Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 janvier 2013 5 04 /01 /janvier /2013 12:30

QUAND L’ÉTAT RECULE DEVANT LE TERRORISME POLITIQUE

mcddiLa paix et surtout la démocratie tant vantée par les dirigeants congolais serait-elle à géométrie variable ou mieux, dirigée, c'est-à-dire qui ne s’applique que selon la convenance des autorités ? On le craignait, nous en avons la confirmation.

On s’accommodait jusque-là de ce peu de démocratie, en poussant toujours plus loin les murs de la liberté. Mais qu’elle devienne une démocratie intimidable à souhait par des bandits sans scrupules nous parait inadmissible et dangereux. Que l’ÉTAT se mette à plier et même à faire reculer les droits fondamentaux à cause d’un petit chef médiocre autoproclamé, cela consacre de fait la démocratie bananière que nous déplorons et fustigeons à longueur de page.

La dynamique née au MCDDI ce 21 décembre 2012, sonnant la fin du monde des héritiers naturels du MCDDI, en a fait l’amère expérience lorsque ses meetings populaires d’explication, prévus à Kinkala et à Brazzaville ont été successivement interdits par le ministre de l’intérieur, sous prétexte de menace grave à la paix. Et pourtant les autorisations avaient été accordées par les préfets. Paradoxalement, ces annulations n’ont fait qu’aiguisées l’indignation et l’impatience des militants pour comprendre ce qui se passe au sein du MCDDI.

C’est la panique dans le camp de Guy Brice Parfait KOLÉLAS qui à déployer toute la fourberie dont il est capable pour obtenir ce dénie de droit démocratique. Il apparait que monsieur le coordonnateur n’a ménagé aucun efforts ainsi que les coup bas pour intimider et mettre au pas la République selon son bon vouloir. Est-ce tolérable dans une République digne de ce nom ?

Comme chacun le sait désormais, depuis le 21 décembre 2012, au cours d’une réunion du Bureau Exécutif National du MCDDI, Hellot Matson MAMPOUYA deuxième personnalité du parti et unique porte parole que Bernard KOLÉLAS a eu dans sa vie politique, a refusé d’accompagner son frère Guy Brice Parfait KOLÉLAS dans son aventure de couronnement impérial au mépris des textes, des valeurs et des militants du MCDDI. Cette démarche très courageuse et difficile a eu le soutien spontané d’un nombre impressionnant de cadres et militants actifs du MCDDI.

Le lendemain même de la déclaration historique, on retrouvait dans la cour de la résidence du ministre Hellot Matson MAMPOUYA, les principales personnalités qui ont donnés à ce parti ses lettres de noblesse et qui en avaient pris congé depuis que Guy Brice Parfait KOLÉLAS le sabotait méticuleusement.

On peut citer parmi eux, des frères comme BOUKAKA OUADIABANTOU, ministre MCDDI de l’enseignement durant les années LISSOUBA, conseiller municipal puis maire de Brazzaville en remplacement de Bernard KOLÉLAS quand ce dernier fut nommé premier ministre. Il y’avait aussi SENGA BIDIÉ ou encore MATSIMOUNA Auguste, deux anciens directeurs de cabinet du président Bernard KOLÉLAS... C’était un réveil, une refondation, des retrouvailles du MCDDI des origines.

La résidence du ministre Hellot Matson MAMPOUYA ne pouvant accueillir toute la base des militants du MCDDI, ces militants de la première heure sortis comme d’un long sommeil demandent à comprendre ce qui se passe et, c’était l’objet même des meetings annulés.

D’abord les militants de Kinkala, spectateurs privilégiés de la mascarade de la convention nationale et premiers déçus. Puis les populations du Congo en général, qui ont droit à une explication, une orientation et une lecture détaillée de ce qui fonde cette crise. C’est à ce titre que des meetings populaires avaient été programmés à Kinkala pour le 27 décembre 2012, à Brazzaville pour le 29 décembre 2012 et à Pointe-Noire pour le 5 janvier 2013.

