Dimanche 17 juillet 2011 7 17 /07 /Juil /2011 13:44

DOLÉANCES DES RÉFUGIÉS ET DEMANDEURS D’ASILE DU CONGO BRAZZAVILLE

RENCONTRE AVEC LA DÉLÉGATION DU HCR GENEVE ET KINSHASA

 

  1. DE LA SITUATION PARTICULIERE DES FEMMES  
  1. Des violences et leurs conséquences

refugies-copie-1Tous les pays dans lesquels se sont déroulés les conflits armés, surtout en Afrique, les femmes et les enfants étant les personnes les plus vulnérables et sans aucune protection sont plus victimes de toutes sortes de violences ; par conséquent les droits des femmes ne sont pas respectés.

Quand il y eut la guerre à Brazzaville du 5 juin au 15 octobre 1997, tous ceux qui vivaient à Brazzaville se préoccupaient de se sauver. Par contre les violences ont débuté après le départ du Président Pascal LISSOUBA quand la milice de SASSOU NGUESSO, les Cobras, aidée par l’armée angolaise, les milices Interamwhe, les tchadiens, les anciens militaires de la DSP du maréchal Mobutu et autres ont commencé la chasse à l’homme comme cela avait été indiqué dans le plan MOEBARA, concernant l’extermination de l’électorat du sud du Congo.

Le viol des femmes dans les zones sud du Congo a été commandité strictement par ce gouvernement soit disant parce que les femmes entretenaient et nourrissaient leurs maris : comment est ce qu’une femme ne peut s’occuper de son mari même s’il y a la guerre ?

Dans toutes les localités sous occupation et même le long de la fuite, les femmes ont assisté aux assassinats de leur mari, de leur garçon déjà majeur, aux enterrements vivants de leur mari, enfants, oncles, frères ou cousins. De nombreuses femmes, mariées ou seules, ont été la proie des militaires et victimes de violences physiques par des coups de fusil, intromission des objets durs dans le sexe, elles ont été obligées de commettre l’inceste avec leurs enfants, frères, cousins et la plus cruelle des violences : le viol avec la contamination du VIH et les infections sexuellement transmissibles et les enfants sans père.

Pensez-vous que des femmes qui ont gardé des souvenirs aussi atroces puissent envisager le retour au Congo Brazzaville aujourd’hui, sachant que le chef de ce régime est encore au pouvoir ?

Nous, femme congolaises, réfugiées au Gabon du fait de la persécution et vivant dans la précarité n’envisageons pas le retour au Congo Brazzaville dans l’immédiat, aussi longtemps que le Général SASSOU NGUESSO est encore au pouvoir.

A titre d’exemple nous citons le cas de nos sœurs de la région du pool violées sur instructions de l’actuel chef de l’État du Congo pendant des jours, des semaines et des mois, elles ont donné naissance à des enfants issus des viols, ont contracté des maladies sexuellement transmissibles dont la plus cruelles qui est le VIH Sida.

Ces femmes vivent encore jusqu’aujourd’hui dans les forêts à cause de la honte, la discrimination et de la peur de leurs bourreaux qui circulent librement et restent impunis.

Depuis que la situation de ces femmes a été portée à la face du monde, le gouvernement de Brazzaville n’a jamais rien fait pour elles. Que peut-il offrir de mieux à nous qui sommes ici ? 

B.  Précarité, prostitution et l’exploitation sexuelle des  femmes et des jeunes filles réfugiées et demandeurs d’asile        

Les femmes réfugiées vivent dans la précarité la plus extrême. C’est pourquoi elles sont prêtes à se livrer à l’exploitation sexuelle dans le cas où elles n’ont pas d’autres possibilités. Elles sont obligées de se prostituer pour survivre, nourrir les enfants, payés les loyers et autres besoins.

