents disent à leurs enfants "va à l’école pour apprendre comment gagner ta vie, comment réussir ta vie, comment faire mieux que nous, comment atteindre tes objectifs, comment devenir riche". Dans ce monde, l’enfant sortira de l’école peut-être sans diplôme mais avec des solutions, avec des idées, avec des stratégies, avec des initiatives.

Il y a dix ans de cela, j’ai initié au Bénin, un programme de formation des Techniciens Supérieurs en Développement d’une durée de deux ans. Vingt Neuf (29) étudiants ont pris le départ avec nous. Au bout de six (6) mois, un ami à moi lance une société pour gérer le départ et l’arrivée des vols Air-France à Cotonou. Il me demande de lui fournir près d’une trentaine d’employés pour avoir vécu notre système de formation.

J’ai rassemblé mes étudiants et je leur ai dit ceci, "vous êtes venus ici pour apprendre à devenir riche, à réussir votre vie, à vous développer. Maintenant, j’ai une opportunité qui vous permettra d’apprendre par plus de pratique, je vous encourage à saisir cette opportunité quitte à faire des cours du soir si le diplôme vous semble important". Dix Sept (17) ont saisi cette opportunité et leur vie a pris une tournure positive car ce fut des emplois décents, stables, formateurs.

Nous devons revoir non le contenu mais le pourquoi de notre système éducatif. Détenteur d’un Baccalauréat option comptabilité, j’ai pu enseigner par la suite la philosophie et le français car bien que de coefficient faible dans ma série, ces deux matières m’offraient des éléments essentiels pour l’atteinte de mes objectifs de vie.

Au fait, les ressources humaines désignent la capacité du personnel à produire de la richesse pour leur prise en charge et pour le développement de l’entreprise. C’est donc le conseil de notre monde imaginaire qui peut permettre à nos enfants de chercher dans leur formation les éléments pour répondre aux besoins des entreprises et garantir un emploi durable.

Ma fille vient d’avoir le Certificat d’Etudes Primaires à l’âge de neuf (9) ans. Pendant longtemps elle ne travaillait pas en classe. Dans une discussion, elle m’avoue n’avoir aucun intérêt pour l’école qui bien que facile reste pour elle inutile et ennuyeuse. Je lui ai expliqué que l’école est une étape nécessaire pour acquérir les pré-requis pour une réussite de vie et que le respect de la société est conditionné à notre moyenne de classe. Depuis lors, elle est toujours première de sa classe et vient de prendre son Certificat en classe de CM1.

Si nous aurons du mal à agir de façon macro, nous devons tout au moins changer de paradigme dans l’éducation de nos enfants. Vouloir les meilleurs diplômes pour nos enfants est une bonne chose car cela suscite le respect et la considération de la société. Mais ce qui garantit la réussite de vie, c’est ce qu’ils vont tirer comme connaissances pratiques et monnayables. Nous savons donc quoi faire pour l’éducation de nos enfants.

Nonobstant le mauvais départ, il est possible et impératif d’aider les diplômés en quête d’emploi à acquérir le savoir-être, le savoir-faire, la proactivité, le sens de l’initiative, …, nécessaires pour créer leur emploi. Oui, il ne s’agit plus de chercher un emploi mais bien de créer son emploi. Cela passe par un changement radical de paradigmes.

Outre le travail à faire sur les dispositions mentales, la documentation en matière d’emploi mérite d’être améliorée dans le but d’intéresser le recruteur. Les curriculums vitae doivent cesser d’être un listing de diplômes et certificats. Ils doivent exposer les capacités humaines, relationnelles, créatrices du demandeur d’emploi. La lettre de motivation doit devenir une lettre commerciale de promotion du produit que représente le potentiel du demandeur d’emploi. Bref, vulgarisons la culture de l’emploi et de l’initiative.