Seulement voilà. Le préfet de Kinkala est revenu sur son accord de principe pour refuser in extremis l’autorisation du meeting, cela, pour avoir reçu des informations sérieuses faisant état de menaces de troubles à l’ordre public préparées par des saboteurs, des ex-Ninjas vieillissants et sans envergures à la solde de Guy Brice Parfait KOLÉLAS. Et pourtant au Congo l’éradication des milices privées ainsi que la pseudo paix retrouvée se cuisinent à toutes les sauces par les autorités. Allez donc comprendre…

Avec si peu de temps de préparation pour les forces de l’ordre, il était impossible à la sécurité d’être maximale, a argué le Préfet de Kinkala le 26 décembre 2012.

Interpellé, le ministre de l’intérieur a compris et approuvé la décision de son Préfet, mais a promis toutefois de faire le nécessaire afin que les meetings de Brazzaville et de Pointe-Noire aient bien lieu après les festivités de fin d’année.

Le meeting de Brazzaville a fait l’objet de peu de communication. A peine une vingtaine de banderoles. Pas de spots radiotélévisés, pas de promesses de distribution d’argent et même pas de transport pour les militants. Et pourtant ! Quel engouement !

La veille déjà, pas un endroit où se trouvaient plus de 3 personnes sans que ce débat ne les traverse. Le passage télévisé du porte-parole du MCDDI, Hellot Matson MAMPOUYA lors de l’émission "Odysée de la démocratie" sur télé Congo avait à lui seul galvanisé les populations. Il avait rappelé à plusieurs militants et sympathisants les envolées lyriques du leader charismatique du MCDDI Bernard KOLÉLAS, dont l’esprit semblait s’être réincarnée.

Le meeting était attendu par au moins 8000 personnes déterminées à voir renaitre les grands moments du MCDDI des origines, celui qui faisait marché pendant plusieurs kilomètres des foules pour aller écouter le leader charismatique. Mais hélas !

La veille au soir, une bande d’ex-ninjas, connus comme obéissant à Guy Brice Parfait KOLÉLAS ont sillonné la ville de Brazzaville à bord d’un taxi pour arracher une à une les banderoles invitant au meeting. Un accrochage a faillit avoir lieu vers 23h30 entre un militant arrimé à la dynamique de renaissance du parti et ces gorilles tentant d’arracher une banderole étalée sur la clôture de l’institut géographique en face du marché total. Belle conception de la démocratie !

La police a enregistré plusieurs autres menaces et tentatives de violence qui finiront par aboutir au refus de l’autorisation du meeting de Brazzaville, le même jour à 10heures soit quelques heures avant le grand rassemblement.

Cette situation est simplement dramatique. Un Etat qui met la démocratie en veilleuse fasse aux menaces terroristes ? Les USA auraient donc du fermer tous les aéroports depuis le 11 septembre 2001 parce que la menace terroriste resterait sérieuse ?

A quoi nous sert-il d’entretenir à grands frais une armée pléthorique, à quoi servent les stratèges de la République et les généraux bedonnants sans états de services qui ne doivent leur titre qu’au bon vouloir de leur chef, à quoi sert cette police tentaculaire et cette gendarmerie suréquipée qui n’ont d’autres buts que d’intimider les populations civils, à quoi servent ces services secrets dont la seule ambition est de rogner les droits fondamentaux et constitutionnelles des citoyens en usant des tortures comme méthode d’enquête, à quoi sert le conseil national de sécurité qui a pour seule et unique mission de sécuriser les sorties de son chef, enfin à quoi servent tous ces milliards dévolus à la sécurité intérieur (le Congo n’ayant pas d’ennemi extérieur identifié) si quelques guérilleros vaincus et vieillissants à la solde d’un fils d’un papa bien identifiable suffisent à retirer au peuple congolais son droit constitutionnel à la réunion publique ?