A cela s’ajoute le chômage auquel sont confrontées la femme et la jeune fille réfugiées détentrices d’un emploi qualifié. Dans cette situation elle se voit obliger de se livrer dans l’espoir d’obtenir un emploi. Le risque se sont les grossesses non désirées, les infections sexuellement transmissibles surtout le VIH Sida.

Il y a aussi la situation des enfants orphelins dont la garde représente un fardeau pour les femmes qui s’en occupent. De nombreuses jeunes filles ayant bénéficié des formations financées par le HCR sont au chômage. Certaines se sont reconverties en tresseuses, vendeuses de manioc, domestiques.

D’autres pratique le plus vieux métier du monde : nous citons la prostitution avec tout ce que cela comporte comme risques. 

  1. DROIT HUMANITAIRE ET POLITIQUE

 La situation des réfugiés et demandeurs d’asile du Congo Brazzaville est désormais un enjeu géostratégique entre le Gabon et le Congo. Le Conseiller du Ministre des affaires étrangères a été suffisamment clair. La présence des réfugiés et demandeurs d’asile congolais gène les rapports de bon voisinage entre le Congo et le Gabon.

Nous avions toujours affirmé notre méfiance à l’égard du pouvoir de Brazzaville qui a planifié le massacre et l’exil des populations du sud du Congo conformément au plan MOEBARA. Même si les armes ne crépitent plus au Congo Brazzaville, le plan MOEBARA demeure actuel.

Il s’agit pour le Général SASSOU NGUESSO et ses partisans de confisquer le pouvoir à tout prix par peur de répondre un jour aux crimes contre l’humanité.

Devant les menaces qui pèsent sur nous, nous avions unanimement décidé de partir pour le Cameroun le 20 Avril 2011 à 7 heures 30 minutes. Mais les autorités gabonaises nous ont déconseillé vivement d’opter pour la marche vers le Cameroun. Cette initiative d’après ce qui nous a été dit à la DGDI, à la CNR, à la Direction générale des droits de l’homme et au Conseil national de sécurité pourrait nuire aux relations entre le Cameroun et le Gabon.

Nous avons compris. Cependant nous n’avons pas d’argent pour acheter la carte de séjour. Nous ne sommes pas non plus prêts à rentrer au Congo Brazzaville sans des garanties suffisantes. C’est pourquoi nous proposons ce qui suit :

-        Un forum de discussion entre les réfugiés et demandeurs d’asile du Congo Brazzaville à travers le monde entier et le gouvernement du Congo Brazzaville à Libreville sous le parrainage du Gabon et de l’ONU. Ce Forum posera les bases d’une véritable alternance politique, gage de paix. Il est important que ceux qui sont au pouvoir à Brazzaville sachent et comprennent que le Congo Brazzaville n’est pas la propriété de quelqu’un et que ceux qu’ils ont poussés en exil forcé chercheront un jour à rentrer.

-        La réhabilitation de tous les cadres civils et militaires depuis  leur départ du pays jusqu’à nos jours.

-        La prise en compte de la situation des ex étudiants au moment de leur départ du Congo.

-        La définition d’une réelle politique de réinsertion pour tous ceux qui vont choisir le retour volontaire comme solution durable.           

  1. DE L’INSERTION DES REFUGIES ET DEMANDEURS D’ASILE

Dans le cadre de la recherche des solutions durables le HCR avait envisagé, outre le retour volontaire et la réinstallation, la possibilité pour les réfugiés détenteurs des diplômes gabonais ou congolais d’être insérés. Malheureusement la politique d’insertion des réfugiés se heurte à plusieurs difficultés.

La première est à mettre en rapport avec la politique nationale de gabonisation des postes. C’est pourquoi des réfugiés qui ont été formé avec l’aide du HCR depuis 2002 n’ont jamais pu travailler. Il s’agit donc là d’un gaspillage de temps, d’énergie et d’argent. Le Gabon, en tant que pays du tiers monde n’a pas les moyens d’une véritable insertion économique. La seule solution demeure le secteur informel dans lequel les réfugiés peuvent vraiment trouver une possibilité de s’autonomiser.

