Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 juillet 2012 3 18 /07 /juillet /2012 23:30

Le PCT, UN PARTI VOYOU

Par Jean-Claude BERI 

pctLa ligne rouge avait été franchie depuis belle lurette. Après l’épouvantable catastrophe du 4 mars 2012, le PCT se conduit avec une arrogance détestable alliant le manque de courtoisie démocratique relevant d’un complexe de supériorité qu’on qualifierait sans hésiter du "voyoutisme et de terrorisme politique" 

Que vaut la parole des responsables du PCT en l’occurrence celle de leur maître incontesté Monsieur Denis SASSOU NGUESSO qui déclarait je cite : "Je veillerai à ce que ces élections se déroulent dans toute la transparence, apaisées et régulières". Est-ce que c’est le cas ?

Les éléments en notre possession montrent très clairement que le PCT, par le truchement même de son chef a abusé une fois de plus le peuple congolais. Nous avons la confirmation de ce que nous ne cessions de décrier et de dénoncer depuis deux mois que ces élections législatives 2012 n’auraient de régulières encore moins de démocratique que de nom.

Partout où les candidats du PCT se sont présentés le désordre, la tricherie, la corruption et pire encore, les tueries étaient au rendez-vous. Ces élections entachées de sang montrent à quel point que le PCT est un Parti des voyous, des assassins qui ne lésinent pas sur les moyens pour installer par la force une gouvernance de la peur et des intimidations au Congo-Brazzaville.

Monsieur Denis SASSOU NGUESSO vient-il d’être renié par les siens ? A moins que ça ne soit le retour d’une stratégie politique très connue du temps du monopartisme ? Ou pire, serait-on entrain de connaître la prise du pouvoir au sein du PCT par le clan au détriment de l’éternel chef ? Les interrogations vont bon train dans la capitale congolaise. Certaines langues indiscrètes  vont même à dire que si SASSOU reconnaît la victoire de DZON et la défaite de certains cadres ministres du PCT comme Thierry  MOUNGALLA, Anatole Colinet MAKOSSO  etc. Ce serait signé son arrêt de mort.

Les observateurs internationaux et nationaux ayant supervisés le premier tour de ces élections législatives ne contiennent plus leur mécontentement et leurs profondes réprobations sur les nombreux abus et irrégularités constatées dans les quasi-totalités des circonscriptions ou un candidat du PCT était opposé à un autre candidat.

La bastonnade de quelques citoyens osant s’opposer à la dynamique de barbouzerie électorale mis en branle par le PCT dès les premières heures de l’ouverture des bureaux de vote annonçait la couleur de ce qui allait suivre plus tard.

Jouant sur la culture de la peur, leur arme favorite qu’il exploite sans ménagement, le PCT espérait passer le premier tour haut la main. La révolte silencieuse d’un peuple meurtri mais déterminé à recouvrer pleinement ses droits s’est exprimée dans les urnes. Rejetée à plus de 80% des votants, ces élections sont un véritable camouflet pour SASSOU et son gouffre sans fond de projet excessivement ruinant du "chemin d’avenir".

Se sachant désavouer, contesté, critiqué, abandonné, le PCT même en s’octroyant le monopole des médias ne peut remporter ces élections sans user de la force et des méthodes les plus contestables qu’on puisse imaginer dans un processus dit démocratique.

En effet, dans la plupart des circonscriptions, le Parti congolais du Travail a foulé aux pieds les recommandations prises par son chef devant la communauté internationale. Cela va de la tricherie, de la bastonnade, du bourrage des urnes, de la fabrication des fausses cartes d’électeurs, des faux billets distillés au sein de la population pour monnayer les voix, du non-respect des règles de campagne équitable, à l’obstruction de vote dans certaines circonscriptions, aux tirs à balle réelle sur les populations pour conclure au détournement des résultats.

Comment cela pouvait-il en être autrement, lorsque l’on concentre tous les pouvoirs entre les mains d’un seul clan, le raisonnement s’obstrue par la volonté insatiable de satisfaire des égos.

Dimanche, par exemple, pour circuler à Pointe-Noire il fallait obtenir un laisser passer spécial délivré par les autorités. Décrété "ville morte" pour des simples élections législatives montre que l’insécurité plane depuis fort longtemps dans un pays ou l’utilisation de la peur est le bâton qui gouverne.