Si les enquêtes policières en cours remontent à l’incrimination de monsieur Guy Brice Parfait KOLÉLAS dans ces menaces à l’ordre public, il a gros à perdre. Tout le monde sait désormais que le ministre de la fonction publique est un délinquant notoire reconnu par plusieurs justices dans le monde, notamment les justices centrafricaines et françaises qui l’ont condamné à de la prison ferme et à de lourdes dommages et intérêts, peines auxquelles il n’échappe pour l’instant que grâce à son statut diplomatique conféré par sa qualité de ministre.

Denis SASSOU NGUESSO qui tient à la respectabilité du Congo Brazzaville et qui est déjà assez embarrassé par la présence au gouvernement d’un ministre condamné deux fois, ne supportera pas que le même indélicat soit à l’origine de menaces de troubles à l’ordre public dans notre propre pays, grâce aux moyens de sa fonction. Sa responsabilité est entière et totale.

C’est bien à lui qu’il semblait faire allusion dans son discours de fin d’année, lorsqu’il insistait sur les vertus de la paix, du dialogue et de la démocratie ; les actes seraient plus appréciable que les discours....

Hellot Matson MAMPOUYA a déjà renoncé à une élection qu’il pouvait gagner et pour laquelle il avait investi des millions de frs CFA. C’était durant les législatives 2012, à Kinsoundi, où face à certains comportements de la part de guerriers mal reconvertis, il avait préféré se retirer pour y préserver la paix, plutôt que de faire primer une quelconque soif du pouvoir. Voilà pourquoi explique t-il que : "je ne vais pas moi aussi créer un groupe d’intimidation, comme cela était à la mode dans les années 90. Il est suicidaire pour ce pays de laisser prospérer des gens qui ont encore cette culture" et de rajouter "nous ne répondrons ni aux provocations ni aux mensonges qui caractérisent ceux que nous combattons ; le combat que nous menons pour le respect des textes est fondamental pour le survie de notre parti..."

Au lieu de répondre à de telles provocations, une fois le meeting annulé, les organisateurs ont demandés aux milliers de personnes qui s’étaient déplacés de regagner leurs domiciles dans le calme. Ensuite, environ 200 militants de la Dynamique du 21 décembre sont allés avec le sourire inaugurer leur permanence située à Makélékélé, dans le quartier SIC en face de l’hôpital.

Cet endroit sera un véritable lieu de vie politique ouvert et démocratique où les militants pourront venir débattre, trouver de l’information et être formé à la culture politique moderne.

Ce qui se passe au MCDDI n’est ni une manœuvre d’une quelconque main noire pour détruire le parti, ni un complot pour satisfaire les desseins d’on ne sait quel obédience ou parti concurrent, et encore moins un plan de déstabilisation fomenté par le pouvoir en place. Ce qui se passe au MCDDI est tout simplement la vie normale d’un parti politique avec son besoin d’alternance, ses courants, ses luttes intestines pour le leadership et la prise de contrôle du parti, (ça se passe comme cela dans tous les partis politiques du monde).

Il y’a d’un coté le collectif des légalistes qui veulent le respect des textes fondamentaux du parti, de la base des militants, du Congrès ainsi que l’application des règles qui régissent toute vie démocratique au sein d’un parti, de l’autre coté une coalition de conspirateurs menée par un coordonnateur fourbe et sans charisme qui pense avoir un destin national, convaincu qu’il est que les congolais le porteront à la magistrature suprême même en se bouchant le nez faute de mieux.

Le MCDDI, le plus grand parti du Congo Brazzaville sortira de cette crise encore plus grand et encore plus fort grâce au respect de ses textes. Ceux qui avaient aimé le MCDDI des origines aimeront le MCDDI qui est entrain de se rénover ; c’est le souhait des sympathisants, des militants, des cadres et de tous ceux qui ont fait de ce parti ce qu’il était…

D’ores et déjà une FICHE D’ADHESION ET DE RENOUVELLEMENT D’ADHESION AU MCDDI est à la disposition de tous les sympathisants et militants qui souhaitent voir revivre le grand MCDDI.

