Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 juillet 2014 5 04 /07 /juillet /2014 08:25

Corrompu.jpgDans presque toutes les métropoles européennes les congolais de Brazzaville sont perçus comme des personnes civilisées qui aiment les vêtements et qui s’habillent bien grâce ou à cause des Sapeurs.

A Brazzaville, les Sapeurs sont la principale attraction des populations analphabètes et de ceux qui n’existent que par le paraître (je parais donc je suis).

Dans certains quartiers les Sapeurs sont perçus comme des stars nationales, on s’arrache leurs vidéos pour les visionner en boucle, certaines autorités en mal de popularité et d’idées font des pieds et des mains pour les approchés en espérant récupérer ce phénomène qui draine des électeurs potentiels. Il y eût même dans un passé récent un ministre de la République qui s’était autoproclamé président des Sapeurs…

La seule ambition de ces pseudos stars en mal de reconnaissance est d’exister aux yeux des autres et de paraître à tous prix, coûte que coûte. A Brazzaville, rares sont les Sapeurs élégants qui s’habillent avec goût, pour la plupart, la règle c’est plutôt le mauvais, tout est bon pour se faire remarquer avec des vêtements aux couleurs les plus agressives possibles.

Naguère criminalisé par le régime marxiste des années 70 qui les prenait pour des délinquants et les pourchassait, ce phénomène avilissant, bêtifiant qui détournait les jeunes des "bonnes" valeurs et surtout de l’école est aujourd’hui élevé au rang de culture nationale puisque les Sapeurs (ceux qui s’adonnent à la Sape) ont une place de choix pendant le défilé de la fête nationale où ils sont acclamés par tout le gouvernement. (Pauvre Congo !).

Une chose est vraie, au Congo Brazzaville, personne n’est indifférent au phénomène de la Sape. On aime ou on n’aime pas ! Un phénomène qui intéresse autant de personne rapporterait beaucoup d’argent et même des devises dans d’autres pays, sauf dans ce pays c’est le contraire. Le Congolais déteste le made in Congo, d’ailleurs il n’y a presque rien de made in Congo dans ce pays où même le cure dent est importé.

Autour de ce phénomène, aurait pu se greffer un business ou une véritable industrie de la mode pour satisfaire tous les amoureux du vêtement or, au Congo Brazzaville il en est autrement. Aucun couturier congolais d’envergure national ou international, aucun mannequin congolais que la planète entière nous envierait malgré les sommes folles investi dans l’habillement par ces ratés sans talents et lobotomisés qui ne peuvent excellés que par le paraitre.

Chaque civilisation ou plutôt chaque peuple à sa notion du beau, ainsi, les chinois, les arabes, les européens, les sénégalais, les indiens ect…, mettent en valeurs leurs propres langues et construisent le beau à partir leurs cultures et de leurs fabrications locales.

Le Congo Brazzaville est l’un des rares pays où tout ce qui vient d’ailleurs est plus beau, mieux et plus important que tout ce qui est local. On mange des pommes et des raisins toute l’année au Congo Brazzaville alors que ces produits ne sont pas cultivés sur place (vive la mondialisation).

Le congolais de Brazzaville parle français dès le berceau à tel point qu’il en a fait sa première langue, même ceux qui ne savent ni lire ni écrire parlent couramment la langue de Molière, le congolais s’intéresse beaucoup au différent championnat européen, il sait tout de la politique française, il importe 85% de ce qu’il consomme et toute l’économie du pays est aux mains des étrangers. Ici on ne connaît pas le patriotisme économique ni même le protectionnisme alors que tous les pays du monde s’y adonnent ; allez y comprendre quelque chose.

L’industrie qu’aurait pu créer le phénomène de la Sape au Congo Brazzaville a été supplantée par le business de la friperie. Mes amis ouest africains de Paris ne me croiraient pas si je leur disais que 90% des congolais s’habillent avec des friperies importées d’Europe et d’ailleurs. Triste réalité…

Dans tous les pays du monde l’habit correspond aux saisons, quand il fait froid on s’habille chaudement et quand il fait chaud on s’habille léger, ici c’est pas le cas ! Presque tous les jours je me tors de rire en voyant des personnes habillées en manteau de fourrure dans les rues de Brazzaville alors qu’il fait 35° à l’ombre. Ici la cravate est un signe de reussite sociale, alors tout le monde en met quelque soit la saison pour paraitre.