La vie nous a offert deux magnifiques présents : la connaissance et le temps. Il n’en tient qu’à nous de faire ce qui nous plait avec l’un et l’autre. Grâce à chaque billet qui passe dans notre main, nous avons le pouvoir de décider de notre destinée. Si cet argent est dépensé sans discernement, nous choisissons d’être pauvres. Si nous l’employons pour faire face à nos engagements, nous nous joignons alors à la classe moyenne. En l’investissant à apprendre comment acquérir la fortune, nous choisirons de devenir riche et heureux.

L’argent est une forme de pouvoir, mais l’éducation financière est plus puissante encore. Acquérir l’intelligence financière et les stratégies simples, pratiques, efficaces pour créer et gérer une entreprise reste le seul chemin pour faire la différence.

Partager cet article

Repost 0
Published by PatrickEric - dans Culture
commenter cet article

commentaires

  • : Mampouya.com
  • Mampouya.com
  • : Restauration de la Démocratie de l'Etat de Droit et de la Républque au Congo
  • Contact

  • Patrick Eric Mampouya
  • Patrick Éric Mampouya
  • Patrick Éric Mampouya

Recherche

Mes Héros : Mort Pour un Autre Congo

bruno-ossébighislin_simplice_ongouya.jpg

Congo : Textes Divers

2306_Bourses_etudes.pdf 2306_Bourses_etudes.pdf bilan matondo congo bilan matondo congo Bruno-OSSEBI.doc Bruno-OSSEBI.doc Budget-de-l-Etat-Exercice-2007.pdf Budget-de-l-Etat-Exercice-2007.pdf Budget-de-l-Etat_Exercice-2008.pdf Budget-de-l-Etat_Exercice-2008.pdf Code-des-Investissements-Miniers-du-Congo.pdf Code-des-Investissements-Miniers-du-Congo.pdf Code-Forestier-du-Congo.pdf Code-Forestier-du-Congo.pdf Constitution-du-15-mars-1992 Constitution-du-15-mars-1992 Constitution du 29 novembre 2001 Constitution du 29 novembre 2001

Contrat-Consulting-Longbeach-Bermuda-Elenga-LTD.jpg Contrat-Consulting-Longbeach-Bermuda-Elenga-LTD.jpg Contrat-Consulting2.jpg Contrat-Consulting2.jpg Contrat-Consulting3.jpg Contrat-Consulting3.jpg Contrat-Consulting4.jpg Contrat-Consulting4.jpg Contrat-Partage-HM-NKOSSA-Contrat-PP.pdf Contrat-Partage-HM-NKOSSA-Contrat-PP.pdf Contrat-Partage-Kouakouala.pdf Contrat-Partage-Kouakouala.pdf Contrat-Partage-Kouilou.pdf Contrat-Partage-Kouilou.pdf Contrat-Partage-Madingo.pdf Contrat-Partage-Madingo.pdf Contrat-Partage-MarineVI-VII-KITINA.pdf Contrat-Partage-MarineVI-VII-KITINA.pdf Contrat-Partage-MarineX.pdf Contrat-Partage-MarineX.pdf Contrat-Partage-Mer-TP-Nord.pdf Contrat-Partage-Mer-TP-Nord.pdf Contrat-Partage-Mer-TP-Sud.pdf Contrat-Partage-Mer-TP-Sud.pdf Contrat-Partage-PEX.pdf Contrat-Partage-PEX.pdf Contrat-Partage-PNGF-Contrat-PP.pdf Contrat-Partage-PNGF-Contrat-PP.pdf D-cret-n--2004-30-du-18-f-vrier-2004.doc D-cret-n--2004-30-du-18-f-vrier-2004.doc  D-cret-n--2008---5-du-31-mars-2008.pdf D-cret-n--2008---5-du-31-mars-2008.pdf D-cret-n--2008---56-du-31-mars-2008.pdf D-cret-n--2008---56-du-31-mars-2008.pdf D-cret-n--2008---58-du-31-mars-2008.pdf D-cret-n--2008---58-du-31-mars-2008.pdf D-cret-n--2008---60-du-31-mars-2008.pdf D-cret-n--2008---60-du-31-mars-2008.pdf D-cret-n--2008---64-du-3i-mars-2008.pdf D-cret-n--2008---64-du-3i-mars-2008.pdf D-cret-n--2008---t5-du-n-f-vrier-2008.pdf D-cret-n--2008---t5-du-n-f-vrier-2008.pdf D-cret-n--2008--3-du-11-janvier-2008.pdf D-cret-n--2008--3-du-11-janvier-2008.pdf D-cret-n--2008-84--.-du-15-avril-2008.pdf D-cret-n--2008-84--.-du-15-avril-2008.pdf D-cret-sur-la-transparence.pdf D-cret-sur-la-transparence.pdf D-cret-sur-les-op-rations-des-services-de-l--tat.pdf D-cret-sur-les-op-rations-des-services-de-l--tat.pdf decret-election-presidentielle.jpg decret-election-presidentielle.jpg decret_du_09_10_2008.pdf decret_du_09_10_2008.pdf Enl-vement-des-Stocks-de-P-trole-2005.pdf Enl-vement-des-Stocks-de-P-trole-2005.pdf Facture-d-Hotel-de-Sassou---N-Y.pdf Facture-d-Hotel-de-Sassou---N-Y.pdf