La deuxième porte sur la stigmatisation des réfugiés surtout congolais. Dans l’inconscient collectif, les  congolais de Brazzaville ne sont pas toujours bien vus. Au point où dès qu’il y a un problème de droit commun dans lequel est impliqué un congolais, la presse nationale en parle avec une certaine insistance comme si la sécurité du Gabon était menacée.

Par conséquent, l’absence d’une véritable politique d’insertion des réfugiés peut être considérée comme un problème de protection.

  1. ABSENCE D’UNE POLITIQUE DE REINSERTION DES RAPATRIES 

L’accord tripartite de rapatriement volontaire signé entre le HCR, le Gabon et le Congo Brazzaville fait mention d’un certain nombre d’obligations qui incombent aux différentes parties contractantes. C’est ainsi que le gouvernement congolais a le devoir de mettre en place une politique de réinsertion pour ceux des réfugiés ou demandeurs d’asile qui choisissent le retour volontaire. Malheureusement depuis la signature de cet accord jusqu’à ce jour, la réinsertion des rapatriés n’est nullement une préoccupation des autorités au pouvoir à Brazzaville. Pourquoi ?

Sans verser dans le tribalisme, nous disons tout de même que les autorités de Brazzaville sont tout à fait conscientes que les réfugiés du Gabon sont en majorité originaires des provinces du sud. C’est la raison pour laquelle il n’existe aucune politique de réinsertion au profit de ces réfugiés.

Nous avions déjà par le passé dénoncé la perfidie des autorités de Brazzaville. Il n’y a aucune raison pour que nous changions notre position aujourd’hui. Tous les réfugiés qui rentrent sont abandonnés à leur propre sort.

  1. QUESTION SUR LES PROBLEMES DE PROTECTION AUXQUELLES SONT CONFRONTES LES REFUGIES ET DEMANDEURS D’ASILE

Depuis notre arrivée dans ce pays, nous avons toujours été confrontés aux problèmes de protection. C’est le cas par exemple de Mademoiselle MOUSSOUNDA Alida, orpheline de père et de mère, enfermée à la prison centrale de Libreville par Madame OTCHOBOGO, expert à la Commission Nationale pour les Réfugiés  (CNR).

En 2005, le défunt Président El hadj Omar BONGO ONDIMBA est en route pour New York où il doit présider la 44e assemblée générale des Nations-Unies, une opération de refoulement forcé des réfugiés et demandeurs d’asile de la localité de Moanda dans la province du Haut-Ogooué est lancée. N’eut  été la réaction rapide du HCR, nos compatriotes auraient été froidement abattu par les militaires de l’armée congolaise en fraction à la frontière entre le Congo et le Gabon.

On peut aussi citer deux (2) cas d’assassinat des réfugiés congolais pour lesquelles aucune suite judiciaire n’a été donnée. 

Monsieur BIANG, Conseiller Juridique et Diplomatique du Ministre des Affaires Étrangères, Président de la Sous-Commission d’éligibilité nous avait rassuré qu’il n’y aurait aucune situation de non droit, aucune arrestation d’un réfugié ou demandeur d’asile.

Malheureusement il ne passe pas un jour sans qu’un réfugié ou demandeur d’asile congolais ne soit arrêté. Ceux ou celles qui pratiquaient le commerce ambulant ont dû renoncer à cause des raquettes.

Aujourd’hui plus qu’hier les documents de protection même lorsqu’ils portent les armoiries de la République Gabonaise n’ont plus de valeur. Il est absolument impossible de vous présenter la liste exhaustive de tous ceux qui sont arrêtés chaque jour lors de contrôle. Il y a aussi la situation des réfugiés à qui l’on doit de l’argent et qu’on menace de mort ou encore de ceux qui ont acquis un lopin de terre, qu’on refuse de délivrer le livret de propriétaire.