Comme les voitures d’occasions que les européens ne veulent plus conduire et qui encombrent les routes de Brazzaville (9 voitures sur 10 qui circulent au Congo sont des occasions d’Europe), un phénomène nouveau qui était encore confidentiel dans les années 70 est en passe de devenir une véritable industrie.

Encore moins cher que le "made in china" désormais hors de porté des bourses congolaises, les friperies naguère appelé "sôla" (choisis en français), réservés au population démunies de l’intérieur du pays, sont devenus les premiers habilleurs des congolais. C’est l’un des meilleurs indicateurs de l’avancer de la paupérisation de la population congolaise dans ce pays qui n’a pas de service de statistique (ici les autorités cultivent le floue dans tous les agrégats pour des raisons biens connues).

Comme je le disais plus haut, presque tous les Congolais ont des friperies dans leur garde linge et on en vend partout, dans tous les marchés bien sûrs, sur les étalages de fortune, dans les rues et les avenues très fréquentés, accrochés à des échafaudages compliqués ou étendu à même le sol.

Il y en a pour tous les goûts : sandales, chaussures de ville et de sport, chaussettes, collants, vêtements de toutes sortes, sous-vêtements hommes et féminins, rideaux, serviettes de bain, gants de toilette ect…. Aucun domaine n’échappe à la friperie. Tout ce que la société de consommation occidentale ne veut plus utiliser et même les sous-vêtements, retrouve une seconde vie au Congo Brazzaville.

Ces friperies arrivent par container entier au port de Pointe-Noire où comme d’habitude, les grossistes sont des étrangers. Ces friperies font vivre beaucoup de personnes et rendent vraiment service aux populations qui sans cela seraient habillés avec des guenilles.

Quand ils prennent possession de leurs ballots de friperie achetée 120 000 CFA (prix de gros), les revendeurs ne savent pas sur quelles marchandises ils vont tombés. Dès l’ouverture d’un ballot de friperie c’est la bousculade, les clients cherchent la bonne affaire, le beau vêtement à un prix défiant toute concurrence, c’est au petit bonheur la chance…

D’autres détaillants font appel aux pressings spécialisés qui se sont crées autour de ce phénomène pour défroisser les friperies afin de les rendre plus présentables sur les rayons des magasins chics. Une amie de Pointe-Noire qui vie exclusivement de ce commerce depuis 2 ans m’a assurée qu’elle en a fait sa principale activité juste devant la porte de son habitation et qu’elle arrive à écouler au moins deux ballots de friperies par semaine. Un commerce rémunérateur donc où chacun trouve son compte, du client final au grossiste en passant par les revendeurs, les "défroisseurs" et surtout l’occidental qui ne sait pas quoi faire de ses déchets.

Le Congo Brazzaville est vraiment un drôle de pays, le Sapeur qui exhibe ses chaussures à 1 million CFA comme un trophée à du mal à faire vivre ses enfants qui s’habillent avec des friperies. Tous le temps qu’il passe à chercher le beau vêtement est du temps perdu pour ses enfants qu’il n’a pas le temps d’éduquer. Quelqu’un disait que la médiocrité est héréditaire, au Congo Brazzaville elle semble être congénitale…

Pendant que certains pays construisent des universités pour préparer le futur, organisent l’émulation des jeunes dans les écoles pour les inciter à être meilleurs et cherchent des solutions pour ne plus dépendre de l’extérieur dans tous les domaines, au Congo Brazzaville on encourage la médiocrité en sanctifiant le paraître ; résultat : nous en sommes à importer les déchets que d’autres ne veulent plus pour habiller nos populations et les rebuts sortis des casse-auto européennes pour avoir des moyens de locomotions modernes dans nos villes. 