Cette situation sème même le trouble au sein de la majorité présidentielle dont certains partis n’hésitent plus a déclaré : "Cette fois ils vont trop loin…"

La ligne rouge avait été franchie depuis belle lurette. Après l’épouvantable catastrophe du 4 mars 2012, le PCT se conduit avec une arrogance détestable alliant le manque de courtoisie démocratique relevant d’un complexe de supériorité qu’on qualifierait sans hésiter du "voyoutisme et de terrorisme" politique.

Monsieur Denis SASSOU NGUESSO serait-il devenu qu’un simple épouvantail de leader au sein du PCT ? La question est posée. Ces dérives  allant à l’encontre des directives qu’il a lui-même clairement énoncé le placerait dans la situation d’un chef dépourvu de tout pouvoir de commandement, un chef désavoué et plus  respecté du tout. Le partage du pouvoir dans une assemblée hétérogène reflétant la pluralité nationale est une option qui est loin d’être approuvée par le PCT. Si c’est le cas, le pays est en danger.

Lorsque les règles ne sont plus respectées, les institutions bafouées, les recommandations de la commission électorale ignorées, il est tout simplement justifier de dire que le Congo Brazzaville n’est plus gouverné sauf par un parti voyou composé de certains terroristes politiques qui ne se réfère qu’à ses propres règles en les imposant à la nation entière.

Lorsque les gouvernants tuent et humilient le peuple, la république est trahie. C’est inacceptable. Dans d’autres cieux, la dissolution de ce Parti serait immédiatement engagée pour atteinte à la sureté de l’Etat, de la république et à  la pluralité démocratique.

Demain le secrétaire générale du PCT nous annoncera pompeusement la victoire écrasante du PCT. Une victoire usurpée contre la volonté manifeste du peuple, une victoire au gout sanguinolent, une victoire auto proclamée dont la corruption a sévit sur une population désœuvrée et démunie.

Une fois de plus le PCT est fier de tenir sa promesse de Parti voyou et des terroristes politiques ou la seule devise qui compte est : le ridicule ne tue pas.

---------------------------------------------------------

L’arrestation imminente de Mathias DZON

sassou_demon.JPGMathias DZON, président de l’Alliance ARD, candidat à Gamboma aux législatives du 15 juillet 2012, l’un des principaux opposants au pouvoir destructeur de Monsieur Denis SASSOU NGUESSO serait en voie d’être interpellé par les autorités de Brazzaville. 

Ce mercredi 18 Juillet 2012, après sa participation aux élections organisées sur ses terres à Gamboma, le Président Mathias DZON prenait le chemin de retour pour Brazzaville avec sa délégation. Aux dires de certains observateurs sur place, le président de l’Alliance ARD aurait remporté ces dernières élections. Cela n’est pas du tout du gout du clan SASSOU qui en retour affirme l’inverse.

A 100 km de Brazzaville, le convoi de Mathias DZON, président de l’Alliance ARD est stoppé par des hommes en armes visiblement des militaires envoyés par le Clan SASSOU. Ces derniers exigent que le convoi fasse demi-tour pour regagner Gamboma. Devant le refus des membres de la délégation, considérant que c’est une atteinte flagrante aux libertés individuelles et à la libre circulation des personnes, les sbires de SASSOU menacent Mathias DZON et son équipe d’être arrêtés pour refus d’obtempérer. 

Mais que reproche t-on à Mathias DZON ? Serait-il aujourd’hui un délit de se présenter aux élections législatives contre un membre du Clan SASSOU ? Ou simplement le pouvoir aurait mal digéré que les populations de Gamboma aient donné une leçon de démocratie au clan des fossoyeurs de la paix et de l’unité nationale.

D’après certaines sources c’est une grande victoire sur l’arrogance et l’arbitraire pour tous les Congolais et en particulier pour Mathias DZON d’avoir mis en déroute l’armada politico-militaire du clan. Les deux circonscriptions de Gamboma seraient largement gagnées, malgré tant d’obstacles, au premier tour par les candidats de l’Alliance ARD, Jean NKABA et Mathias DZON. 