Il nous a été dit qu’une commission de réexamen des dossiers serait mise en place. Malheureusement cette commission n’a jamais vu le jour. Dans tous les cas la commission de réexamen ne ferait pas mieux que la sous-commission d’éligibilité qui en 10 ans n’a pu examiner les dossiers des demandeurs d’asile.

Ces situations humiliantes peuvent conduire à des dérapages regrettables, car le désespoir pout enfanter la violence.

Fait à Libreville le 13 Avril 2011

Pour le Bureau Exécutif du CRAG

Marcel Doriane KOUANDA

Par PatrickEric - Publié dans : Politique - Communauté : Les Amis du Congo Brazza
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Retour à l'accueil

Mes Héros : Mort Pour un Autre Congo

bruno-ossébighislin_simplice_ongouya.jpg

Congo : Textes Divers

2306_Bourses_etudes.pdf 2306_Bourses_etudes.pdf bilan matondo congo bilan matondo congo Bruno-OSSEBI.doc Bruno-OSSEBI.doc Budget-de-l-Etat-Exercice-2007.pdf Budget-de-l-Etat-Exercice-2007.pdf Budget-de-l-Etat_Exercice-2008.pdf Budget-de-l-Etat_Exercice-2008.pdf Code-des-Investissements-Miniers-du-Congo.pdf Code-des-Investissements-Miniers-du-Congo.pdf Code-Forestier-du-Congo.pdf Code-Forestier-du-Congo.pdf Constitution-du-15-mars-1992 Constitution-du-15-mars-1992 Constitution du 29 novembre 2001 Constitution du 29 novembre 2001

Contrat-Consulting-Longbeach-Bermuda-Elenga-LTD.jpg Contrat-Consulting-Longbeach-Bermuda-Elenga-LTD.jpg Contrat-Consulting2.jpg Contrat-Consulting2.jpg Contrat-Consulting3.jpg Contrat-Consulting3.jpg Contrat-Consulting4.jpg Contrat-Consulting4.jpg Contrat-Partage-HM-NKOSSA-Contrat-PP.pdf Contrat-Partage-HM-NKOSSA-Contrat-PP.pdf Contrat-Partage-Kouakouala.pdf Contrat-Partage-Kouakouala.pdf Contrat-Partage-Kouilou.pdf Contrat-Partage-Kouilou.pdf Contrat-Partage-Madingo.pdf Contrat-Partage-Madingo.pdf Contrat-Partage-MarineVI-VII-KITINA.pdf Contrat-Partage-MarineVI-VII-KITINA.pdf Contrat-Partage-MarineX.pdf Contrat-Partage-MarineX.pdf Contrat-Partage-Mer-TP-Nord.pdf Contrat-Partage-Mer-TP-Nord.pdf Contrat-Partage-Mer-TP-Sud.pdf Contrat-Partage-Mer-TP-Sud.pdf Contrat-Partage-PEX.pdf Contrat-Partage-PEX.pdf Contrat-Partage-PNGF-Contrat-PP.pdf Contrat-Partage-PNGF-Contrat-PP.pdf D-cret-n--2004-30-du-18-f-vrier-2004.doc D-cret-n--2004-30-du-18-f-vrier-2004.doc  D-cret-n--2008---5-du-31-mars-2008.pdf D-cret-n--2008---5-du-31-mars-2008.pdf D-cret-n--2008---56-du-31-mars-2008.pdf D-cret-n--2008---56-du-31-mars-2008.pdf D-cret-n--2008---58-du-31-mars-2008.pdf D-cret-n--2008---58-du-31-mars-2008.pdf D-cret-n--2008---60-du-31-mars-2008.pdf D-cret-n--2008---60-du-31-mars-2008.pdf D-cret-n--2008---64-du-3i-mars-2008.pdf D-cret-n--2008---64-du-3i-mars-2008.pdf D-cret-n--2008---t5-du-n-f-vrier-2008.pdf D-cret-n--2008---t5-du-n-f-vrier-2008.pdf D-cret-n--2008--3-du-11-janvier-2008.pdf D-cret-n--2008--3-du-11-janvier-2008.pdf D-cret-n--2008-84--.-du-15-avril-2008.pdf D-cret-n--2008-84--.-du-15-avril-2008.pdf D-cret-sur-la-transparence.pdf D-cret-sur-la-transparence.pdf D-cret-sur-les-op-rations-des-services-de-l--tat.pdf D-cret-sur-les-op-rations-des-services-de-l--tat.pdf decret-election-presidentielle.jpg decret-election-presidentielle.jpg decret_du_09_10_2008.pdf decret_du_09_10_2008.pdf Enl-vement-des-Stocks-de-P-trole-2005.pdf Enl-vement-des-Stocks-de-P-trole-2005.pdf Facture-d-Hotel-de-Sassou---N-Y.pdf Facture-d-Hotel-de-Sassou---N-Y.pdf