 Les jeunes pourtant majoritaire dans la population sont réduits à la mendicité et à la débrouille avec pour seul modèle les Sapeurs et les corrompus ou corrupteurs qui exhibent leurs biens très mal acquis.

Le Congo Brazzaville victime des railleries quasi quotidiennes dans la presse étrangère est en passe d’être débaptisé par les médias étrangers ; le pays des Sapeurs se fait maintenant désigné par "le pays des biens mal acquis" pour le différencier de son grand voisin qu’est la RDC…

Il faut effectivement vivre au Congo pour se rendre compte que c'est vraiment un drôle de pays, d'ailleurs tous les étrangers qui y vivent et même nos amis et frères chinois ne comprennent pas que ce pays soit aussi drôle...

Partager cet article

Repost 0
Published by PatrickEric - dans Culture
commenter cet article

commentaires

  • : Mampouya.com
  • Mampouya.com
  • : Restauration de la Démocratie de l'Etat de Droit et de la Républque au Congo
  • Contact

  • Patrick Eric Mampouya
  • Patrick Éric Mampouya
  • Patrick Éric Mampouya

Recherche

Mes Héros : Mort Pour un Autre Congo

bruno-ossébighislin_simplice_ongouya.jpg

Congo : Textes Divers

2306_Bourses_etudes.pdf 2306_Bourses_etudes.pdf bilan matondo congo bilan matondo congo Bruno-OSSEBI.doc Bruno-OSSEBI.doc Budget-de-l-Etat-Exercice-2007.pdf Budget-de-l-Etat-Exercice-2007.pdf Budget-de-l-Etat_Exercice-2008.pdf Budget-de-l-Etat_Exercice-2008.pdf Code-des-Investissements-Miniers-du-Congo.pdf Code-des-Investissements-Miniers-du-Congo.pdf Code-Forestier-du-Congo.pdf Code-Forestier-du-Congo.pdf Constitution-du-15-mars-1992 Constitution-du-15-mars-1992 Constitution du 29 novembre 2001 Constitution du 29 novembre 2001

Contrat-Consulting-Longbeach-Bermuda-Elenga-LTD.jpg Contrat-Consulting-Longbeach-Bermuda-Elenga-LTD.jpg Contrat-Consulting2.jpg Contrat-Consulting2.jpg Contrat-Consulting3.jpg Contrat-Consulting3.jpg Contrat-Consulting4.jpg Contrat-Consulting4.jpg Contrat-Partage-HM-NKOSSA-Contrat-PP.pdf Contrat-Partage-HM-NKOSSA-Contrat-PP.pdf Contrat-Partage-Kouakouala.pdf Contrat-Partage-Kouakouala.pdf Contrat-Partage-Kouilou.pdf Contrat-Partage-Kouilou.pdf Contrat-Partage-Madingo.pdf Contrat-Partage-Madingo.pdf Contrat-Partage-MarineVI-VII-KITINA.pdf Contrat-Partage-MarineVI-VII-KITINA.pdf Contrat-Partage-MarineX.pdf Contrat-Partage-MarineX.pdf Contrat-Partage-Mer-TP-Nord.pdf Contrat-Partage-Mer-TP-Nord.pdf Contrat-Partage-Mer-TP-Sud.pdf Contrat-Partage-Mer-TP-Sud.pdf Contrat-Partage-PEX.pdf Contrat-Partage-PEX.pdf Contrat-Partage-PNGF-Contrat-PP.pdf Contrat-Partage-PNGF-Contrat-PP.pdf D-cret-n--2004-30-du-18-f-vrier-2004.doc D-cret-n--2004-30-du-18-f-vrier-2004.doc  D-cret-n--2008---5-du-31-mars-2008.pdf D-cret-n--2008---5-du-31-mars-2008.pdf D-cret-n--2008---56-du-31-mars-2008.pdf D-cret-n--2008---56-du-31-mars-2008.pdf D-cret-n--2008---58-du-31-mars-2008.pdf D-cret-n--2008---58-du-31-mars-2008.pdf D-cret-n--2008---60-du-31-mars-2008.pdf D-cret-n--2008---60-du-31-mars-2008.pdf D-cret-n--2008---64-du-3i-mars-2008.pdf D-cret-n--2008---64-du-3i-mars-2008.pdf D-cret-n--2008---t5-du-n-f-vrier-2008.pdf D-cret-n--2008---t5-du-n-f-vrier-2008.pdf D-cret-n--2008--3-du-11-janvier-2008.pdf D-cret-n--2008--3-du-11-janvier-2008.pdf D-cret-n--2008-84--.-du-15-avril-2008.pdf D-cret-n--2008-84--.-du-15-avril-2008.pdf D-cret-sur-la-transparence.pdf D-cret-sur-la-transparence.pdf D-cret-sur-les-op-rations-des-services-de-l--tat.pdf D-cret-sur-les-op-rations-des-services-de-l--tat.pdf decret-election-presidentielle.jpg decret-election-presidentielle.jpg decret_du_09_10_2008.pdf decret_du_09_10_2008.pdf Enl-vement-des-Stocks-de-P-trole-2005.pdf Enl-vement-des-Stocks-de-P-trole-2005.pdf Facture-d-Hotel-de-Sassou---N-Y.pdf Facture-d-Hotel-de-Sassou---N-Y.pdf