C’est, justement, pour venir présenter, auprès des autorités de la CONEL, les registres et procès verbaux signés par les représentants de la dite commission ayant assisté au vote du 15 juillet 2012, que Mathias DZON s’empressait de rentrer à Brazzaville pour faire la lumière contre la stratégie du retournement de situation mis en branle par son adversaire Hugues NGOUELONDELE.

L’arrestation de Mathias DZON serait purement et simplement un déni de démocratie et une violation des droits de l’homme que le peuple congolais ne saurait tolérer. Auparavant un hélicoptère de l’armée Congolaise, rentrant de GAMBOMA d’où il a fini sa mission sécrète devant le domicile de Mathias DZON, s’est écrasé au retour, le lundi 16 juillet avec à son bord deux pilotes Blancs, certainement des mercenaires…

La dictature sournoise, destructrice, et avilissante pour les Congolais est sur sa pente de fin de règne. Les gesticulations et les arrestations arbitraires en sont la preuve que le pouvoir est aux abois. Dénonçons toutes ces arrestations et ces actes ignobles indignes qui déshonorent notre pays.

Vive le Congo, vive la paix, vive la démocratie.

Partager cet article

Repost 0
Published by PatrickEric - dans Politique
commenter cet article

commentaires

  • : Mampouya.com
  • Mampouya.com
  • : Restauration de la Démocratie de l'Etat de Droit et de la Républque au Congo
  • Contact

  • Patrick Eric Mampouya
  • Patrick Éric Mampouya
  • Patrick Éric Mampouya

Recherche

Mes Héros : Mort Pour un Autre Congo

bruno-ossébighislin_simplice_ongouya.jpg

Congo : Textes Divers

2306_Bourses_etudes.pdf 2306_Bourses_etudes.pdf bilan matondo congo bilan matondo congo Bruno-OSSEBI.doc Bruno-OSSEBI.doc Budget-de-l-Etat-Exercice-2007.pdf Budget-de-l-Etat-Exercice-2007.pdf Budget-de-l-Etat_Exercice-2008.pdf Budget-de-l-Etat_Exercice-2008.pdf Code-des-Investissements-Miniers-du-Congo.pdf Code-des-Investissements-Miniers-du-Congo.pdf Code-Forestier-du-Congo.pdf Code-Forestier-du-Congo.pdf Constitution-du-15-mars-1992 Constitution-du-15-mars-1992 Constitution du 29 novembre 2001 Constitution du 29 novembre 2001

Contrat-Consulting-Longbeach-Bermuda-Elenga-LTD.jpg Contrat-Consulting-Longbeach-Bermuda-Elenga-LTD.jpg Contrat-Consulting2.jpg Contrat-Consulting2.jpg Contrat-Consulting3.jpg Contrat-Consulting3.jpg Contrat-Consulting4.jpg Contrat-Consulting4.jpg Contrat-Partage-HM-NKOSSA-Contrat-PP.pdf Contrat-Partage-HM-NKOSSA-Contrat-PP.pdf Contrat-Partage-Kouakouala.pdf Contrat-Partage-Kouakouala.pdf Contrat-Partage-Kouilou.pdf Contrat-Partage-Kouilou.pdf Contrat-Partage-Madingo.pdf Contrat-Partage-Madingo.pdf Contrat-Partage-MarineVI-VII-KITINA.pdf Contrat-Partage-MarineVI-VII-KITINA.pdf Contrat-Partage-MarineX.pdf Contrat-Partage-MarineX.pdf Contrat-Partage-Mer-TP-Nord.pdf Contrat-Partage-Mer-TP-Nord.pdf Contrat-Partage-Mer-TP-Sud.pdf Contrat-Partage-Mer-TP-Sud.pdf Contrat-Partage-PEX.pdf Contrat-Partage-PEX.pdf Contrat-Partage-PNGF-Contrat-PP.pdf Contrat-Partage-PNGF-Contrat-PP.pdf D-cret-n--2004-30-du-18-f-vrier-2004.doc D-cret-n--2004-30-du-18-f-vrier-2004.doc  D-cret-n--2008---5-du-31-mars-2008.pdf D-cret-n--2008---5-du-31-mars-2008.pdf D-cret-n--2008---56-du-31-mars-2008.pdf D-cret-n--2008---56-du-31-mars-2008.pdf D-cret-n--2008---58-du-31-mars-2008.pdf D-cret-n--2008---58-du-31-mars-2008.pdf D-cret-n--2008---60-du-31-mars-2008.pdf D-cret-n--2008---60-du-31-mars-2008.pdf D-cret-n--2008---64-du-3i-mars-2008.pdf D-cret-n--2008---64-du-3i-mars-2008.pdf D-cret-n--2008---t5-du-n-f-vrier-2008.pdf D-cret-n--2008---t5-du-n-f-vrier-2008.pdf D-cret-n--2008--3-du-11-janvier-2008.pdf D-cret-n--2008--3-du-11-janvier-2008.pdf D-cret-n--2008-84--.-du-15-avril-2008.pdf D-cret-n--2008-84--.-du-15-avril-2008.pdf D-cret-sur-la-transparence.pdf D-cret-sur-la-transparence.pdf D-cret-sur-les-op-rations-des-services-de-l--tat.pdf D-cret-sur-les-op-rations-des-services-de-l--tat.pdf decret-election-presidentielle.jpg decret-election-presidentielle.jpg decret_du_09_10_2008.pdf decret_du_09_10_2008.pdf Enl-vement-des-Stocks-de-P-trole-2005.pdf Enl-vement-des-Stocks-de-P-trole-2005.pdf Facture-d-Hotel-de-Sassou---N-Y.pdf Facture-d-Hotel-de-Sassou---N-Y.pdf