Feuilledecomptabilit-1.pdf Feuilledecomptabilit-1.pdf Guide du journalisme indépendant Guide du journalisme indépendant Le Plan Mouébara au CMAS 1 Le Plan Mouébara au CMAS 1 Le Plan Mouébara au CMAS 2 Le Plan Mouébara au CMAS 2 Le Plan Mouébara au CMAS 3 Le Plan Mouébara au CMAS 3

Les-Sages-Mbochis.pdf Les-Sages-Mbochis.pdf Les-factures-du-fils-de-Sassou.pdf Les-factures-du-fils-de-Sassou.pdf Statuts de T. I. France Statuts de T. I. France LISTEOP_C2G-EY.pdf LISTEOP_C2G-EY.pdf Loi-Electorale-du-Congo.pdf Loi-Electorale-du-Congo.pdf Loi-du-24-novembre-2001.doc Loi-du-24-novembre-2001.doc Loi-176-2003-du-18-janvier-2003.doc Loi-176-2003-du-18-janvier-2003.doc LISTEOP_KPMG.pdf LISTEOP_KPMG.pdf Note-Circulaire-AdministrateurSNPC.pdf Note-Circulaire-AdministrateurSNPC.pdf okouna-petro jugement&plaidoirie okouna-petro jugement&plaidoirie PID-2006.pdf PID-2006.pdf Pland-actionBonneGouvernancePool2.pdf Pland-actionBonneGouvernancePool2.pdf R-echelonnement-de-la-Dette-du-Congo-par-le-Club-de-Paris.pdf R-echelonnement-de-la-Dette-du-Congo-par-le-Club-de-Paris.pdf Rapport-Cofipa.pdf Rapport-Cofipa.pdf Rapport-de-la-Cour-des-Comptes.pdf Rapport-de-la-Cour-des-Comptes.pdf Rapport-KPMG-09-2006.pdf Rapport-KPMG-09-2006.pdf Rapport-KPMG-12-2006.pdf Rapport-KPMG-12-2006.pdf Rapport-KPMG-du-16-avril-2007.pdf Rapport-KPMG-du-16-avril-2007.pdf Rapport-TOFE-2005.pdf Rapport-TOFE-2005.pdf RECOURNSo-0-132008-du-O3J-uin-2008.PDF RECOURNSo-0-132008-du-O3J-uin-2008.PDF Redevance-2006.pdf Redevance-2006.pdf Requ-te-en-annulation.PDF Requ-te-en-annulation.PDF Service-de-S-curit-.pdf Service-de-S-curit-.pdf SOCAPALM Exposé de la Situation SOCAPALM Exposé de la Situation Suivi-Bonus-2005.pdf Suivi-Bonus-2005.pdf

Partager

Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés