Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 décembre 2012 4 27 /12 /décembre /2012 15:30

LETTRE DE DEMISSION DE Jean-Marie BITOULOU

Par Jean Marie BITOULOU, membre du MCDDI

BitoulouDeux hommes ne peuvent cheminer ensemble sans s’être accordés au départ, dit la bible. Aussi vrai que ne peuvent voler ensemble que des oiseaux de même plumage et de même ramage. Que se passe t-il le cas contraire ? Rester ou quitter ? Quelle est la réponse à donner par rapport à ma position à coté du coordonnateur du MCDDI et ministre de la république. 

Mon cœur, c'est-à-dire ma subjectivité complaisante s’oppose à ma tête, autrement dit ma rationalité épistémologiquement avérée dit non, pas seulement à un embrigadement dont la possession ne donne pas aussi droit à la jouissance, mais qui plus est un hold-up politique et moral.

Alors qu’en Décembre 1997, le président KOLELAS Bernard est en exil, le MCDDI et ses responsables rasent les murs à Brazzaville, je suis le seul à m’opposer à Michel MAMPOUYA qui tentait de faire main basse sur le MCDDI au cours de la conférence qu’il organisa en décembre 1997 à Brazzaville.

Ceux qui avaient assisté à ce bras de fer au centre culturel Sony Labou Tansi sont encore vivants et savent à quoi je m’exposais ce jour là. Enfin, j’avais osé et le MCDDI n’avait pas perdu son âme même s’il fut embrigadé.

Alors qu’en 2004, le pays est dans la phase de pacification et le président SASSOU NGUESSO Dénis au fait de sa gloire après avoir laminé l’opposition aux élections de 2002 et mis tout le pays à sa cadence, j’ai aussi été parmi les rares à lever le petit doigt à l’intérieur du Congo en le trainant devant ses propres tribunaux où il a été obligé de prendre deux avocats dans l’affaire de cumul anticonstitutionnel de mandats : même si la cour se déclara incompétente, deux ans après, dans une correspondance adressée à feu NOUMAZALAY Ambroise, le président SASSOU NGUESSO Denis reconnu qu’en effet, on ne pouvait être Président de la République et celui de son parti en même temps dans un pays qui se proclame démocratique.

Pour avoir osé dans ce registre, je crois avoir participé un peu plus à la  fluidité du débat sur la démocratie et au recul de la sauvagerie en politique dans notre pays.

Alors qu’en 2006, le peuple congolais en général et les parents d’élèves en particulier croupissent sous le programme d’ajustement structurel renforcé, je suis élu président des parents d’élèves et étudiants du Congo de la ville de Brazzaville avec pour entre autres, la mission d’obtenir l’application des dispositions de la constitution portant sur l’enseignement obligatoire et sa gratuité dans les écoles publiques.

La voie politique, c'est-à-dire la collaboration et la négociation avec le gouvernement avait conduit à la compromission de l’association au plus haut niveau et les parents n’avaient plus confiance en leurs représentants. Ils proposèrent d’organiser des marches de protestation ou des sit-in.

Vu l’atmosphère lourde qui règne dans le pays, je préconise la voie de la légalité tout en étant conscient que le gouvernement allait s’arcbouter, mais la démarche avait une valeur pédagogique et allait attirer l’attention de l’opinion nationale et des bailleurs de fonds du domaine de l’éducation. Je suis éjecté de mon poste par la direction de l’association et, devant une cause aussi noble, j’avais porté le combat devant la cour constitutionnelle en tant que citoyen : la cour se déclara incompétente, mais quelques temps après, le gouvernement reconnu les faits puisqu’il remboursa les cotisations scolaires aux parents qui s’en étaient déjà acquittés cette année là et je crois savoir que cela perdure jusqu’aujourd’hui.