Feuilledecomptabilit-1.pdf Feuilledecomptabilit-1.pdf Guide du journalisme indépendant Guide du journalisme indépendant Le Plan Mouébara au CMAS 1 Le Plan Mouébara au CMAS 1 Le Plan Mouébara au CMAS 2 Le Plan Mouébara au CMAS 2 Le Plan Mouébara au CMAS 3 Le Plan Mouébara au CMAS 3

Les-Sages-Mbochis.pdf Les-Sages-Mbochis.pdf Les-factures-du-fils-de-Sassou.pdf Les-factures-du-fils-de-Sassou.pdf Statuts de T. I. France Statuts de T. I. France LISTEOP_C2G-EY.pdf LISTEOP_C2G-EY.pdf Loi-Electorale-du-Congo.pdf Loi-Electorale-du-Congo.pdf Loi-du-24-novembre-2001.doc Loi-du-24-novembre-2001.doc Loi-176-2003-du-18-janvier-2003.doc Loi-176-2003-du-18-janvier-2003.doc LISTEOP_KPMG.pdf LISTEOP_KPMG.pdf Note-Circulaire-AdministrateurSNPC.pdf Note-Circulaire-AdministrateurSNPC.pdf okouna-petro jugement&plaidoirie okouna-petro jugement&plaidoirie PID-2006.pdf PID-2006.pdf Pland-actionBonneGouvernancePool2.pdf Pland-actionBonneGouvernancePool2.pdf R-echelonnement-de-la-Dette-du-Congo-par-le-Club-de-Paris.pdf R-echelonnement-de-la-Dette-du-Congo-par-le-Club-de-Paris.pdf Rapport-Cofipa.pdf Rapport-Cofipa.pdf Rapport-de-la-Cour-des-Comptes.pdf Rapport-de-la-Cour-des-Comptes.pdf Rapport-KPMG-09-2006.pdf Rapport-KPMG-09-2006.pdf Rapport-KPMG-12-2006.pdf Rapport-KPMG-12-2006.pdf Rapport-KPMG-du-16-avril-2007.pdf Rapport-KPMG-du-16-avril-2007.pdf Rapport-TOFE-2005.pdf Rapport-TOFE-2005.pdf RECOURNSo-0-132008-du-O3J-uin-2008.PDF RECOURNSo-0-132008-du-O3J-uin-2008.PDF Redevance-2006.pdf Redevance-2006.pdf Requ-te-en-annulation.PDF Requ-te-en-annulation.PDF Service-de-S-curit-.pdf Service-de-S-curit-.pdf SOCAPALM Exposé de la Situation SOCAPALM Exposé de la Situation Suivi-Bonus-2005.pdf Suivi-Bonus-2005.pdf