Feuilledecomptabilit-1.pdf Feuilledecomptabilit-1.pdf Guide du journalisme indépendant Guide du journalisme indépendant Le Plan Mouébara au CMAS 1 Le Plan Mouébara au CMAS 1 Le Plan Mouébara au CMAS 2 Le Plan Mouébara au CMAS 2 Le Plan Mouébara au CMAS 3 Le Plan Mouébara au CMAS 3

Les-Sages-Mbochis.pdf Les-Sages-Mbochis.pdf Les-factures-du-fils-de-Sassou.pdf Les-factures-du-fils-de-Sassou.pdf Statuts de T. I. France Statuts de T. I. France LISTEOP_C2G-EY.pdf LISTEOP_C2G-EY.pdf Loi-Electorale-du-Congo.pdf Loi-Electorale-du-Congo.pdf Loi-du-24-novembre-2001.doc Loi-du-24-novembre-2001.doc Loi-176-2003-du-18-janvier-2003.doc Loi-176-2003-du-18-janvier-2003.doc LISTEOP_KPMG.pdf LISTEOP_KPMG.pdf Note-Circulaire-AdministrateurSNPC.pdf Note-Circulaire-AdministrateurSNPC.pdf okouna-petro jugement&plaidoirie okouna-petro jugement&plaidoirie PID-2006.pdf PID-2006.pdf Pland-actionBonneGouvernancePool2.pdf Pland-actionBonneGouvernancePool2.pdf R-echelonnement-de-la-Dette-du-Congo-par-le-Club-de-Paris.pdf R-echelonnement-de-la-Dette-du-Congo-par-le-Club-de-Paris.pdf Rapport-Cofipa.pdf Rapport-Cofipa.pdf Rapport-de-la-Cour-des-Comptes.pdf Rapport-de-la-Cour-des-Comptes.pdf Rapport-KPMG-09-2006.pdf Rapport-KPMG-09-2006.pdf Rapport-KPMG-12-2006.pdf Rapport-KPMG-12-2006.pdf Rapport-KPMG-du-16-avril-2007.pdf Rapport-KPMG-du-16-avril-2007.pdf Rapport-TOFE-2005.pdf Rapport-TOFE-2005.pdf RECOURNSo-0-132008-du-O3J-uin-2008.PDF RECOURNSo-0-132008-du-O3J-uin-2008.PDF Redevance-2006.pdf Redevance-2006.pdf Requ-te-en-annulation.PDF Requ-te-en-annulation.PDF Service-de-S-curit-.pdf Service-de-S-curit-.pdf SOCAPALM Exposé de la Situation SOCAPALM Exposé de la Situation Suivi-Bonus-2005.pdf Suivi-Bonus-2005.pdf