Ce petit rappel est fait, non pour réclamer des droits d’auteur, mais pour démontrer mon caractère enclin à la droiture, à l’amour du prochain, etc.…, mon attachement aux valeurs démocratiques et aux droits de l’homme. D’où :

-       Moi, chef, le clientélisme, le favoritisme, l’impunité, l’escroquerie, la corruption, les passes droits…sont des antivaleurs à éradiquer énergiquement ;

-       Moi,  chef, je ne vais pas entretenir un lobby à mes cotés car il constituera, à ne point en douter, le point de départ du pouvoir personnel, du travail fractionnel, de la chevauchée solitaire et d’une tyrannie en gestation ;

-       Moi, chef, je vais animer régulièrement les instances de mon organisation pour ne pas être un nain politique porté sur les épaules ;

-       Moi, chef, je ferai un point d’honneur de solder mes comptes découlant des indélicatesses que j’aurai commises dans le passé ;

-       Moi, chef, je n’éviterai jamais le débat/dialogue pour masquer mes insuffisances, mes fautes, mes carences ;

-       Moi, chef, je ne pourrais pas considérer mon entourage comme un harem d’esclaves sur lesquels j’aurai à instrumentaliser mes humeurs ;

-       Moi, chef,  je vais veiller à ce que ceux qui sont avec moi soient au courant de ce que nous voulons, là où nous allons, comment, quand, avec qui et avec quels moyens ;

-       Moi,  chef,  je serai reconnaissant à mes devanciers dont j’aurai à fructifier les acquis que je transmettrai avec les meilleures chances de succès pour nos héritiers ;

-       Moi, chef, surtout après une sévère débâcle électorale, je ne rejetterai pas la responsabilité sur les autres. Au contraire, j’assumerai cette contre performance, je ferai mon introspection (critique et autocritique) avant de chercher un nouveau consensus (assemblée générale, conférence, ou congrès) pour lever une nouvelle option même si la structure m’avait été léguée par mon oncle tartempion.

Que finalement, MAMPOUYA Michel, KIADI-MBOUKOU et MAHOUKA Jacques réunis n’ont pas fait pire que KOLELAS Parfait Guy Brice parce que ce qu’il fait ressemble à s’y méprendre à ce que ferait quelqu’un qui a la mission de saborder le parti. De là  à croire que KOLELAS Parfait Guy Brice a un agenda caché qui tourne le dos à l’idéal et au combat de ya BEKOL il n’y a qu’un pas.

J’ai été à Kinkala du 22 au 23 Décembre 2012 pour assister, impuissant, à la mise en place des conditions d’une dictature sauvage et d’un leadership obtus dont le MCDDI n’est pas prêt à sortir. Cette propension au manque de démocratie interne fera que le MCDDI ne pourra plus l’exiger au plan national.

La lutte politique de Ya BEKOL est entrain d’être vidée de sa substance et son instrument d’éveil et de combat politique est plus que menacé par son propre fils.

Aussi, je lance, aujourd’hui et maintenant un appel pressant aux hommes, femmes, militants et sympathisants du MCDDI de s’opposer à la dérive autoritaire qu’impose KOLELAS Parfait Guy Brice car elle est suicidaire pour le parti. Et si Claude Ernest NDALLA conseille affectueusement  qu’un vrai chef doit préférer un adversaire intelligent  qu’un entourage idiot, je dis avec Guichard : quiconque gouverne au hasard, finit au hasard.

Ma personnalité est aux antipodes de celle de KOLELAS Guy Brice Parfait et, à la lumière de notre cheminement ces cinq ans derniers, je ne sais comment j’ai pu rester à ses côtés. J’ai certainement rongé le frein à cause des conseils de ceux auprès desquels je m’en suis ouvert et à la mémoire de son père.

Par contre, ceux plus objectifs parce que connaissant l’homme, m’exhortaient à suivre ma tête et non mon cœur, ne trouveront plus à redire : je ne serai pas comptable avec KOLELAS Parfait Guy Brice au moment où le verdict de l’histoire s’abattra sur lui.

C’est donc le cœur serein, tout en restant membre du MCDDI, que je présente ma démission  en rendant le tablier de chef de cabinet politique du coordonnateur du MCDDI et en ligne directe de celui de directeur de la formation continue du ministre KOLELAS Parfait Guy Brice.                                   

Fait à Brazzaville, le 26 décembre 2012

 

  Jean Marie BITOULOU

  Ancien chef de cabinet politique de KOLELAS Parfait Guy Brice

------------------------------------------------------------------------ 

FICHE A L’INTENTION DU COORDONNATEUR DU MCDDI

 

Objet : Questions en cours et enjeux de demain à l’issue des législatives de 2012

 

Par Jean-Marie BITOULOU, chef de cabinet, 03 septembre 2012

Les campagnes électorales et les scrutins ont vécu. Après avoir livré leurs résultats, les lampions se sont éteints laissant place au remodelage des visions pour faire des prévisions et lever des provisions afin de repartir du bon pied.

