Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 février 2012 6 25 /02 /février /2012 18:16

yves-castanou

"Mon but est de faire du Congo Brazzaville le hub de l’Afrique centrale dans le domaine des télécoms d’abord, économique ensuite, spirituel enfin"

Depuis la prise de fonction M. Yves CASTANOU à la tête de l’Agence de Régulation des Postes et des Communications et aussi de l’informatique un nouvel air souffle au Congo Brazzaville.

En effet, sous la direction de Monsieur Yves CASTANOU le Congo Brazzaville peut enfin prouver qu’une administration congolaise peut générer de moyens financiers importants sans les matières premières en faisant confiance uniquement à l’intelligence et à la probité morale des congolais.

Partout dans le monde, la tendance est à la bonne gouvernance, au professionnalisme, à la transparence et au renouvellement générationnelle. Dans tous les pays du monde et surtout dans les organismes internationaux le changement générationnel en cours est très avancé. Pour s'en convaincre, il suffit de regarder les dirigeants actuels aux Etats-Unis, en France, en Angleterre et partout ailleurs ; c’est à cela que la communauté internationale pousse l’Afrique et les Africains en espérant que les pratiques des nouvelles générations seront à la hauteur des standards internationaux…

Chaque génération doit choisir en son sein ses chefs, ses leaders et ses héros ; il est archi faux de penser que l’âge confère forcement la sagesse. Il ne s’agit évidemment pas de se débarrasser des anciens mais de trouver un juste équilibre pour que le changement générationnel se fasse dans les meilleures conditions.

La Diaspora congolaise doit se battre pour occuper des positions fortes, prendre les commandes, participer activement aux différents rendez-vous politiques pour déjouer les tricheries, la politique de la "chaise vide", du "tous pourris"  ainsi que la théorie de "après moi c’est le chaos" au lieu de se perdre en invectives ou dans les incantations sans effets sur les réalités du pays et des populations. Notre pays ne sera pas sauver par la communauté internationale ; celle-ci peut nous aider mais, c’est sur chaque congolais que repose la responsabilité première de sauver notre pays.

A cette diaspora congolaise qui attend que les conditions soient réunies, que la démocratie soit restaurer avant de s’impliquer activement dans la construction d’un autre Congo, il convient de dire que la démocratie est et restera une utopie qu’il faut atteindre en la construisant chaque jour et que jamais les conditions ne seront réunis dans nos pays sans l’implication de chacun.

Depuis sa prestation de serment le 5 février 2010 devant la cour d’Appel de Brazzaville, le Directeur Général de l’Agence de Régulation des Postes et des Communications, Monsieur Yves CASTANOU membre de la diaspora congolaise prouve tous les jours qu’on peut vivre et travailler dans un milieu hostile, mafieux et corrompus sans perdre son âme, ses valeurs et ses convictions contrairement à ses collègues et même à son ministre de tutel le manipulateur Thierry MOUNGALLA.

Yves CASTANOU est le seul haut fonctionnaire Congolais qui avait déclaré ses revenus et ses biens lors de sa prise de fonction comme le réclame l’article 48 de la constitution : "Tout citoyen, élu ou nommé à une haute fonction publique, est tenu de déclarer son patrimoine lors de sa prise de fonction et à la cessation de celle-ci conformément à la loi. L’inobservation de cette obligation entraîne la déchéance des fonctions dans les conditions fixées par la loi".

C’est un fait vérifiable par chacun qu’au Congo Brazzaville des nombreuses administrations sont fermées à ceux qui ne partagent pas la même vision que leur directeur général ou leur ministre ; certains ministères ou administrations sont devenus les propriétés privées de ceux qui les occupent depuis des décennies sans jamais rendre compte à qui que ce soit ; d’autres sont des chasses gardées ethniques, claniques ou spirituelles dans lesquelles il faut montrer patte blanche.

M. Yves CASATANOU fait figure d’exception. Dans son administration le seul critère qu’il exige de ses collaborateurs est la compétence ; il travaille avec des cadres issus de divers régions et de plusieurs horizons spirituels (chrétiens, francs-maçons, rosicruciens, magiciens, matouanistes, kimbanguistes, musulmans, animistes, athées etc.).

Les sommes importantes générées par l’administration qu’il dirige, sa discrétion, son professionnalisme, son expérience, sa modestie et son humilité font de lui l’un des hommes les plus influent du Congo, assurément il est l’un des hommes qui devra façonné le Congo Brazzaville de demain car il n’a pas besoin d’étaler une sexualité lubrique pour prouver sa puissance et sa virilité comme les soit disant "hommes forts" du régime.