Quelques éclaircissements à l’attention de monsieur le coordonnateur du MCDDI

1)     - Quel âge avait Guy Brice Parfait KOLÉLAS en 1989, le 3 août 1989, pour être le FONDATEUR ou LE CO-FONDATEUR du MCDDI ? N'était-il pas à l'âge où lui, Guy Brice Parfait KOLÉLAS, s'activait au sein de l'UJSC et pendant que son père se faisait torturer en prison ?

2)     - Qui sont les fondateurs du MCDDI de la première heure ? Guy Brice Parfait KOLÉLAS peut-il les citer si tant est qu'il est l'un des fondateurs du MCDDI comme il le prétend ? La réponse est simple. Ce sont, entre autres : MM. Jacob MIABILANGANA (Décédé), Adrien MALONGA longtemps torturé en prison (Décédé), Abel MATANGOU, Soni Labou-Tansi (Décédé), etc. J'en oublie d'autres. A vous de compléter la liste.

3)     - La crise du MCDDI n'est pas un problème de personne. Il s'agit de problème de procédure, d'action, d'organisation, de respect et d'application des textes en vigueur. Reconnaître publiquement qu'en 2008, nous avons tous commis l'erreur d'organiser une CONVENTION AU COURS DE LAQUELLE NOUS AVIONS ADOPTE DE NOUVEAUX STATUTS ET REGLEMENT INTERIEUR, en lieu et place d'un CONGRES EXTRAORDINAIRE STATUTAIRE. Nous aurions dû ou pu appeler cette Convention CONGRES EXTRAORDINAIRE.

Ainsi, nous aurions fait l'économie des déboires d'aujourd'hui. Maintenant que nous avons cette prise de conscience, nous ne pouvons plus continuer dans cette voie d'erreurs et de fautes politiques. Mais, MIEUX VAUT TARD QUE JAMAIS.

4)     - Notre frère Guy Brice Parfait KOLÉLAS doit faire preuve de maturité politique et d'honnêteté intellectuelle. Il doit reconnaître que la première CONVENTION de 2008 dont nous assumons tous la faute politique était une VIOLATION des STATUTS hérités de notre Patriarche et Vénérable Fondateur du MCDDI : le Président Bernard BAKANA KOLÉLAS. Aujourd'hui, nous ne pouvons plus continuer dans cette voie et aller de violation en violation. Nous nous étions tous trompés et nous faisons tous amande honorable.

5)     - Il faut bien préciser que l'instance CONVENTION est elle-même une violation des Statuts que nous assumons tous. Mais maintenant qu'on s'en rend compte, faut-il continuer dans cette violation ? (Il faut assumer publiquement cette erreur et cette faute politiques pour marquer sa sincérité et aussi marquer des points auprès des militants).

L'instance CONVENTION, si elle avait été adoptée par un CONGRÈS STATUTAIRE en bonne et due forme, n'est et ne devait être qu'une instance intermédiaire entre deux Congrès, et ne saurait disposer ou bénéficier des prérogatives dévolues à un CONGRÈS STATUTAIRES comme, par exemple, élire un nouveau Comité National et un Bureau Exécutif National, etc, enfin toutes attributions dépendant du Congrès..

Aujourd'hui, nous ne pouvons donc voguer et évoluer de CONVENTION en CONVENTION, d'autant plus que nous avions décidé ensemble et d'un commun accord, en 2010, qu'après les législatives de 2012, nous devions organiser un CONGRÈS STATUTAIRE.

L'heure est donc venue pour l'organiser, ce Congrès et mettre fin à une organisation anarchique qui fait fi des règles en vigueur telles que nous les a léguées le président-fondateur du MCDDI, Bernard BAKANA-KOLÉLAS.

Ce qui revient à dire que toutes les décisions prises au cours des différentes CONVENTIONS sont nulles et de nul effet, et donc frappées du sceau de la nullité. Elles sont caduques.