Dans l’ensemble, si les élections se sont déroulées dans un climat plus ou moins apaisé, il n’en reste pas que les citoyens les ont boudées au regard du taux d’abstention très élevé. Le message est donc clair : que cela soit au plan national dans les partis, les citoyens et les militants, consciemment ou non, entendent assumer leur destin. Ceci est d’autant plus vérifié que le mauvais score obtenu par le MCDDI fait gloser : angoisses, railleries, moqueries, questionnement existentiel, etc.…., font surface.

Dans ce fatras évènementiel, le MCDDI se trouvant au creux de la vague, quel levier actionner pour le faire rebondir ? Qu’est ce qui a conduit le MCDDI à cette contre performance ?

L’observation participante du microcosme du MCDDI a conduit à relever, après analyses, deux fortes tendances dans l’approche des solutions qui pourraient répondre à ces railleries et ce paquet de questionnement légitime :

-       Tendance de ceux qui pensent que pour relancer le MCDDI avec les meilleures chances de succès, il faut aller au congrès. Ils argumentent leur position en s’appuyant sur les statuts et le règlement intérieur du Parti et de l’une des conclusions issues de la réunion du Bureau Exécutif National de janvier 2010 qui disposait que : le Congrès du MCDDI aurait lieu en 2012, mais après les élections législatives.

-       Tendance de ceux qui pensent que tenir un Congrès du Parti dans l’immédiat est suicidaire parce que les élections législatives de 2012 ont démontré la déliquescence politique et civique certaine de nos militants. Aller au Congrès dans ces conditions, il y a lieu de craindre à tort ou à raison, que devenus facilement manipulables sinon corruptibles, les cadres et les militants risquent de courir dans toutes les directions : l’implosion est un risque qu’il ne faut pas prendre.

Enfin, il faut quand même relever une tendance marginale mais doctrinaire et déterminée qui veut la démission, la destitution ou l’exclusion du coordonnateur du Parti à qui elle impute la responsabilité personnelle de l’échec aux élections législatives de 2012. Elle est prête à se rallier à la première tendance.

Avant de lever une option (proposition) pour démêler ce paradigme, nous avons passé sommairement en revue les causes de la contre performance du MCDDI aux élections législatives de 2012 selon les tendances. Ces causes sont de deux ordres :

-       Causes externes : L’organisation des élections, corruption à ciel ouvert, embrigadement mitigée de l’alliée PCT…

-       Causes internes : Fonctionnement irrégulier des organes du Parti, structuration et redynamisation jamais achevée, sanction des cadres à la veille des élections, mauvais choix des candidats, campagne électorale sans trame politique et communicationnelle, clientélisme et entretien des groupuscules au sein du Parti, existence d’un lobby organiquement constitué, rupture sommet/base, non satisfaction des militants (aides sociales, recrutement à la fonction publique etc.)

Pour la première tendance, ce sont les causes internes qui expliquent les mauvais résultats, et la force du crocodile résidant dans sa queue, il faut restaurer la confiance et le rassemblement au Parti par la tenue du Congrès.

Pour la deuxième tendance, ce sont les causes externes qui motivent la retenue devant un Congrès dans l’immédiat. Ici, l’alliance avec le PCT est fustigée.

Dans les deux cas, il y a un problème à régler. Est ce qu’en rompant avec le PCT ou en allant immédiatement au Congrès, le MCDDI se porterait mieux ? N’y a-t-il pas d’autres voies à explorer pour sortir le MCDDI de sa situation actuelle ?

Au lieu de se regarder en chien de faïence, n’y a-t-il pas lieu de couper la poire en deux, pour que dans l’unité, les deux tendances trouvent la satisfaction pour le bien du Parti et le bonheur des militants ?

C’est dans cette perspective, qu’après analyse serrée, le cabinet est arrivé à la proposition suivante : Politiquement et intellectuellement, ne pouvant pas dire qu’on ne part pas au Congrès parce qu’on va corrompre nos militants d’une part et de l’autre l’organisation du Congrès du MCDDI dans l’esprit des textes ne pouvant pas se réunir en moins d’un an, le cabinet propose la mise en place d’une Commission Préparatoire du Congrès avec pour missions :

-       Concevoir les documents du Congrès et un chronogramme

-       Déterminer les modalités du budget et lever les fonds

-       Proposer la date du Congrès et, au Bureau Exécutif National et au Comité National de se déterminer en fixant la date définitive.