Ce cadre sait utiliser sa  double casquette de technocrate intègre et d’homme de Dieu. Pasteur responsable d’une grande église très respectée en France, Yves CASTANOU, est un rassembleur influent qui a des réseaux et des soutiens importants sur les quatre continents ; il est prêt à rendre de précieux services à la nation congolaise.

Nous savons tous que les vrais problèmes du Congo Brazzaville sont essentiellement d’ordre culturel et éthique, il est faux de penser que notre pays ne génère que des petits caïds, des malfrats, des corrompus ou des mafieux sans vergogne même si le Congo Brazzaville défraie plus souvent les chroniques judiciaires que celles des réussites.

Diplômé en 1996 de l’Ecole Polytechnique de Montréal au Canada, Yves CASTANOU a démarré sa carrière professionnelle à Montréal au sein du Consortium indo-canadien TIC (Télécommunications Integrated Center). Il s’installe ensuite aux Etats-Unis (Denver, Colorado) où il est employé comme ingénieur télécommunications chez l’équipementier Lucent Technologies.

Le pasteur Yves CASTANOU a également suivi une première formation biblique au Royaume Uni avant de rejoindre l’Institut Biblique et l’Académie des Hautes Etudes Théologiques et Pastorales de Paris. 
Ordonné officiellement pasteur avec son épouse Habi, en mars 2004, par les pasteurs André THOBOIS (Fédération Protestante de France et Chevalier de la légion d’Honneur) et Emmanuel TOUSSAINT (Concile Mondial Protestant et Evangélique des Eglises), il est également entrepreneur, consultant et motivateur.

Entre 2000 et 2009, passionné par le désir d’entreprendre et de servir sa génération, il a occupé principalement des postes de direction en créant et développant plusieurs entreprises de services et de conseils en France, aux Etats-Unis, au Congo et au Benin ; dans les secteurs des télécommunications, des technologies de l’information, des ressources humaines et du leadership.

Depuis 2010, l’Agence de Régulation des Postes et Communications Electroniques est dirigée par un Directeur Général qui assure la gestion quotidienne de l’Agence. Choisi en raison de ses compétences avérées dans les domaines technique, économique, financier ou juridique dans la régulation du secteur des postes et télécommunications, ainsi que pour son impartialité et son intégrité morale, il est l’ordonnateur principal du budget de l’agence.

Portrait d’un pasteur qui jongle avec des milliards.

Réunis pour adapter (et amender) la loi de finances 2012, les députés devaient décider si l’Agence de régulation des postes et des communications électroniques (ARPCE), qu’il dirige depuis sa création, en janvier 2010, allait gérer seule le produit des redevances de régulation perçues auprès des opérateurs du secteur ou si, comme l’exigeait le ministère des Finances au nom de l’unicité des caisses de l’État, ces dernières devaient préalablement être perçues par le Trésor avant de lui être partiellement rétrocédées.

Le débat pouvait paraître technique, mais il a passionné l’opinion, car les sommes en jeu – près de 10 milliards de F CFA en 2011 (15,2 millions d’euros), 15 milliards prévus pour l’an prochain – sont loin d’être négligeables.

Ingénieur télécoms formé en France et au Canada, ancien cadre de Lucent Technologies à Denver (États-Unis), ex-entrepreneur dans le e-business, issu d’une grande famille de Pointe-Noire, Yves CASTANOU est du genre acharné. Arguant du fait que son agence bénéficie de par la loi de son autonomie financière et de sa personnalité juridique, il avait bataillé ferme auprès des élus et frappé à la porte du SASSOU NGUESSO jusqu’à ce qu’une médiation conduite par le ministre d’État Pierre MOUSSA aboutisse finalement, début novembre, au retrait du projet controversé.

"J’ai été nommé par décret présidentiel et j’ai prêté serment devant la cour d’appel, il s’agissait donc d’une question de principe", confie-t-il dans son vaste bureau, face à la gare centrale de Brazzaville. "L’ARPCE reverse au Trésor le produit des redevances de régulation, mais c’est elle qui le fait directement, à l’instar de ce qui se pratique en Afrique anglophone, au Sénégal, au Burkina ou en Côte d’Ivoire. Sinon, l’arbitre que nous sommes n’a plus la capacité d’être neutre, et c’est la porte ouverte à la corruption du régulateur par les opérateurs privés".

En place pour un mandat de six ans, Yves CASTANOU a puisé dans le vivier des cadres congolais de la diaspora pour étoffer son staff. Cent soixante personnes travaillent aujourd’hui à l’ARPCE, dont le nouveau siège à 6 milliards de F CFA devrait être achevé fin 2012. En vingt mois, l’agence a mené à bien une difficile campagne nationale d’identification des abonnés à la téléphonie mobile, mis en place la numérotation à neuf chiffres, recouvré avec succès les redevances (auprès des pétroliers Total et Eni notamment) et défini les normes sécuritaires obligatoires pour les sites de télécoms, non respectées pour 80 % des pylônes implantés au Congo.