SI NOUS DEVONS REVISER VOIRE MODIFIER LES STATUTS ET LE REGLEMENT INTERIEUR, C'EST PAR LA VOIE DU CONGRES, PAR LA VOIE LEGALE, QUE NOUS LE FERONS ET ENSEMBLE !

Notre frère Guy Brice Parfait KOLÉLAS, s'il est l'héritier matériel de son père et il n'en est pas le fils aîné, il n'est ni l'héritier spirituel ni l'héritier politique du Président Bernard BAKANA KOLÉLAS. Même s'il porte le nom de son père, il faut admettre qu'il n'est pas l'autre, il n'est pas son père. L'héritage idéologique et politique du Fondateur du MCDDI appartient aux militants du MCDDI.

Partager cet article

Repost 0
Published by PatrickEric - dans Politique
commenter cet article

commentaires

  • : Mampouya.com
  • Mampouya.com
  • : Restauration de la Démocratie de l'Etat de Droit et de la Républque au Congo
  • Contact

  • Patrick Eric Mampouya
  • Patrick Éric Mampouya
  • Patrick Éric Mampouya

Recherche

Mes Héros : Mort Pour un Autre Congo

bruno-ossébighislin_simplice_ongouya.jpg

Congo : Textes Divers

2306_Bourses_etudes.pdf 2306_Bourses_etudes.pdf bilan matondo congo bilan matondo congo Bruno-OSSEBI.doc Bruno-OSSEBI.doc Budget-de-l-Etat-Exercice-2007.pdf Budget-de-l-Etat-Exercice-2007.pdf Budget-de-l-Etat_Exercice-2008.pdf Budget-de-l-Etat_Exercice-2008.pdf Code-des-Investissements-Miniers-du-Congo.pdf Code-des-Investissements-Miniers-du-Congo.pdf Code-Forestier-du-Congo.pdf Code-Forestier-du-Congo.pdf Constitution-du-15-mars-1992 Constitution-du-15-mars-1992 Constitution du 29 novembre 2001 Constitution du 29 novembre 2001

Contrat-Consulting-Longbeach-Bermuda-Elenga-LTD.jpg Contrat-Consulting-Longbeach-Bermuda-Elenga-LTD.jpg Contrat-Consulting2.jpg Contrat-Consulting2.jpg Contrat-Consulting3.jpg Contrat-Consulting3.jpg Contrat-Consulting4.jpg Contrat-Consulting4.jpg Contrat-Partage-HM-NKOSSA-Contrat-PP.pdf Contrat-Partage-HM-NKOSSA-Contrat-PP.pdf Contrat-Partage-Kouakouala.pdf Contrat-Partage-Kouakouala.pdf Contrat-Partage-Kouilou.pdf Contrat-Partage-Kouilou.pdf Contrat-Partage-Madingo.pdf Contrat-Partage-Madingo.pdf Contrat-Partage-MarineVI-VII-KITINA.pdf Contrat-Partage-MarineVI-VII-KITINA.pdf Contrat-Partage-MarineX.pdf Contrat-Partage-MarineX.pdf Contrat-Partage-Mer-TP-Nord.pdf Contrat-Partage-Mer-TP-Nord.pdf Contrat-Partage-Mer-TP-Sud.pdf Contrat-Partage-Mer-TP-Sud.pdf Contrat-Partage-PEX.pdf Contrat-Partage-PEX.pdf Contrat-Partage-PNGF-Contrat-PP.pdf Contrat-Partage-PNGF-Contrat-PP.pdf D-cret-n--2004-30-du-18-f-vrier-2004.doc D-cret-n--2004-30-du-18-f-vrier-2004.doc  D-cret-n--2008---5-du-31-mars-2008.pdf D-cret-n--2008---5-du-31-mars-2008.pdf D-cret-n--2008---56-du-31-mars-2008.pdf D-cret-n--2008---56-du-31-mars-2008.pdf D-cret-n--2008---58-du-31-mars-2008.pdf D-cret-n--2008---58-du-31-mars-2008.pdf D-cret-n--2008---60-du-31-mars-2008.pdf D-cret-n--2008---60-du-31-mars-2008.pdf D-cret-n--2008---64-du-3i-mars-2008.pdf D-cret-n--2008---64-du-3i-mars-2008.pdf D-cret-n--2008---t5-du-n-f-vrier-2008.pdf D-cret-n--2008---t5-du-n-f-vrier-2008.pdf D-cret-n--2008--3-du-11-janvier-2008.pdf D-cret-n--2008--3-du-11-janvier-2008.pdf D-cret-n--2008-84--.-du-15-avril-2008.pdf D-cret-n--2008-84--.-du-15-avril-2008.pdf D-cret-sur-la-transparence.pdf D-cret-sur-la-transparence.pdf D-cret-sur-les-op-rations-des-services-de-l--tat.pdf D-cret-sur-les-op-rations-des-services-de-l--tat.pdf decret-election-presidentielle.jpg decret-election-presidentielle.jpg decret_du_09_10_2008.pdf decret_du_09_10_2008.pdf Enl-vement-des-Stocks-de-P-trole-2005.pdf Enl-vement-des-Stocks-de-P-trole-2005.pdf Facture-d-Hotel-de-Sassou---N-Y.pdf Facture-d-Hotel-de-Sassou---N-Y.pdf