Le travail de la Commission pourra prendre 3 à 6 mois et l’organisation ainsi que le déploiement sur le terrain pour les Congrès locaux prenant au moins 9 mois, le Congrès National, en toute objectivité ne pourrait se tenir qu’en début 2014.

Pendant tout ce temps, le parti pourra voir la houle qui monte se calmer. Pour ce faire, le cabinet propose qu’une réunion du Bureau Exécutif National soit convoquée au cours de laquelle le Coordonnateur, en tant que chef assume les contre performance du parti, lance une invite au rassemblement et à l’unité du Parti (exhumation de l’Acte du Président Bernard KOLELAS) et annonce la création d’une commission préparatoire ; ce qui nous osons le croire, va mettre tout le monde d’accord.

Les tenants du Congrès auront leur Congrès, mais pas dans l’immédiat et ceux qui n’en veulent pas dans l’immédiat auront gagné le temps d’aplanir ce qui pouvait bien diviser le Parti.

Entre temps, le Coordonnateur, suivant son calendrier, recevra les militants et sympathisants actifs ou inactifs pour impulser une nouvelle dynamique surtout que vous avez annoncé votre candidature à l’élection présidentielle 2016.

Fait à Brazzaville le 03 Septembre 2012

Partager cet article

Repost 0
Published by PatrickEric - dans Politique
commenter cet article

commentaires

  • : Mampouya.com
  • Mampouya.com
  • : Restauration de la Démocratie de l'Etat de Droit et de la Républque au Congo
  • Contact

  • Patrick Eric Mampouya
  • Patrick Éric Mampouya
  • Patrick Éric Mampouya

Recherche

Mes Héros : Mort Pour un Autre Congo

bruno-ossébighislin_simplice_ongouya.jpg

Congo : Textes Divers

2306_Bourses_etudes.pdf 2306_Bourses_etudes.pdf bilan matondo congo bilan matondo congo Bruno-OSSEBI.doc Bruno-OSSEBI.doc Budget-de-l-Etat-Exercice-2007.pdf Budget-de-l-Etat-Exercice-2007.pdf Budget-de-l-Etat_Exercice-2008.pdf Budget-de-l-Etat_Exercice-2008.pdf Code-des-Investissements-Miniers-du-Congo.pdf Code-des-Investissements-Miniers-du-Congo.pdf Code-Forestier-du-Congo.pdf Code-Forestier-du-Congo.pdf Constitution-du-15-mars-1992 Constitution-du-15-mars-1992 Constitution du 29 novembre 2001 Constitution du 29 novembre 2001

Contrat-Consulting-Longbeach-Bermuda-Elenga-LTD.jpg Contrat-Consulting-Longbeach-Bermuda-Elenga-LTD.jpg Contrat-Consulting2.jpg Contrat-Consulting2.jpg Contrat-Consulting3.jpg Contrat-Consulting3.jpg Contrat-Consulting4.jpg Contrat-Consulting4.jpg Contrat-Partage-HM-NKOSSA-Contrat-PP.pdf Contrat-Partage-HM-NKOSSA-Contrat-PP.pdf Contrat-Partage-Kouakouala.pdf Contrat-Partage-Kouakouala.pdf Contrat-Partage-Kouilou.pdf Contrat-Partage-Kouilou.pdf Contrat-Partage-Madingo.pdf Contrat-Partage-Madingo.pdf Contrat-Partage-MarineVI-VII-KITINA.pdf Contrat-Partage-MarineVI-VII-KITINA.pdf Contrat-Partage-MarineX.pdf Contrat-Partage-MarineX.pdf Contrat-Partage-Mer-TP-Nord.pdf Contrat-Partage-Mer-TP-Nord.pdf Contrat-Partage-Mer-TP-Sud.pdf Contrat-Partage-Mer-TP-Sud.pdf Contrat-Partage-PEX.pdf Contrat-Partage-PEX.pdf Contrat-Partage-PNGF-Contrat-PP.pdf Contrat-Partage-PNGF-Contrat-PP.pdf D-cret-n--2004-30-du-18-f-vrier-2004.doc D-cret-n--2004-30-du-18-f-vrier-2004.doc  D-cret-n--2008---5-du-31-mars-2008.pdf D-cret-n--2008---5-du-31-mars-2008.pdf D-cret-n--2008---56-du-31-mars-2008.pdf D-cret-n--2008---56-du-31-mars-2008.pdf D-cret-n--2008---58-du-31-mars-2008.pdf D-cret-n--2008---58-du-31-mars-2008.pdf D-cret-n--2008---60-du-31-mars-2008.pdf D-cret-n--2008---60-du-31-mars-2008.pdf D-cret-n--2008---64-du-3i-mars-2008.pdf D-cret-n--2008---64-du-3i-mars-2008.pdf D-cret-n--2008---t5-du-n-f-vrier-2008.pdf D-cret-n--2008---t5-du-n-f-vrier-2008.pdf D-cret-n--2008--3-du-11-janvier-2008.pdf D-cret-n--2008--3-du-11-janvier-2008.pdf D-cret-n--2008-84--.-du-15-avril-2008.pdf D-cret-n--2008-84--.-du-15-avril-2008.pdf D-cret-sur-la-transparence.pdf D-cret-sur-la-transparence.pdf D-cret-sur-les-op-rations-des-services-de-l--tat.pdf D-cret-sur-les-op-rations-des-services-de-l--tat.pdf decret-election-presidentielle.jpg decret-election-presidentielle.jpg decret_du_09_10_2008.pdf decret_du_09_10_2008.pdf Enl-vement-des-Stocks-de-P-trole-2005.pdf Enl-vement-des-Stocks-de-P-trole-2005.pdf Facture-d-Hotel-de-Sassou---N-Y.pdf Facture-d-Hotel-de-Sassou---N-Y.pdf