"Enfin, le pouvoir vient de faire un choix judicieux!" titrait lors de sa nomination le journal Talassa, très proche de l’opposition. Si depuis Yves CASTANOU n’a pas déçu, et s’il vient de remporter avant même qu’elle n’éclate sa première "bataille" politique, ce n’est pas, assure-t-il, à ses "humbles talents" qu’il le doit, mais… à Dieu. Car c’est l’autre face, apparemment distincte de la première, mais dans le fond intimement mêlée, de ce personnage atypique: celle du pasteur évangélique, ordonné en mars 2004 en compagnie de son épouse, Habi, "Miss Merveille" pour les intimes.

Avec son frère jumeau Yvan, lui aussi pasteur, Yves CASTANOU a fondé en France, il y a dix ans, Impact Centre chrétien (ICC), une église affiliée à la très officielle Fédération protestante de France et qui réunit chaque dimanche dans son auditorium de Boissy-Saint-Léger, en banlieue parisienne, près de 1500 fidèles africains, antillais et européens.

Yvan, diplômé de Sup de Co Reims, y officie en tant que pasteur principal, et Yves y prononce régulièrement des prêches. "Nous sommes tout sauf une secte de charlatans, et ni moi ni mon frère n’avons besoin du temple pour vivre", précise-t-il. Il n’empêche: gérée à l’américaine comme une entreprise religieuse, ICC est une affaire qui marche, avec des filiales au nord de Paris et à Bruxelles, aux Antilles françaises et au Congo Brazzaville, au point d’être devenue l’une des plus importantes de ce type en France.

Yves CASTANOU, qui a suivi sa formation théologique en Grande-Bretagne et truffe volontiers sa conversation de phrases en anglais, est en définitive très symbolique de toute une génération de cadres africains de plus en plus immergés dans la mondialisation. Qu’elle soit économique ou spirituelle "mon but, dit-il, est de faire du Congo Brazzaville le hub de l’Afrique centrale dans le domaine des télécoms"

Partager cet article

Repost 0
Published by PatrickEric - dans Politique
commenter cet article

commentaires

  • : Mampouya.com
  • Mampouya.com
  • : Restauration de la Démocratie de l'Etat de Droit et de la Républque au Congo
  • Contact

  • Patrick Eric Mampouya
  • Patrick Éric Mampouya
  • Patrick Éric Mampouya

Recherche

Mes Héros : Mort Pour un Autre Congo

bruno-ossébighislin_simplice_ongouya.jpg

Congo : Textes Divers

2306_Bourses_etudes.pdf 2306_Bourses_etudes.pdf bilan matondo congo bilan matondo congo Bruno-OSSEBI.doc Bruno-OSSEBI.doc Budget-de-l-Etat-Exercice-2007.pdf Budget-de-l-Etat-Exercice-2007.pdf Budget-de-l-Etat_Exercice-2008.pdf Budget-de-l-Etat_Exercice-2008.pdf Code-des-Investissements-Miniers-du-Congo.pdf Code-des-Investissements-Miniers-du-Congo.pdf Code-Forestier-du-Congo.pdf Code-Forestier-du-Congo.pdf Constitution-du-15-mars-1992 Constitution-du-15-mars-1992 Constitution du 29 novembre 2001 Constitution du 29 novembre 2001