Feuilledecomptabilit-1.pdf Feuilledecomptabilit-1.pdf Guide du journalisme indépendant Guide du journalisme indépendant Le Plan Mouébara au CMAS 1 Le Plan Mouébara au CMAS 1 Le Plan Mouébara au CMAS 2 Le Plan Mouébara au CMAS 2 Le Plan Mouébara au CMAS 3 Le Plan Mouébara au CMAS 3

Les-Sages-Mbochis.pdf Les-Sages-Mbochis.pdf Les-factures-du-fils-de-Sassou.pdf Les-factures-du-fils-de-Sassou.pdf Statuts de T. I. France Statuts de T. I. France LISTEOP_C2G-EY.pdf LISTEOP_C2G-EY.pdf Loi-Electorale-du-Congo.pdf Loi-Electorale-du-Congo.pdf Loi-du-24-novembre-2001.doc Loi-du-24-novembre-2001.doc Loi-176-2003-du-18-janvier-2003.doc Loi-176-2003-du-18-janvier-2003.doc LISTEOP_KPMG.pdf LISTEOP_KPMG.pdf Note-Circulaire-AdministrateurSNPC.pdf Note-Circulaire-AdministrateurSNPC.pdf okouna-petro jugement&plaidoirie okouna-petro jugement&plaidoirie PID-2006.pdf PID-2006.pdf Pland-actionBonneGouvernancePool2.pdf Pland-actionBonneGouvernancePool2.pdf R-echelonnement-de-la-Dette-du-Congo-par-le-Club-de-Paris.pdf R-echelonnement-de-la-Dette-du-Congo-par-le-Club-de-Paris.pdf Rapport-Cofipa.pdf Rapport-Cofipa.pdf Rapport-de-la-Cour-des-Comptes.pdf Rapport-de-la-Cour-des-Comptes.pdf Rapport-KPMG-09-2006.pdf Rapport-KPMG-09-2006.pdf Rapport-KPMG-12-2006.pdf Rapport-KPMG-12-2006.pdf Rapport-KPMG-du-16-avril-2007.pdf Rapport-KPMG-du-16-avril-2007.pdf Rapport-TOFE-2005.pdf Rapport-TOFE-2005.pdf RECOURNSo-0-132008-du-O3J-uin-2008.PDF RECOURNSo-0-132008-du-O3J-uin-2008.PDF Redevance-2006.pdf Redevance-2006.pdf Requ-te-en-annulation.PDF Requ-te-en-annulation.PDF Service-de-S-curit-.pdf Service-de-S-curit-.pdf SOCAPALM Exposé de la Situation SOCAPALM Exposé de la Situation Suivi-Bonus-2005.pdf Suivi-Bonus-2005.pdf