Feuilledecomptabilit-1.pdf Feuilledecomptabilit-1.pdf Guide du journalisme indépendant Guide du journalisme indépendant Le Plan Mouébara au CMAS 1 Le Plan Mouébara au CMAS 1 Le Plan Mouébara au CMAS 2 Le Plan Mouébara au CMAS 2 Le Plan Mouébara au CMAS 3 Le Plan Mouébara au CMAS 3

Les-Sages-Mbochis.pdf Les-Sages-Mbochis.pdf Les-factures-du-fils-de-Sassou.pdf Les-factures-du-fils-de-Sassou.pdf Statuts de T. I. France Statuts de T. I. France LISTEOP_C2G-EY.pdf LISTEOP_C2G-EY.pdf Loi-Electorale-du-Congo.pdf Loi-Electorale-du-Congo.pdf Loi-du-24-novembre-2001.doc Loi-du-24-novembre-2001.doc Loi-176-2003-du-18-janvier-2003.doc Loi-176-2003-du-18-janvier-2003.doc LISTEOP_KPMG.pdf LISTEOP_KPMG.pdf Note-Circulaire-AdministrateurSNPC.pdf Note-Circulaire-AdministrateurSNPC.pdf okouna-petro jugement&plaidoirie okouna-petro jugement&plaidoirie PID-2006.pdf PID-2006.pdf Pland-actionBonneGouvernancePool2.pdf Pland-actionBonneGouvernancePool2.pdf R-echelonnement-de-la-Dette-du-Congo-par-le-Club-de-Paris.pdf R-echelonnement-de-la-Dette-du-Congo-par-le-Club-de-Paris.pdf Rapport-Cofipa.pdf Rapport-Cofipa.pdf Rapport-de-la-Cour-des-Comptes.pdf Rapport-de-la-Cour-des-Comptes.pdf Rapport-KPMG-09-2006.pdf Rapport-KPMG-09-2006.pdf Rapport-KPMG-12-2006.pdf Rapport-KPMG-12-2006.pdf Rapport-KPMG-du-16-avril-2007.pdf Rapport-KPMG-du-16-avril-2007.pdf Rapport-TOFE-2005.pdf Rapport-TOFE-2005.pdf RECOURNSo-0-132008-du-O3J-uin-2008.PDF RECOURNSo-0-132008-du-O3J-uin-2008.PDF Redevance-2006.pdf Redevance-2006.pdf Requ-te-en-annulation.PDF Requ-te-en-annulation.PDF Service-de-S-curit-.pdf Service-de-S-curit-.pdf SOCAPALM Exposé de la Situation SOCAPALM Exposé de la Situation Suivi-Bonus-2005.pdf Suivi-Bonus-2005.pdf