Feuilledecomptabilit-1.pdf Feuilledecomptabilit-1.pdf Guide du journalisme indépendant Guide du journalisme indépendant Le Plan Mouébara au CMAS 1 Le Plan Mouébara au CMAS 1 Le Plan Mouébara au CMAS 2 Le Plan Mouébara au CMAS 2 Le Plan Mouébara au CMAS 3 Le Plan Mouébara au CMAS 3

Les-Sages-Mbochis.pdf Les-Sages-Mbochis.pdf Les-factures-du-fils-de-Sassou.pdf Les-factures-du-fils-de-Sassou.pdf Statuts de T. I. France Statuts de T. I. France LISTEOP_C2G-EY.pdf LISTEOP_C2G-EY.pdf Loi-Electorale-du-Congo.pdf Loi-Electorale-du-Congo.pdf Loi-du-24-novembre-2001.doc Loi-du-24-novembre-2001.doc Loi-176-2003-du-18-janvier-2003.doc Loi-176-2003-du-18-janvier-2003.doc LISTEOP_KPMG.pdf LISTEOP_KPMG.pdf Note-Circulaire-AdministrateurSNPC.pdf Note-Circulaire-AdministrateurSNPC.pdf okouna-petro jugement&plaidoirie okouna-petro jugement&plaidoirie PID-2006.pdf PID-2006.pdf Pland-actionBonneGouvernancePool2.pdf Pland-actionBonneGouvernancePool2.pdf R-echelonnement-de-la-Dette-du-Congo-par-le-Club-de-Paris.pdf R-echelonnement-de-la-Dette-du-Congo-par-le-Club-de-Paris.pdf Rapport-Cofipa.pdf Rapport-Cofipa.pdf Rapport-de-la-Cour-des-Comptes.pdf Rapport-de-la-Cour-des-Comptes.pdf Rapport-KPMG-09-2006.pdf Rapport-KPMG-09-2006.pdf Rapport-KPMG-12-2006.pdf Rapport-KPMG-12-2006.pdf Rapport-KPMG-du-16-avril-2007.pdf Rapport-KPMG-du-16-avril-2007.pdf Rapport-TOFE-2005.pdf Rapport-TOFE-2005.pdf RECOURNSo-0-132008-du-O3J-uin-2008.PDF RECOURNSo-0-132008-du-O3J-uin-2008.PDF Redevance-2006.pdf Redevance-2006.pdf Requ-te-en-annulation.PDF Requ-te-en-annulation.PDF Service-de-S-curit-.pdf Service-de-S-curit-.pdf SOCAPALM Exposé de la Situation SOCAPALM Exposé de la Situation Suivi-Bonus-2005.pdf Suivi-Bonus-2005.pdf