Contrat-Consulting-Longbeach-Bermuda-Elenga-LTD.jpg Contrat-Consulting-Longbeach-Bermuda-Elenga-LTD.jpg Contrat-Consulting2.jpg Contrat-Consulting2.jpg Contrat-Consulting3.jpg Contrat-Consulting3.jpg Contrat-Consulting4.jpg Contrat-Consulting4.jpg Contrat-Partage-HM-NKOSSA-Contrat-PP.pdf Contrat-Partage-HM-NKOSSA-Contrat-PP.pdf Contrat-Partage-Kouakouala.pdf Contrat-Partage-Kouakouala.pdf Contrat-Partage-Kouilou.pdf Contrat-Partage-Kouilou.pdf Contrat-Partage-Madingo.pdf Contrat-Partage-Madingo.pdf Contrat-Partage-MarineVI-VII-KITINA.pdf Contrat-Partage-MarineVI-VII-KITINA.pdf Contrat-Partage-MarineX.pdf Contrat-Partage-MarineX.pdf Contrat-Partage-Mer-TP-Nord.pdf Contrat-Partage-Mer-TP-Nord.pdf Contrat-Partage-Mer-TP-Sud.pdf Contrat-Partage-Mer-TP-Sud.pdf Contrat-Partage-PEX.pdf Contrat-Partage-PEX.pdf Contrat-Partage-PNGF-Contrat-PP.pdf Contrat-Partage-PNGF-Contrat-PP.pdf D-cret-n--2004-30-du-18-f-vrier-2004.doc D-cret-n--2004-30-du-18-f-vrier-2004.doc  D-cret-n--2008---5-du-31-mars-2008.pdf D-cret-n--2008---5-du-31-mars-2008.pdf D-cret-n--2008---56-du-31-mars-2008.pdf D-cret-n--2008---56-du-31-mars-2008.pdf D-cret-n--2008---58-du-31-mars-2008.pdf D-cret-n--2008---58-du-31-mars-2008.pdf D-cret-n--2008---60-du-31-mars-2008.pdf D-cret-n--2008---60-du-31-mars-2008.pdf D-cret-n--2008---64-du-3i-mars-2008.pdf D-cret-n--2008---64-du-3i-mars-2008.pdf D-cret-n--2008---t5-du-n-f-vrier-2008.pdf D-cret-n--2008---t5-du-n-f-vrier-2008.pdf D-cret-n--2008--3-du-11-janvier-2008.pdf D-cret-n--2008--3-du-11-janvier-2008.pdf D-cret-n--2008-84--.-du-15-avril-2008.pdf D-cret-n--2008-84--.-du-15-avril-2008.pdf D-cret-sur-la-transparence.pdf D-cret-sur-la-transparence.pdf D-cret-sur-les-op-rations-des-services-de-l--tat.pdf D-cret-sur-les-op-rations-des-services-de-l--tat.pdf decret-election-presidentielle.jpg decret-election-presidentielle.jpg decret_du_09_10_2008.pdf decret_du_09_10_2008.pdf Enl-vement-des-Stocks-de-P-trole-2005.pdf Enl-vement-des-Stocks-de-P-trole-2005.pdf Facture-d-Hotel-de-Sassou---N-Y.pdf Facture-d-Hotel-de-Sassou---N-Y.pdf

Feuilledecomptabilit-1.pdf Feuilledecomptabilit-1.pdf Guide du journalisme indépendant Guide du journalisme indépendant Le Plan Mouébara au CMAS 1 Le Plan Mouébara au CMAS 1 Le Plan Mouébara au CMAS 2 Le Plan Mouébara au CMAS 2 Le Plan Mouébara au CMAS 3 Le Plan Mouébara au CMAS 3

Les-Sages-Mbochis.pdf Les-Sages-Mbochis.pdf Les-factures-du-fils-de-Sassou.pdf Les-factures-du-fils-de-Sassou.pdf Statuts de T. I. France Statuts de T. I. France LISTEOP_C2G-EY.pdf LISTEOP_C2G-EY.pdf Loi-Electorale-du-Congo.pdf Loi-Electorale-du-Congo.pdf Loi-du-24-novembre-2001.doc Loi-du-24-novembre-2001.doc Loi-176-2003-du-18-janvier-2003.doc Loi-176-2003-du-18-janvier-2003.doc LISTEOP_KPMG.pdf LISTEOP_KPMG.pdf Note-Circulaire-AdministrateurSNPC.pdf Note-Circulaire-AdministrateurSNPC.pdf okouna-petro jugement&plaidoirie okouna-petro jugement&plaidoirie PID-2006.pdf PID-2006.pdf Pland-actionBonneGouvernancePool2.pdf Pland-actionBonneGouvernancePool2.pdf R-echelonnement-de-la-Dette-du-Congo-par-le-Club-de-Paris.pdf R-echelonnement-de-la-Dette-du-Congo-par-le-Club-de-Paris.pdf Rapport-Cofipa.pdf Rapport-Cofipa.pdf Rapport-de-la-Cour-des-Comptes.pdf Rapport-de-la-Cour-des-Comptes.pdf Rapport-KPMG-09-2006.pdf Rapport-KPMG-09-2006.pdf Rapport-KPMG-12-2006.pdf Rapport-KPMG-12-2006.pdf Rapport-KPMG-du-16-avril-2007.pdf Rapport-KPMG-du-16-avril-2007.pdf Rapport-TOFE-2005.pdf Rapport-TOFE-2005.pdf RECOURNSo-0-132008-du-O3J-uin-2008.PDF RECOURNSo-0-132008-du-O3J-uin-2008.PDF Redevance-2006.pdf Redevance-2006.pdf Requ-te-en-annulation.PDF Requ-te-en-annulation.PDF Service-de-S-curit-.pdf Service-de-S-curit-.pdf SOCAPALM Exposé de la Situation SOCAPALM Exposé de la Situation Suivi-Bonus-2005.pdf Suivi-Bonus-2005.pdf